EF Education-EasyPost, Neilson Powless mise beaucoup sur le Monument et les Jeux olympiques. « Gagner un Monument est mon plus grand objectif ».

Des objectifs ambitieux pour Neilson Powless en vue de la nouvelle saison. Après une année marquée par plusieurs points d’orgue et d’excellentes places dans les grandes courses, confirmant une croissance régulière et étendue, le coureur de l’équipe de France a été choisi pour la première fois. EF Education – EasyPost s’apprête à vivre une année 2024 au cours de laquelle il tentera de faire le grand saut pour tenter de remporter une victoire prestigieuse. Cette année, l’Américain devrait faire ses débuts à Milan-San Remo, puis il s’attaquera aux classiques du Nord dans lesquelles il tentera de mettre en œuvre les résultats de 2023, lorsqu’il avait réussi à terminer 3ème à Dwars Door Vlaanderen et 5ème au Tour des Flandres, et enfin il participera d’abord au Tour de France, dont il a porté le maillot à pois pendant treize jours l’année dernière, puis aux Jeux Olympiques de Paris, ce qui pourrait correspondre à ses caractéristiques.

« Gagner une Monumental Classics serait probablement le plus grand objectif que j’ai en ce moment – les mots de la classe 96 à Cyclingnews – Je pense que c’est réalisable, c’est un objectif réaliste que je me suis fixé. Ce n’est pas facile du tout, c’est très, très difficile d’en gagner une. Je mène les grandes courses d’un jour depuis environ deux ans maintenant, en commençant par la victoire à San Sebastián. C’est ce qui m’a donné la confiance nécessaire pour aller chercher ces résultats un peu plus loin. Depuis, je n’ai pas pu courir avec les meilleurs dans toutes les courses d’un jour que j’ai faites, mais je dirais que dans la plupart des grandes courses auxquelles j’ai participé, j’ai pu être au cœur de l’action dans les finales. C’était donc un objectif amusant à poursuivre et ce sera certainement mon objectif dans les années à venir.

Lire Aussi  Milan-Turin 2024, l'itinéraire (Altimétrie et Planimétrie)

Parlant de son équipe, avec laquelle il a renouvelé son contrat jusqu’en 2027, il souligne le sentiment d’appartenance qu’il éprouve : « Le fait d’être un Américain dans une équipe américaine me donne simplement un peu plus le sentiment d’être chez moi que je ne le ferais dans n’importe quelle autre équipe. Tout le monde est sur la même longueur d’onde. Je suis vraiment heureux ici.

Envisageant 2024 avec de grandes attentes, il pense que « le premier sommet de l’année sera au printemps, dans une classique pavée », avec l’espoir de pouvoir « en gagner une ». Ensuite, il se concentrera sur les Tour de France mais pas « pour le classement général », qui « n’est pas un objectif », ce qui est le cas pour l’ex-capitaine. Richard CarapazLe but est d’avoir un bon pic de forme et de le maintenir pour les Jeux Olympiques car « étant si proches, l’espoir est de maintenir la même condition ».

I Jeux de Paris pourrait lui convenir davantage que les Championnats du monde à Zurich car pour le test arc-en-ciel, il s’attend à « 15 minutes d’efforts intenses qui pourraient être difficiles à maintenir ». Au contraire, « aux Jeux olympiques, j’ai vraiment trouvé quelque chose qui me convient mieux, avec exclusivement des montées vraiment courtes et explosives de deux, trois, quatre minutes », un effort qu’il pense pouvoir répéter tour après tour, « pendant les sept heures de course » dans l’épreuve des cinq cercles. Ma puissance n’a pas tendance à diminuer pendant cette durée », poursuit-il, « je penserais donc aux Jeux olympiques, étant donné qu’il n’y a pas de grandes montagnes à Paris, mais une courte montée pendant 20 fois, ce qui pourrait me convenir ».

Lire Aussi  EN DIRECT Giro d'Italia 2023 EN DIRECT, Seizième étape

Chantal Martin