Giro d’Italia 2023, Joao Almeida relativise : « On se bat encore pour gagner »

Sourire grinçant pour Joao Almeida après la 18e étape du Giro d’Italia 2023. A l’arrivée à Val di Zoldo, le Portugais a perdu 21 secondes à ses rivaux directs, subissant les pentes difficiles du Coi, le long desquelles il a été sauvé par la présence providentielle de Jay Vine, qui le maintient à flot et parvient ensuite presque à réparer Geraint Thomas et Primoz Roglic dans la déchirure finale. Lorsqu’il a cependant dû faire lui-même l’effort, le leader de l’UAE Team Emirates a une nouvelle fois perdu du terrain. Si les dégâts sont limités, et cela peut même faire sourire quand on pense au fait que lors d’une mauvaise journée les dégâts sont somme toute minimes, la performance n’est certainement pas de bon augure au vu du dernier affrontement direct tant attendu dans le montagnes (avant le dernier appel du contre-la-montre en montée de Lussari »

« C’était une étape courte mais intense et ça a été très dur pour moi – avoue-t-il à nos micros après la cérémonie de remise des prix qui l’a vu porter une énième Maglia Bianca d’une collection désormais assez vaste – Ce n’était pas ma meilleure performance, mais je n’était pas si loin du meilleur, donc dans l’ensemble, au final, ça ne s’est pas trop mal passé. Mais ce fut une journée difficile. »

Une sensation douce-amère qui se traduit par des déclarations entre laconique et énigmatique, forcément aussi un peu circonstancielles : « On se bat toujours pour gagner », ajoute-t-il, pensant aussi à demain, dans lequel « je pourrais encore perdre du terrain ou pas ». poursuit-il avec un sourire esquissé sous sa moustache désormais caractéristique. Et si donc « on le saura » le moment venu, en attendant les remerciements ne manquent pas pour « une équipe qui a été très forte, notamment Jay Vine, qui m’a aidé à limiter les dégâts » sur une journée  » dans lequel je ne me sentais pas très bien ».

Lire Aussi  Giro d'Italia 2023, Remco Evenepoel présente ses excuses aux coureurs de Trek-Segafredo après la chute de Salerne : "Il a vu les images, c'était pas de chance"

Chantal Martin