Il y a un an… Giro d’Italia 2022, Vincenzo Nibali proche des meilleurs : « Ça s’est mieux passé que ce à quoi je m’attendais »

Vincent Nibali trouver de bons sentiments à Tour d’Italie 2022. La première étape de montagne a vu émerger les qualités de fondeur du leader Astana Qazaqstan celui sur la ligne d’arrivée du Blockhaus paie un retard très limité par rapport aux premiers, ajusté au sprint par Jai Hindley (Bora-hansgrohe) grimpe de nombreuses places dans un classement général qui le voit désormais proche du Top10, mais avec un peu plus de trois minutes de retard. Pour le coureur de Messine, après la débâcle sur l’Etna, un résultat certes encourageant, de bon augure au vu des deux dernières semaines de sa carrière dans le Giro. Dans lequel il prouve qu’il a encore quelque chose à dire.

« ça s’est mieux passé que je ne le pensais, même si j’ai quand même payé quelque chose – avoue-t-il à nos micros juste après la ligne d’arrivée – je savais que Carapaz et Landa avaient quelque chose en plus et Bardet aussi s’en sortait très bien. Aujourd’hui (hier, ndlr) était une journée all-in, dans laquelle tout devait être donné. La finale était vraiment difficile et quand on atteint 5000 mètres d’altitude, les journées deviennent très dures ».

Arrivé avec de nombreux doutes sur la façon dont il pourrait répondre aux sollicitations de la route et des grands favoris, le Sicilien était parti avec l’intention de se mettre à l’épreuve pour comprendre et évaluer quelle serait sa réponse et, par conséquent, comment se mettre en place. son propre Giro : « C’était pour comprendre comment j’étais. J’avais aussi parlé à l’équipe et Martinelli m’a dit de voir comment ça se passait. Si les choses ne s’étaient pas bien passées, j’aurais pu sortir du classement. Mais maintenant voyons, faisons le point (au moment de l’entretien les écarts précis n’étaient pas encore connus, ndlr) et après on verra ».

Lire Aussi  VIDEO. Dernier kilomètre de l'étape 1 du UAE Tour Women 2024

Aujourd’hui, avec le jour de repos, Vincenzo aura certainement l’occasion de se pencher sur le classement, les écarts et de réfléchir à ce qu’il peut faire de mieux pour marquer sa dernière participation au Giro d’Italia qui lui a tant apporté et dans lequel il a, en tout cas, déjà tant donné. Concepts a également réitéré aux micros de la RAI peu de temps après : « J’ai beaucoup galéré, c’était une journée vraiment très dure, 5000 mètres de dénivelé se ressentent beaucoup et les forces en finale ont été un peu réduites au minimum. Je vois un peu jour après jour, aujourd’hui (hier, ndlr) c’était un peu pour voir comment ça se passait et en fait je ne savais même pas comment ça pouvait se passer. Martinelli m’a dit d’essayer de tenir le classement, après on fera le point. Maintenant, il y aura un jour de repos, mais il reste encore dix étapes et nous savons que ce sont des étapes terribles ».

Il y a aussi le récit de la montée : « J’ai essayé de grimper régulièrement, car mon plan était de défendre et non d’attaquer. Avec l’équipe, nous avons décidé de tenir le coup et de voir où je pouvais arriver jusqu’à la ligne d’arrivée. En fin de compte, les jambes se sentaient bien et je pense que je me sentais encore mieux que je ne l’aurais espéré. Ce fut une journée très chaude, peut-être la première aussi chaude de ce Giro, tant de gens en ont souffert. Aussi, je pense que cela fait des années qu’une étape de 5000m n’a pas été faite. Globalement, au final, c’était une bonne tapa pour nous et j’arrive satisfait au tour de repos, qui j’espère nous permettra de nous reposer un peu ».

Lire Aussi  Tour de Suisse 2023, Juan Ayuso : "Des sensations douces-amères : le classement était l'objectif principal et je ne l'ai pas eu"

Chantal Martin