Belgique : les protestations des agriculteurs ne devraient pas affecter la tenue de l’Omloop et de Kuurne : « Nous n’avons pas l’intention de priver les gens de leur plaisir ».

Les manifestations d’agriculteurs qui ont lieu un peu partout en Europe ces dernières semaines ont déjà contraint le cyclisme à s’arrêter, mais cela ne devrait pas se produire lors du week-end d’ouverture du calendrier belge. L’absence, en raison des manifestations, de forces de police suffisantes pour assurer le bon déroulement des courses avait conduit les organisateurs de l’Etoile de Bessèges à annuler la première étape et ceux de la Vuelta a Andalucia à annuler jusqu’à quatre étapes sur cinq, mais les organisateurs de la Vuelta a Andalucia ont décidé d’annuler la première étape. Omloop Het Nieuwsblad e Kuurne-Bruxelles-Kuurne ne devrait pas rencontrer ce problème. En effet, les samedi 24 et dimanche 25 février, aucune protestation n’est attendue de la part des agriculteurs belges, qui pourraient être présents sur les parcours des courses, sans en compromettre le déroulement.

« Nous n’avons pas l’intention de priver les gens de leur plaisir.. Ils ne sont pas à blâmer pour cela. Nous ne le ferons donc pas », a-t-il déclaré. Het Laatste Nieuws un représentant des organisations d’agriculteurs. Les rédacteurs en chef d’Omloop et de Kuurne lui font écho, Wim Van Herreweghe e Peter Debaveyequi restent cependant en contact permanent avec la police : « Pour l’instant, nous n’avons connaissance d’aucune action planifiée.. Nous avons une longue histoire de bonne coopération avec diverses organisations d’agriculteurs. Des actions ont déjà eu lieu par le passé au départ du Tour des Flandres à Bruges et à Gand-Wevelgem. Cela n’a jamais posé de problème.

Lire Aussi  Giro d'Italia 2023, Derek Gee parmi les grands protagonistes : "Je me sens comme un autre coureur"

« Nous voulons offrir une tribune aux activistes, mais nous n’avons pas les moyens de le faire. nous demandons qu’ils transmettent leur message avec respect et que la sécurité ne soit pas mise en péril ».. Et nous espérons que la course ne sera pas interrompue », a poursuivi M. Van Herreweghe, tandis que M. Debaveye a ajouté : « Bien sûr, il est possible de mettre des tracteurs et d’accrocher des drapeaux le long du parcours. Il n’y a rien de mal à cela« .

La situation est bien entendu suivie de près par les autorités : « .Protester est un droit et nous préférons ne pas intervenir, mais aucune action n’est autorisée sur l’itinéraire. – a déclaré le gouverneur de Flandre orientale Carina Van Cauter – Dans ce cas, la police prendra des mesures décisives ».

Chantal Martin