Challenge Mallorca 2024, Pelayo Sanchez après son triomphe : « Ce matin, j’ai menti…

Grande satisfaction pour Pelayo Sanchez après sa victoire lors de la quatrième journée de la Challenge Mallorca 2024. Après une arrivée un peu tardive sur le Coll de sa Gramola, le coureur de la Movistar a joué son va-tout pour s’imposer dans le sprint pour le titre de champion du monde. Trophée Pollença – Port d’Andratx. L’Espagnol a abordé les derniers kilomètres de la course à la perfection, profitant de la roue de Marius Mayrhofer (Tudor Pro Cycling) pour lancer le sprint, puis l’a encadré et a réussi à devancer l’Allemand et le Russe sur la ligne d’arrivée à Andratx Alexander Vlasov (Bora-hansgrohe).

« Ce matin, j’ai un peu menti – le commentaire de la classe 2000 à nos micros en référence aux mauvaises sensations au départ – Mes jambes n’étaient pas au mieux, je n’avais pas de bonnes sensations pour ces premiers jours de l’année, mais c’est le cyclisme et on ne sait jamais, il faut toujours se pousser à la limite. J’ai eu une bonne journée et j’ai pu gagner ici.

Dès le début de la course, le jeune homme de 23 ans a compris qu’il pouvait avoir son mot à dire : « Dès le départ, mes jambes étaient différentes de ce à quoi je m’attendais et j’ai su que j’avais une chance. L’année dernière, j’ai terminé deuxième sur une arrivée légèrement différente, mais je savais que j’étais rapide dans le petit groupe final. Je savais que j’avais une chance, j’ai fait de mon mieux et j’ai gagné.

Lire Aussi  Tour de Suisse 2023, Présentation du parcours et Favoris Première étape : Einsiedeln – Einsiedeln (12,7 km, contre-la-montre)

L’équipe ibérique a dû faire face à la chute de Alex Aranburu qui a changé la tactique de la course : « Alex devait être notre leader, malheureusement il a chuté, j’espère qu’il va bien, et nous avons un peu changé nos plans ». En ce qui concerne la dernière partie de la course, il la qualifie d' »un peu folle » en raison de la « descente difficile », qui fait qu’il est « difficile de savoir ce qui va se passer », donc « nous devions rester calmes ».

A propos du sprint qu’il a disputé : « Je savais que les derniers kilomètres étaient difficiles, tous les coureurs étaient très forts et essayaient de gagner. Je savais que Mayrhofer était très rapide, j’ai donc essayé d’attraper sa roue, puis j’ai tout donné jusqu’à la fin et j’ai pu lever les bras ». Enfin, il s’est attardé sur son rôle dans la nouvelle équipe, estimant qu’il avait « une bonne équipe ». Mais pour les courses à venir, il n’y aura pas toujours de capitaine désigné car « parfois je vais bien, parfois les autres coéquipiers vont bien », il faudra donc « travailler ensemble, en tant que groupe, pour faire une bonne saison ».

Chantal Martin