CDM Cyclocross, course folle à Benidorm : Wout Van Aert triomphe de Michael Vanthourenhout ! 5ème Mathieu Van Der Poel

Course spectaculaire aujourd’hui à Benidorm. Une confrontation jamais aussi ouverte cette année et peut-être depuis longtemps en Espagne, non seulement entre Mathieu Van Der Poel e Wout Van Aertmais aussi avec le reste du groupe. Certainement aussi en raison de quelques problèmes au départ, le résultat a été une course spectaculaire qui a finalement vu le triomphe du leader de Visma | Lease a Bike, qui dans le dernier tour a fait la différence et s’est imposé à un groupe généreux et combatif. Michael Vanthourenhoutauteur d’une splendide remontée en compagnie de Tom Pidcock en milieu de course. Une course sauvage mais aussi très tactique par moments qui a été mise en scène pour la 13ème manche de la Coupe du Monde, qui n’a jamais eu de maître, vivant d’attaques continuelles et de rebondissements.

L’histoire de la course

Dans un groupe qui se lance à tout va, mauvais départ par Wout Van Aertqui a perdu une pédale et s’est retrouvé en queue de peloton, qui s’est immédiatement battu dans les premiers virages de la piste sinueuse. Mathieu Van Der Poel Il prend un meilleur départ, mais après quelques virages, il est lui aussi retardé par un saut de chaîne, contraint à la poursuite, et doit finalement repartir encore plus loin derrière son éternel rival. Pendant le premier tour, ils sont si Pim Ronhaar, Pull Laurens, Ryan Kamp, Joris Nieuwenhuis et Eli Iserbyt à essayer de s’étirer, tandis que le champion du monde perdait près de trente secondes avant de pouvoir entamer sa remontée. A la fin du premier tour, il réduisait son écart à 12 secondes, en 19e position, tandis que Van Aert était 12e, à 5 secondes et à 1 seconde. Tom Pidcock 15° a 8.

Lors du deuxième tour, Van Aert n’a pas tardé à prendre la tête, décidant d’imposer son rythme à ses concurrents, avec même des Felipe Orts est parvenu à rejoindre le groupe de tête. La remontée de Van der Poel se poursuit également à toute allure, mais il doit lutter pour effectuer quelques dépassements, perdant du terrain sur son rival, passé en premier lors du deuxième passage sur la ligne d’arrivée. Le champion du monde termine néanmoins en 12ème position à sept secondes, Pidcock juste derrière, 14ème, à dix secondes.

Malgré ses efforts, Van Aert ne parvient pas à s’isoler en tête, même s’il commence à se détacher du petit groupe sélectionné jusqu’alors. Vers la fin du troisième tour, il n’y a plus qu’une bonne dizaine de coureurs en tête. Thibau Nys, Ronhaar et Iserbit, mais à ce moment-là, Van Der Poel est également dans leurs roues, eux qui, sur un pavé, sautent par-dessus leurs rivaux comme s’ils étaient dépassés. La reprise de la tête de course a lieu après les bosses, et Van Der Poel dépasse Ronhaar, qui avait du mal à monter et descendre de son vélo, avec une facilité déconcertante. Au moment de franchir la ligne d’arrivée, Van Aert avait une toute petite avance sur Nys et Iserbyt, mais son éternel rival n’était plus qu’à deux secondes.

Le rythme de Van Aert reste très élevé et c’est Ronhaar qui en fait les frais, seul Nys restant au milieu des deux phénomènes lors du quatrième tour, mais c’est à nouveau sur les pavés que Van Der Poel fait la différence, distançant d’abord le jeune fils de l’art avec une aisance incroyable, puis flanquant et dépassant également son éternel rival. Van Aert devait alors tenter de résister aux débordements du maillot arc-en-ciel, qu’il relançait à chaque virage. Les deux hommes passent la ligne d’arrivée ensemble, mais au cours du tour suivant, ils commencent à s’étudier, tandis que derrière eux émergent Tom Pidcock et Michael Vanthourenhout. C’est le Britannique qui fait le plus gros du travail. Après une demi-heure de course, il rejoint les deux phénomènes et commence à forcer, alors que Vanthourenhout préfère rester dans la roue des deux autres.

Lire Aussi  Tour de France 2023, Christian Prudhomme : "Il va falloir prendre des mesures concernant le public pour ne pas être victimes de notre propre succès"

A la fin du cinquième tour, Pidcock a un petit écart de deux secondes sur les trois autres, tandis que la tête de la poursuite, vingt secondes plus tard, est occupée par Clément Venturinien vue de la saison sur route. Si lors de la manche précédente, c’est Van Aert qui avait occupé la deuxième place derrière le Britannique, c’est maintenant au tour de Van Der Poel de s’employer pour suivre le rythme du champion olympique de VTT déchaîné, tandis que Vanthourenhout continue à occuper la dernière place du quatuor de tête, avec beaucoup de sang-froid. Pidcock décida alors de changer de vélo, revenant sur la piste manifestement derrière les autres, Van Der Poel se lançant alors immédiatement à fond sur la piste cyclable, ce qui lui a permis jusqu’à présent de faire la différence sur tous ses adversaires.

Cette fois-ci, Van Aert ne cède pas un millimètre, mais tant Vanthourenhout que Pidcock sont contraints de céder du terrain, continuant à leur rythme. Les deux phénomènes ralentissent à nouveau, obligés de souffler, permettant aux deux autres de les rattraper avant que Van Aert ne reprenne la tête, avec un rythme élevé mais régulier. Les poursuivants ne sont pas loin derrière puisque Iserbyt est cinquième à seize secondes, tout comme Ort, Nys, Vandebosch, Venturini et Van Der Haar.

