Dylan Groenewegen revient sur l’incident avec Fabio Jakobsen : « J’ai été choqué quand j’ai vu les images, mais neuf mois de disqualification, c’était trop ».

Dylan Groenewegen a envisagé de prendre sa retraite après l’accident avec Fabio Jakobsen au Tour de Pologne en 2020. Le sprinter est revenu sur le sujet près de quatre ans plus tard, rappelant que son jeune compatriote n’était pas le seul à avoir souffert durant cette période. L’actuel porte-drapeau de la Jayco-AlUla a subi une disqualification de neuf mois et, pour surmonter la culpabilité qui lui a causé un grand traumatisme, il a été soutenu par un psychologue pendant son temps d’arrêt.

Le jeune homme de 1993 a raconté au podcast néerlandais cette période difficile de sa vie. De Grote Plaat, relancé par WielerflitsJe n’ai pas ouvert le garage pendant des semaines parce que je ne voulais pas voir mes vélos. Tout ce qui concernait les vélos pouvait être mis dans des cartons. ce n’était pas ce que je voulais ». Une situation très compliquée, également affectée par la naissance imminente de leur fils – « À cette époque, ma femme était enceinte et les choses n’allaient pas bien, l’accident en Pologne a commencé à poser des problèmes. J’ai essayé de garder mes sentiments pour moi. Mais de nombreux amis qui venaient me voir à cette époque, comme Lars Boom, se sont rendu compte que les choses n’allaient pas bien. Ils étaient vraiment inquiets que les choses se terminent mal, que je revienne un jour au cyclisme.

Jumbo-Visma, l’équipe dans laquelle le sprinteur évoluait à l’époque, lui a également proposé un coach mental pour l’aider à gérer le problème : « Il m’était difficile de me lier à quelqu’un comme ça et de tout lui dire, je n’ai même pas pris contact avec cette personne. Ce qui a rendu les choses encore plus difficiles, c’est qu’il a dû revivre le moment de l’accident encore et encore, pour des raisons juridiques. J’ai été choqué lorsque j’ai vu le film », ajoute-t-il, « c’est douloureux à regarder. C’est un moment vraiment horrible. C’est terrible ce que l’on voit là-bas, mais ici ».

Lire Aussi  Paris-Nice 2024, Remco Evenepoel : "Ce n'est pas encore fini, mais je pense que Matthew Jorgenson est le favori pour la victoire".

La reconstitution de l’incident par Groenewegen est également effrayante : « J’ai été choqué quand je l’ai vu parce que j’ai dévié de ma ligne et ce n’est pas bon. D’un autre côté, cela arrive souvent et il y a eu beaucoup de coïncidences malheureuses ici. Il s’agissait d’un sprint en descente, même si, selon l’UCI, ce n’était pas le cas. Mais nous roulions à 84 km/h. Les barrières étaient superposées, j’ai dévié de ma ligne et Fabio est arrivé juste à ce moment-là. L’accident est une combinaison de plusieurs situations malheureuses… Il y a tellement de choses qui ont rendu cette journée terrible. Le sprinter, peut-être sous le choc, a perdu la plupart de ses souvenirs de ces moments : « Je ne me souviens pas de grand-chose parce que ma clavicule était en cinq morceaux, mais j’ai quand même dû monter sur scène et aller à l’hôpital. Ce n’est qu’après trois jours que je me suis rendu compte de l’état de Fabio ».

Quoi qu’il en soit, le coureur néerlandais estime que la suspension de neuf mois est trop sévère : « L’UCI dit que j’ai dévié de ma ligne. Je pense qu’il est juste de suspendre quelqu’un (pour cela, ndlr). Mais je n’ai jamais vu une telle sanction pour quelqu’un après cela. J’ai dit à l’époque que j’espérais qu’elle serait utilisée plus souvent… Je me suis retrouvé plus tard dans la situation où j’ai choisi de freiner pour éviter un accident et il ne s’est rien passé. Pourquoi faut-il toujours que quelqu’un tombe pour qu’il se passe quelque chose ? C’est pourquoi je pense que neuf mois, c’est trop long.

Lire Aussi  Tour d'Antalya 2024, Timothy Dupont dépasse au sprint les Italiens Giovanni Lonardi, Alberto Bruttomesso et Enrico Zanoncello

Pendant sa suspension, le coureur a reçu des messages haineux à son égard et à l’égard de sa famille, notamment en ligne : « Si c’est à mon égard, c’est bien. Mais envers ma famille, ce n’est pas bien. Ils n’ont rien à voir avec ça ». Groenewegen n’oublie cependant pas l’angoisse qui l’a accompagné à cette époque : « Lorsque je partais en balade et que j’entendais une sirène ou un klaxon, j’avais peur. Au début, je ne me sentais pas vraiment cycliste. Tout me faisait mal, mais je devais recommencer ». Finalement, tout s’est joué lors du Tour de France 2022, lorsque Jakobsen, complètement rétabli, a remporté la première étape pour les sprinters au Danemark et a gagné l’étape suivante : « Je sais ce qu’il a enduré, c’était plus que mérité.

Chantal Martin