Lotto Dstny, Henri Vandenabeele remis à zéro par long-covid : « Je me sens à nouveau en bonne santé mais je dois travailler sur les bases. Ce n’est pas bien de gâcher toutes ces années »

Les derniers mois n’ont pas été faciles pour Henri Vandenabeele. Le jeune coureur de 23 ans de la Lotto Dstny a franchi un cap après deux années difficiles au sein du Team DSM, dont la dernière a été marquée par la Covid, qu’il avait déjà contractée en 2022, qui l’a contraint à manquer le Giro d’Italia et dont les conséquences l’ont tenu éloigné des courses de début avril jusqu’à la fin de la saison. Cette année, il doit donc prendre un nouveau départ avec patience et sans trop d’ambition pour lui qui, en 2021, avait terminé troisième du Tour d’Italie des moins de 23 ans et qui, l’année suivante, avait également fait ses débuts dans un Grand Tour lors de la Vuelta, qu’il avait dû abandonner lors de la neuvième étape.

Son année 2023 est encore un cauchemar, confie-t-il à Wielerflits: « En avril, j’ai dû à nouveau faire face au coronavirus. Peu après, j’ai essayé de me remettre en forme, mais cela ne s’est pas très bien passé. C’était une succession d’essais et d’erreurs. Il m’arrivait de ne pas m’entraîner pendant cinq jours, puis d’en faire un. En juin, j’ai arrêté complètement pendant deux mois pour laisser mon corps se reposer, mais en octobre, j’ai de nouveau eu de la fièvre, probablement parce que j’en avais trop fait. Je souffrais constamment de symptômes de longue durée.ce qui signifie que j’étais toujours très fatiguée, même pendant la journée. Le repos était la seule solution ».

Aujourd’hui, il se sent mieux et va bientôt recommencer à courir : « Je me sens à nouveau en bonne santémais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Je dois vraiment travailler sur les bases. Pour l’instant, je m’entraîne encore avec peu d’intensité, car le danger du surentraînement guette toujours », ajoute-t-il, avouant être retombé malade à la fin de l’année lors d’un stage en Espagne : « J’ai toutefois réussi à bien me rétablir. J’ai également apprécié de retourner plus souvent en montagne et de pouvoir m’entraîner par beau temps.. En tant qu’alpiniste, c’est tout ce que l’on souhaite. Le fait que mon oncle ait une maison et que mes amis Luca Van Boven et Yentl Vandevelde y soient venus m’a également beaucoup aidé.

Lire Aussi  Groupama-FDJ, Rudy Molard ne peut toujours pas rentrer chez lui après la commotion cérébrale subie au Tour Down Under : "Je n'ai aucun souvenir de la chute, mais en général je m'améliore".

Cependant, il est frustrant de ne pas pouvoir se mesurer à ses pairs déjà établis : « Le sentiment est bon, mais il faudra peut-être une saison entière avant que je ne revienne à mon meilleur niveau. Ce sera une sorte d’année de transition pour me remettre sur pied. Je vais essayer d’être utile à l’équipe et je veux sentir que je peux à nouveau être compétitif lors d’une course d’ici la fin de l’année. C’est l’objectif que je me suis fixé pour l’instant« .

« Mais d’un autre côté, bien sûr, il n’est pas bon de perdre toutes ces bonnes années – Il ajoute : « Maintenant, vous avez l’impression que ma carrière se poursuit sans que je puisse faire quoi que ce soit. Je n’ai que 23 ans. J’espère que les choses vont se passer rapidement, mais le fait est que les générations se succèdent et que l’on voit émerger de nouveaux hommes. C’est parfois agaçant surtout lorsque vous voyez à la télévision d’autres pairs avec lesquels vous pouviez rivaliser jusqu’à récemment, alors que vous êtes malade dans votre fauteuil ».

Il reprendra la compétition à Oman, en attendant des jours meilleurs : « Après Oman, je m’entraînerai un peu plus, mais je resterai prudent. Les médecins savent que ce que j’ai vécu est très grave.. Ils ne sont donc pas favorables à ce que je fasse un Grand Tour cette année, mais… nous verrons comment les choses se passent au cours de la saison« .

Chantal Martin