Il y a un an…Jumbo-Visma et Intermarché-Circus-Wanty, de nombreux coureurs utilisent un nouveau produit alimentaire à base de bicarbonate de sodium : « Un changement important et bénéfique ».

Dans un monde cycliste de plus en plus axé sur ce que l’on appelle les « gains marginaux », la nutrition est un aspect essentiel. Il se trouve qu’un nouveau produit basé sur une substance résolument « ancienne » est en train de devenir un facteur significatif dans les performances de certains coureurs. C’est le cas du « Bicarbonate System », commercialisé par une société suédoise et dont l’utilisation – tout à fait légitime – gagne du terrain dans le peloton. Bicarbonate » est un mot anglais, mais sa signification dans ce cas est assez intuitive : il s’agit en fait du bicarbonate, que l’on trouve dans les cuisines de tous les foyers et qui a de multiples usages.

En l’occurrence, il est entré dans la liste des ingrédients d’un produit qui aide les sportifs à pousser plus fort, notamment parce qu’il ralentit la production d’acide lactique dans les muscles. Si le bicarbonate est une « méthode alimentaire » un peu dépassée, le nouveau produit en question a éliminé les divers effets secondaires que le bicarbonate pouvait avoir sur le système digestif : « C’est un grand pas », dit-on dans l’entourage de l’auteur du produit. Joshua Rowedu fabricant Maurten, collecté par VeloNewsNous avons pris quelque chose que les gens s’efforçaient de consommer depuis des décennies et nous en avons supprimé tous les aspects négatifs possibles. Je pense que c’est un tournant, et les athlètes semblent le penser aussi ».

Oui, car le système de bicarbonate est utilisé depuis longtemps par des équipes de haut niveau telles que l’équipe de France de football. Jumbo-Visma et le Intermarché-Circus-Wanty. « Rien qu’au niveau du WorldTour, des dizaines de coureurs, même d’équipes que nous ne sponsorisons pas directement, commandent le produit. Nous avons toute une liste de réservations… », les mots de Herman Reuterswärdreprésentant du fabricant. Et même en dehors du cyclisme, de nombreux champions l’ont utilisé, dont l’ancien patineur Niels van der Poel, le spécialiste du trial Kilian Jornet et le marathonien Joshua Cheptegei.

Lire Aussi  Giro d'Italia 2023, Primoz Roglic prêt pour Campo Imperatore : "Je m'attends à une bonne bataille, j'ai hâte"

Pour en revenir au cyclisme, parmi les noms cités figurent ceux de Wout van Aert, Primož Roglič et de Lotte Kopecky, Il y a 20 ans encore, on pouvait voir des sprinters avaler du bicarbonate alors que les sprints étaient à 30 kilomètres de distance – le commentaire de Lotte Kopecky est très intéressant. Mathieu Heijboer, responsable de la performance de Jumbo-Visma – je l’ai moi-même utilisé : il apportait de petits bénéfices, mais les effets secondaires représentaient un risque. Certains de nos coureurs utilisent le produit depuis 2021 et ce système a ouvert un nouveau monde pour certains athlètes qui ne pouvaient pas utiliser le bicarbonate auparavant. C’est un grand changement, mais aussi un avantage pour eux.

Heijboer ajoute : « L’utilisation du bicarbonate n’affecte pas seulement la sensation qu’un cycliste a dans ses jambes. Nous avons constaté qu’il augmente également la puissance des sprints de courte durée, entre 20 et 30 secondes. Les coureurs supportent mieux l’acide lactique produit lors de ces efforts. Ainsi, la perception de l’effort s’améliore, mais le résultat aussi. C’est pourquoi les coureurs l’apprécient tant ». Mais il y en a aussi qui ne l’aiment pas, comme par exemple Jonas Vingegaardqui, contrairement à d’autres coéquipiers, ne l’utilise tout simplement pas.

Pour sa part, l’entreprise est déjà tournée vers l’avenir, à tel point que, selon VeloNews, la direction de Maurten envisage déjà le fait que son produit – actuellement, comme nous l’avons déjà dit, légal – pourrait se retrouver sous la loupe de l’AMA ou d’autres organismes antidopage.

Lire Aussi  Visma | Lease a Bike, beaucoup de problèmes pour Cian Uijtdebroeks à la Volta a Catalunya : "Il a abandonné parce qu'il n'y avait pas de bonnes raisons de continuer".

Chantal Martin