Resté dans l’ombre jusque là, c’est Vanthourenhout qui tente sa chance pour la première fois dès le début du septième tour, accélérant le rythme et mettant en difficulté Pidcock, qui parvient néanmoins à rester au contact. Après la piste cyclable, qui cette fois n’a pas vu d’action de la part de MVDP, c’est à nouveau Van Aert qui prend la tête, notamment parce que le rythme a considérablement baissé et que, derrière, certains se sont considérablement rapprochés. Une fois de plus, Pidcock perdait quelques mètres à chaque relance, mais restait en tête avec les trois autres. Pendant ce temps, Nys se rapproche de plus en plus, entraînant avec lui Iserbyt, Vandenboch, Orts, Van Der Haar et Venturini. L’important regroupement a lieu en vue de l’avant-dernier passage vers la ligne d’arrivée, où les dix premiers sont regroupés en l’espace de six secondes seulement.

En tête à ce moment-là, Vanthourenhout reprend immédiatement le rythme. Iserbyt et Nys tentent de s’accrocher au nouveau train, dépassant Pidcock. Dans le sable, le champion d’Europe lance une nouvelle attaque qui conduit Mathieu Van Der Poel à la faute. Le champion du monde termine en effet au sol et repart en dixième position, derrière Venturini, victime à son tour d’un problème mécanique. Dans la partie asphaltée, c’est cette fois Van Aert qui tente de s’étirer avec une accélération décisive et seul Vanthourenhout parvient à le suivre. Les deux, avec Van Aert toujours en tête, franchissent la ligne d’arrivée avec une douzaine de secondes d’avance, tandis que Van Der Poel passe en dixième position, avec 23 secondes de retard, désormais hors de la course à la victoire, et ne pouvant rien faire d’autre que de se battre pour une place.

Lire Aussi  #SpazioTalk, Giovanni Aleotti : "L'arrivée de Roglic est une opportunité pour tout le monde. Je suis confiant"

Dans le petit groupe derrière le duo de tête, qui a vu Vanthourenhout tenter une nouvelle attaque, Iserbyt a plutôt essayé de ressortir, ce à quoi Nys a essayé de ne pas céder. En tête, l’attaque tant attendue de Van Aert arrivait sur la piste cyclable, où Vanthourenhout ne pouvait rien faire, puisqu’il en faisait inévitablement les frais dans un tronçon réservé aux coureurs de route. Le leader de la Visma | Lease a Bike a effectué une progression meurtrière, gagnant les cinq secondes qu’il allait ensuite prendre sur la ligne d’arrivée, se permettant même le luxe de descendre de vélo pour franchir les derniers obstacles sans prendre de risques. Un raisonnement qui n’est valable que sur le papier car au moment de remonter sur le vélo, il glisse et risque de tout faire capoter. Il parvient toutefois à gagner quelques mètres, qu’il conserve jusqu’à l’arrivée, continuant dès lors sans selle.

Pour la dernière course de sa saison, la première après la pause hivernale et le stage d’entraînement avec l’équipe, le coureur de 1994 a remporté un succès régénérateur après les nombreuses, voire amères, défaites subies par son rival cette année. De son côté, Mathieu Van Der Poel a tenté tant bien que mal un ultime retour, mais il était trop tard et il n’a pu faire mieux qu’une cinquième place, derrière Nys et Iserbyt, qui sont passés dans cet ordre à l’arrivée.

Résultat CDM Cyclocross Benidorm

1 VAN AERT Wout BEL 1:01:06
2 VANTHOURENHOUT Michael BEL 1:01:09
3 NYS Thibau BEL 1:01:13
4 ISERBYT Eli BEL 1:01:13
5 VAN DER POEL Mathieu NED 1:01:18
6 VANDEBOSCH Toon BEL 1:01:19
7 VAN DER HAAR Lars NED 1:01:21
8 ORTS LLORET Felipe ESP 1:01:27
9 PIDCOCK Thomas GBR 1:01:33
10 VENTURINI Clément FRA 1:01:37
11 VANDEPUTTE Niels BEL 1:01:44
12 KAMP Ryan NED 1:01:58
13 NIEUWENHUIS Joris NED 1:02:10
14 MEEUSSEN Witse BEL 1:02:19
15 BOROŠ Michael CZE 1:02:37
16 RONHAAR Pim NED 1:02:40
17 KUHN Kevin SUI 1:02:46
18 WYSEURE Joran BEL 1:02:53
19 ADAMS Jens BEL 1:02:56
20 SWEECK Laurens BEL 1:03:03
21 BRUNNER Eric ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE 1:03:07
22 SUAREZ FERNANDEZ Kevin ESP 1:03:09
23 KONWA Marek POL 1:03:17
24 BLANC Curtis ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE 1:03:24
25 JUNQUERA SAN MILLAN Mario ESP 1:03:48
26 FUNSTON Scott ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE 1:03:55
27 VAN KESSEL Corne NED 1:04:04
28 MENUT David FRA 1:04:09
29 AERTS Thijs BEL 1:04:25
30 MEISEN Marcel GER 1:04:36
31 GODRIE Stan NED 1:04:49
32 MASON Cameron GBR 1:05:05
33 ROUILLER Loris SUI 1:05:40
34 VANÍČEK Šimon CZE 1:06:23
35 ULÍK Matej SVK 1:06:34
36 DINA Márton HUN 1:06:57
37 OCHANDO ESCUDERO Gabriel ESP 1:07:30
38 ARANDA SANCHIS Adrian ESP
39 CLARK Tyler CAN
40 ZECCHINI Simone ITA
DNF HENDRIKX Mees NED
DNF INGUANZO MACHO Gonzalo ESP
DNS BERTOLINI Joel ITA

Chantal Martin