Bahreïn-Victorieux, Pello Bilbao se prépare pour la nouvelle saison : « Difficile de grandir encore, mais je veux savoir où est ma limite ».

Pello Bilbao est prêt à affronter la nouvelle saison. Le coureur de Bahreïn victorieux participera à la compétition en 2024 pour tenter à nouveau de faire bonne figure aux Jeux Olympiques. Tour de Francemais il cherchera aussi le succès dans les courses d’une semaine ou d’un jour, poursuivant un chemin de croissance continue qui, à 33 ans, ne semble pas s’être arrêté. En 2023, le Basque a terminé troisième du Tour Down Under et sixième de la Grande Boucle, et pour cette nouvelle saison, il souhaite poursuivre ces résultats au sein d’une équipe dont il sera désormais la première référence après le départ de Mikel Landa, qui a rejoint Soudal-QuickStep.

La promotion 1990 se présente donc pour la nouvelle année « avec le même enthousiasme que l’année précédente et avec l’envie de maintenir et de franchir une nouvelle étape », explique-t-il à Marque qu’il souhaite poursuivre sa merveilleuse progression : « Je veux savoir où se trouve ma limite. J’ai la mentalité de continuer à grandir et à faire quelque chose de différent. Je suis conscient qu’il y a de moins en moins d’opportunités, mais je pense aussi qu’en restant au niveau de l’année dernière, je peux réaliser de grandes choses.

Un objectif visiblement partagé par l’équipe, qui compte de plus en plus sur un coureur qui, ces dernières années, a fait preuve de solidité et de constance, pour lui-même et pour ses coéquipiers : « Ils espèrent qu’il continuera dans la même veine. Il est difficile de demander plus. Si je dois donner plus, je le ferai. Nous sommes conscients qu’il est difficile de continuer à progresser. La marge est faible et le niveau auquel nous travaillons est déjà très élevé. Je pourrais faire un pas de plus pour l’expérience ou la compétence, mais physiquement, il est difficile de continuer à croître. On ne sait jamais, car chaque année nous ajoutons quelque chose de nouveau à la préparation ou il y a toujours des améliorations possibles, mais le plafond est proche. Grâce à l’expérience ou à la connaissance de la course, on peut arriver à quelque chose de bien. Chaque année qui passe, nous y parvenons.

Il reviendra donc en France en 2024 pour disputer son cinquième Tour de France, même s’il est conscient que les places seront de plus en plus rares. « Il y a des étapes pour moi », explique-t-il en pensant au parcours, « mais j’ai peut-être moins de chances que l’année dernière en ce qui concerne les étapes de moyenne montagne où l’on voit une option claire pour une échappée, mais nous continuerons d’essayer. Tout dépendra de la situation de la course, avec quatre prétendants sérieux au podium. L’année dernière, nous avons assisté à une lutte polarisée entre deux d’entre eux, Tadej et Vingegaard. Il semblait que la guerre se limitait à deux équipes, mais je pense que l’année prochaine, il y aura aussi Bora avec Roglic et Remco avec Soudal. Si la lutte devenait plus large, peut-être que les chances des coureurs comme moi augmenteraient.

Lire Aussi  Il y a un an… Tour de France 2022, Eddy Merckx « reproche » à Tadej Pogačar : « Il ne s'est pas bien préparé »

Le Tour ne sera cependant pas le seul objectif de Bilbao, qui vise à « gagner un tour d’une semaine ou à conquérir la Clasica San Sebastián », qui s’est achevée cette année derrière Remco Evenepoel dans un sprint que le Belge a montré qu’il pouvait gérer beaucoup mieux que par le passé. « Je suis conscient qu’il est difficile de se battre pour le podium dans une grande épreuve. Je suis toujours proche, mais en même temps loin. Je dois donc peut-être me concentrer sur d’autres objectifs.

