Challenge Mallorca 2024, Pelayo Sanchez brûle Marius Mayrhofer ! 3ème Aleksandr Vlasov, 10ème Alberto Bettiol

Pelayo Sanchez remporte le quatrième jour de la Challenge Mallorca 2024. Le coureur de la Movistar triomphe dans l’épreuve mouvementée du Trophée Pollença – Port d’Andratx s’imposant dans un sprint étroit devant Marius Mayrhofer (Tudor Pro Cycling), qui a également été très généreux dans le final en rattrapant une tentative de finisseur de Marc Soler dans le dernier kilomètre, et Aleksandr Vlasov (Bora-hansgrohe), sur son troisième podium en quatre jours. Également en vedette dans la finale Igor Arrieta (UAE Team Emirates), à l’attaque pendant trente kilomètres avant d’être rattrapé et détaché par Lennert Van Eetvelt (Lotto Dstnty) dans la dernière montée. Laissé seul en tête après la chute de l’Espagnol, revenu dans la descente, le Belge a été repris dans le final par le petit groupe des premiers poursuivants, composé de huit hommes, qui ont donc joué la course au sprint. Parmi les Italiens, le meilleur à l’arrivée est Alberto Bettiol (EF Education – EasyPost), dixième, remportant le sprint des battus.

La vidéo de l’arrivée

L’histoire de la course

Départ comme d’habitude à grande vitesse. Après les premières tentatives infructueuses et une chute impliquant plusieurs coureurs de différentes équipes (mais sans conséquences particulières), un petit groupe s’est essayé : Rodrigo Álvarez (Burgos-Bh), Emil Herzog (Bora-hansgrohe), Lennart Voege (Rembe Sauerland), Asier Etxeberria (Euskaltel), Clément Champoussin (Arkéa-B&B), Dylan Vandenstorme (Flanders-Baloise) et Laurenz Rex (Intermarché-Wanty) prennent l’avantage. Mais l’action est malheureuse et après 15 kilomètres, le peloton revient. Ce sont alors Sebastian Niehues (Rembe Pro Cycling Team), Dylan Vandenstorme (Team Flanders – Baloise), Hugo Scala Jr. (Project Echelon Racing), Idar Andersen (Uno-X Mobility), Jonas Gregaard (Lotto Dstny) et Cole Kessler (Lidl-Trek Future Racing) qui se sont mis en route. Pour eux, il y a une nette avance sur le peloton, qui laisse également plus de 6′ dans les premiers temps de l’attaque.

La situation a changé lorsque Bora-hansgrohe a décidé de prendre les rênes de la course à l’approche du premier GPM de la journée, le long duquel le peloton a facilement repris deux minutes sur les six qu’il avait au pied de l’ascension. Avec cinq coureurs restants après avoir perdu Niehues, qui a été repris à 90 kilomètres de l’arrivée, le groupe d’attaque a également perdu Scala dans une chute, avec quatre coureurs à l’approche de la deuxième ascension de la journée.

Lire Aussi  Giro d'Italia 2023, João Almeida : « Demain sera un grand défi ; Roglič est toujours en lice, je l'attends devant"

Avec le peloton à 2’47 », le groupe de tête a essayé d’accélérer dans le Puigg Major, avec seulement deux coureurs restants, Gregaard et Andersen. Vers la fin de l’ascension, l’équipe UAE Team Emirates a également pris la tête du peloton, avec Marc Soler et Nils Politt qui ont accéléré le rythme, forçant également une descente pour rattraper tous les coureurs au milieu. A ce moment-là, lorsque la route a recommencé à monter vers le Coll den Bleda, l’écart s’est réduit à 1’20 » par rapport au duo de tête, mais le rythme a baissé, permettant aux deux poursuivants de profiter de quelques kilomètres de liberté supplémentaires.

