Kuurne-Bruxelles-Kuurne 2024, Tim Wellens : « Qui sait, peut-être que la course sera décidée plus tôt aujourd’hui, avec Visma il peut toujours y avoir une surprise ».

Tim Wellens s’attend à nouveau à une course difficile de la part du Visma | Lease a Bike à Kuurne-Bruxelles-Kuurne 2024. Après une belle démonstration de force hier à l’Omloop Het Nieuwsblad, l’équipe néerlandaise aura à nouveau les yeux rivés sur elle aujourd’hui, y compris ceux de la Belgique.UAE Team Emirates. Le coureur de 32 ans, cinquième de cette course l’an dernier, a admis ce matin à nos micros qu’il avait de bonnes jambes et qu’il espérait donc pouvoir suivre les meilleurs lorsque la course se déclenchera et pouvoir jouer pour un bon résultat.

Comment allez-vous, comment avez-vous vécu la course hier ?
Je vais bien, la course était très intéressante. Elle a commencé très tôt, je suis resté derrière, puis je suis revenu dans le groupe. J’ai cru que la course était terminée, mais nous avons réussi à revenir en tête et la deuxième place avec Nils est un bon résultat pour nous.

L’Omloop est une course que l’on aime, on a toujours l’air fort, mais il nous manque toujours ce petit quelque chose….
Oui, je suis fort, mais il me manque un petit quelque chose. Quoi qu’il en soit, le plus important est que les jambes soient bonnes.

Qu’attendez-vous de Kuurne aujourd’hui ?
L’année dernière, j’ai terminé cinquième après une longue finale, dans laquelle nous sommes partis de loin et avons cherché la victoire. Le même scénario ne serait pas mauvais, mais nous espérons un meilleur classement. Qui sait, cependant, si aujourd’hui la course ne se décidera pas encore plus tôt, comme hier. Avec Visma, il y a toujours une surprise.

Lire Aussi  FCI, interdiction de séjour de 14 mois pour Moreno Argentin : "Nous sommes tous en danger, vous êtes prévenus...".

Vous attendez-vous à ce qu’ils fassent à nouveau la loi ?
Même hier, ils ont été impressionnants à la fin, ce n’était pas vraiment de la chance qu’ils gagnent, mais la course doit toujours être écrite et vous ne savez jamais jusqu’à la fin.

Chantal Martin