Après le GT de France, il décidera s’il participera à la Vuelta car « cela ne vaudrait pas la peine si je n’ai rien à donner », mais il ne ferme pas totalement la porte car « la deuxième partie de la saison reste à définir », mais s’il avait « quelque chose à donner, ce serait bien de rivaliser avec les autres à la Vuelta ». Enfin, il n’oublie pas l’équipe nationale avec laquelle « les championnats du monde pourraient être la meilleure opportunité pour moi », tandis que pour les Jeux olympiques, il est conscient de la difficulté d’être sélectionné car « il n’y a que trois places ».

Cependant, l’expérimenté coureur ibérique met également l’accent sur les objectifs de l’équipe, reprenant les mots de son directeur sportif Milan Erzen: « Je pense qu’à de nombreuses reprises, nous viserons le classement général. Peut-être pas avec des options claires pour le podium, mais nous avons plusieurs ressources. Surtout pour les tours d’une semaine. Pour les grands tours, il nous manque peut-être un grand candidat, mais il y a des coureurs qui viseront la première place et qui viseront les étapes, ce qui devrait être notre principal atout. C’est notre identité et ce en quoi nous nous sommes spécialisés ces dernières années. Terminer le Tour avec trois victoires d’étape n’a rien d’enviable. C’est peut-être même mieux qu’une troisième place sur le podium, c’est à voir. Pour moi, vivre trois victoires d’étape est plus excitant et plus motivant.

Lire Aussi  Tour de France 2023, Présentation du parcours et Coups de cœur Étape 13 : Châtillon-Sur-Chalaronne – Grand Colombier (137,8km)

Enfin, il s’exprime sur le chemin que prend le cyclisme avec la possibilité de plusieurs changements à l’horizon. Sur l’idée de la Superleague : « Je suis tout à fait d’accord pour que les droits de télévision, ou une partie d’entre eux, aillent également aux équipes qui bénéficieraient ainsi d’une certaine stabilité et ne dépendraient donc pas uniquement des sponsors. Je pense qu’il s’agit d’un accord qui sera conclu à court ou moyen terme. Le cyclisme est en pleine croissance et ce retour doit se refléter dans les équipes. Je ne sais pas où nous en sommes. Ils ne nous le disent pas. Mais c’est aussi une façon de mettre la pression sur les grands organisateurs.

En revanche, sur le fait que le cyclisme devienne de plus en plus comme le football, un débat de plus en plus d’actualité ces derniers jours, il est aussi tout à fait contraire : « En dehors du sport, le cyclisme prend de l’importance. À bien des égards, je ne veux pas qu’il devienne comme le football, mais il est vrai et intéressant que le public s’intéresse à l’actualité en dehors du sport. Faisons en sorte que ce que nous faisons soit davantage suivi. Je pense que le cyclisme est un produit très puissant qui, jusqu’à présent, n’a pas été capable de se vendre très bien, mais les prochaines années seront très bonnes parce que de nouveaux médias et de nouvelles possibilités arrivent. C’est un sport très spectaculaire et nous devons simplement mieux toucher le public.

Pour conclure, il dit ce qu’il pense de l’arrivée de grands sponsors comme Red Bull et Lidl pour soutenir leurs équipes par rapport à Bahreïn, qui est stable depuis plusieurs années sans nouveaux flux économiques : « En fin de compte, tant que nous continuerons à avoir des saisons comme l’année dernière, je pense que nous sommes bien positionnés. Et cela leur donnera des raisons de continuer à maintenir le budget. Faire un pas de plus et avoir une référence qui vous garantit une victoire dans un grand tour serait un investissement très puissant. Aujourd’hui, ce n’est pas possible, car les coureurs capables de remporter des GT ne sont que quatre ou cinq et il est très compliqué de les trouver maintenant. Ce n’est pas seulement une question de budget. Nous avons une équipe très complète et nous avons réalisé beaucoup de choses, donc nous ne nous plaindrons pas de ce que nous avons.

Chantal Martin