L’accalmie dure jusqu’au pied du Coll de sa Pedrissa, où le peloton se bat immédiatement. Après les premiers sprints, un petit groupe composé d’Igor Arrieta (UAE Team Emirates), Frederik Wandahl (Bora – hansgrohe), Simon Carr (EF Education – Easypost), Ewen Costiou (Arkea-B&B Hotels) et Lennert Van Eetvelt (Lotto Dstny) s’est formé en poursuite, gagnant quelques mètres sur un groupe toujours en pleine effervescence. Gregor Mühlberger (Movistar Team), Sergio Samitier (Movistar Team), Mattia Cattaneo (Soudal Quick-Step), Vincenzo Albanese (Arkea-B&B Hotels), Tobias Halland Johannessen (Uno-X Mobility), Paul Double (Team Polti Kometa) et Iker Mintegi (Euskaltel-Euskadi) sont également arrivés rapidement.

Ces douze hommes se sont détachés au milieu, entre les attaquants et le peloton, bien que dans un premier temps pour une poignée de secondes. Mais leur action a été décisive et ils ont réussi à rattraper les deux échappés à 40 kilomètres de l’arrivée. Mais entre-temps, le peloton a commencé à s’organiser, tandis qu’à l’avant, l’affaire semble mal engagée. Alors qu’ils sont sur le point d’être repris, Arrieta décide de faire cavalier seul. Profitant d’un moment de flottement, il prend rapidement une avance de trente secondes, avec laquelle il aborde les trente derniers kilomètres, qui sont encore loin d’être faciles.

Derrière lui, ses coéquipiers tentent d’atténuer les actions des contre-attaquants, dont Michael Valgren (EF Education – EasyPost) et Frederik Wandahl (Bora-hansgrohe), et l’écart reste relativement stable. Movistar, qui a perdu Alex Aranburu dans une mauvaise chute, tente d’organiser quelque chose de plus linéaire, mais les autres équipes préfèrent agir par à-coups. Les hommes d’Uno-X Mobility, par exemple, sont très actifs, tout comme Aleksandr Vlasov (Bora-hansgrohe). Mais l’action la plus décisive est venue de Gregor Mühlberger (Movistar Team) et de Lennert Van Eetvelt (Lotto Dstny), rejoints par un surprenant Yves Lampaert (Soudal Quick-Step).

Lire Aussi  Clásica Jaén Paraíso Interior 2024, équipes annoncées : cinq équipes WorldTour également

Mais nous sommes maintenant dans l’ascension finale et les grimpeurs doivent essayer de faire la différence pour gagner. Triomphant hier, Van Eetvelt savait qu’il en avait plus que ses compagnons et s’est étiré de manière décisive, parvenant pour la première fois à rattraper l’Espagnol en tête. En peu de temps, le jeune Flamand l’a mis dans sa ligne de mire, jusqu’à ce qu’il le rejoigne non loin du sommet. Le coureur ibérique a essayé de s’accrocher à la roue de son rival, tout en laissant Brandon McNulty et Marc Soler courir derrière lui, où Vlasov était toujours parmi les plus actifs, frustré toutefois par le marquage de l’équipe Emirates.

Lorsque Van Eetvelt s’est retrouvé seul, la situation a inévitablement changé et les deux hommes ont commencé à apporter leur contribution dans un petit groupe de poursuivants qui comprenait également Ilan Van Wilder (Soudal Quick-Step) et Tobias Halland Johannessen (Uno-X Mobility), ainsi que Vlasov. Dans la descente, Arrieta revient en tête de la course, mais son excès d’empressement lui fait commettre une erreur insignifiante, qui le fait chuter au sol alors qu’il est presque dans la roue de son rival. Van Eetvelt se retrouve donc à nouveau seul, mais derrière lui, le groupe s’est agrandi et compte désormais Pelayo Sánchez (Movistar Team), Benjamin Thomas (Cofidis) et Marius Mayrhofer (Tudor Pro Cycling Team).

C’est ce dernier, le plus rapide sur le papier, qui fait l’effort nécessaire pour se rapprocher, et il se retrouve ensuite à relancer pour revenir sur la tentative finisseuse de Marc Soler. Mais dans sa roue, Pelayo Sanchez fait preuve d’une grande sagacité et, alors que l’Allemand a rattrapé le Catalan, parvient à le dépasser dans le dernier virage, dominant de manière décisive.

Résultat Trofeo Pollença – Port d’Andratx – Challenge Mallorca 2024

Chantal Martin