Classic Var 2024, Lenny Martinez triomphe au Mont Faron : « Quand je l’ai vu lever les bras, je me suis dit que je pouvais encore le dépasser… ».

Premier triomphe saisonnier pour Lenny Martinez qui conquiert le Classique Var 2024. Pour ses débuts dans la nouvelle course d’un jour de catégorie 1.1, le coureur de la Groupama-FDJ a réussi à prendre le dessus sur ses concurrents directs, non sans un peu de chance. La course s’est terminée par l’ascension de l’historique et emblématique Mont Faron, l’une des plus difficiles du sud-est de la France, et le jeune transalpin a réussi à battre le Norvégien. Tobias Halland Johannessen (Uno-X Mobility) qui avait déjà commencé à exulter à vingt mètres de la ligne d’arrivée, persuadé d’avoir gagné la course. Le podium a été complété par le Français Romain Bardet (Dsm-Firmenich PostNL) qui a toujours mené la course dans la montée finale.

« C’était une course qui me tenait vraiment à cœur – les premiers mots de la classe 2003 après l’arrivée – j’étais dans le flou total quand j’ai franchi la ligne d’arrivée, j’ai poussé jusqu’au bout et j’ai franchi la ligne en premier. Je ne le savais pas, J’étais complètement épuisé. J’ai essayé de ne pas exploser quand il y avait des attaques, parfois c’était difficile. Je voulais attaquer dans le final, mais je n’avais pas les jambes. A 500 mètres de l’arrivée, j’ai cru que c’était fini pour moi, mais les autres se sont assis et j’ai réussi à les dépasser.

Un effort un peu cynique, mais que le jeune transalpin revendique : « Quand je l’ai vu lever les bras, je me suis dit que je pouvais encore le dépasser », ajoutera-t-il plus tard, après la remise des prix : « Et c’est ce que j’ai réussi à faire, ça fait partie du jeu. C’est une victoire particulière car au début j’ai cru que c’était fini, après qu’ils m’aient distancé, mais j’ai tout donné jusqu’au bout et les faits m’ont donné raison (…) Je suis très heureux de cette victoire, devant ma famille, près de chez moi, dans une course qui me tenait à cœur… »

Lire Aussi  Gand-Wevelgem 2024, Adrien Petit se fait l'écho de Brodie Chapman : "Aucun respect pour les coureurs".

Chantal Martin