Cofidis, Cédric Vasseur, après un début de saison décevant : « Nous nous attendions à une réaction, mais j’ai pleinement confiance dans les coureurs et le personnel ».

Cédric Vasseur dresse un inévitable bilan décevant après Paris-Nice et Tirreno-Adriatico pour son équipe Cofidis. La formation transalpine a glané quelques places dans la Course des Deux Mers, où Axel Zingle s’est notamment illustré, avec un autre Top10 décroché par Stanisław Aniołkowski, mais les résultats escomptés ont décidément fait défaut, tant au niveau du classement général que de la réflexion sur les étapes. L’équipe française, qui lutte actuellement pour conserver sa place dans le WorldTour retrouvée il y a tout juste un an, n’a toujours pas gagné cette année, ne décrochant que deux podiums au cours des deux premiers mois de compétition, et il en faut manifestement plus pour pouvoir espérer obtenir une licence de première division à l’issue de cette période de trois ans.

« Paris-Nice et Tirreno-Adriatico n’ont pas été à la hauteur de nos espérances », commente sèchement le directeur sportif, « avec un début de saison compliqué, nous attendions une réaction de nos coureurs sur ces deux courses, mais malheureusement ils ne nous ont pas rassurés. Certes, il y a eu un bon contre-la-montre par équipe dans la Race to the Sun et quelques places d’honneur d’Axel Zingle et de Stanisław Aniołkowski dans la course italienne, mais dans l’ensemble, nous n’avons pas réussi à atteindre notre objectif », dit-il.

Inévitablement vient maintenant un rappel à l’ordre, que l’ancien coureur ne cache pas, admettant clairement la situation, qui a été discutée en interne : ‘Même si nos objectifs sont plus éloignés, nous avons eu beaucoup de malchance et le niveau des courses est très élevé en début de saison, nous progressons en deçà de nos possibilités. Toute l’équipe en est consciente et travaille d’arrache-pied pour permettre à nos coureurs de revenir au plus vite à leur meilleur niveau et de prendre la place qui leur revient dans la hiérarchie mondiale.

Lire Aussi  Les 10 paris de 2024, 9-10 : Mark Cavendish et Luca Vergallito

Pour l’instant, Vasseur reste calme et ne hausse pas le ton : « Je peux comprendre la déception et la frustration de nos nombreux supporters qui attendent une réaction de l’équipe. Mais j’ai toute confiance en nos coureurs et en notre staff pour retrouver au plus vite le chemin de la performance. »

Chantal Martin