Ineos Grenadiers, Egan Bernal après sa troisième place aux championnats nationaux : « Je me suis senti comme l’Egan d’avant, ce résultat signifie beaucoup pour moi ».

Très satisfait Egan Bernal après sa troisième place aux Championnats nationaux. Le dimanche 28 janvier, après sa sixième place au contre-la-montre, le coureur de la Ineos Grenadiers a pris le départ de l’épreuve en ligne, terminant derrière Alejandro Osorio (GW Erco Shimano), qui est devenu champion de Colombie, et de Sergio Higuita (Bora-hansgrohe) médaillé d’argent, avec lequel il était le protagoniste d’une splendide action de retour qui a échoué pour une poignée de secondes. La classe 97 a retrouvé d’excellentes sensations après l’accident d’il y a deux ans qui a sérieusement compromis sa carrière et va maintenant continuer à travailler pour essayer de jouer des succès importants et essayer de revenir à ce qu’il avait conquis lors de la première édition de la Coupe du Monde. Tour de France 2019.

« Ce résultat est très important pour moi – a commenté le jeune homme de 27 ans à Deportes RCN après la ligne d’arrivée – Nous avons travaillé pour être aussi bons que possible pour ces championnats nationaux. Dans le contre-la-montre, disons que nous ne sommes pas allés comme nous le voulions, mais je pense que j’ai montré dans la course en ligne le niveau que j’ai vraiment. Cela me donne beaucoup de motivation pour ce qui m’attend cette saison et me donne envie de retrouver le niveau que j’avais avant.

Revenant sur la course qu’il a disputée, il ne cache pas sa grande satisfaction pour ce qu’il estime être probablement sa meilleure course depuis la terrible chute du début de l’année 2022. « D’une certaine manière, j’étais presque nostalgique, Je me sentais comme le Egan d’avant« , a-t-il ajouté, sans cacher une certaine émotion. J’ai dit que je donnerais tout », a-t-il poursuivi, « je me fichais de sortir dans une côte, je faisais tous mes virages à fond ». C’est comme ça que je courais avant, sans peur, et je me suis senti comme avant.« . Il n’est donc pas trop déçu du manque de réussite, car pour lui, la performance l’emporte largement sur le résultat :  » Dans le groupe, nous nous sommes très bien compris, c’était une grande collaboration car personne ne s’est caché. Nous sommes tous allés au maximum car la course était très rapide.

Lire Aussi  Israel-Premier Tech, dans le sillage de Derek Gee, a embauché un autre Canadien : contrat de deux ans pour Riley Pickrell

Une course qui peut donc désormais être un point de départ pour lui. Conscient qu’il « doit garder les pieds sur terre » même si « le championnat national colombien est l’un des plus durs avec un des niveaux les plus élevés et que ce circuit était vraiment dur, il fallait donc avoir de bonnes jambes », le jeune homme de 1997 est « heureux » et place la barre plus haut, bien décidé à ne pas se laisser abattre : « J’ai beaucoup d’envie de continuer à travailler. J’ai travaillé dur ces deux dernières années pour revenir à ce niveau et maintenant je vais continuer.« .

Chantal Martin