Milan-Sanremo 2024, Alberto Bettiol : « J’ai montré à tout le monde ce dont je suis capable ».

Alberto Bettiol a confirmé les espoirs placés en lui lors de la Milano – Sanremo 2024. Arrivé à Pavie, point de départ de la Classicissima de cette année, fort de son beau succès au Milano – Torino, le Toscan s’est vu attribuer le rang d’outsider parmi les plus cités et n’a pas déçu, se montrant parmi les meilleurs aussi bien dans les montées qu’au sprint, décrochant une belle cinquième place. Un résultat qui laisse évidemment quelques regrets, surtout au lendemain de l’étape, mais qui est surtout une source de fierté à tête reposée, quand on réalise plus clairement comment les choses se sont passées et ce que cette performance peut signifier pour l’avenir.

« L’équipe a été fantastique, commente-t-il après une bonne douche, j’ai été d’autant plus impressionné que beaucoup d’entre eux en étaient à leur première participation au Milano-Sanremo. Ce n’est pas facile de courir un Monumento comme celui-ci pour la première fois, mais je suis vraiment fier d’eux et de la façon dont ils ont couru et j’espère qu’ils apprendront pour l’avenir. J’espère qu’un jour ils feront mieux que moi et qu’ils gagneront !

En ce qui concerne les moments clés, le vainqueur du Tour des Flandres 2019 souligne la grande incertitude d’une course comme la Classicissima : « L’arrivée était vraiment rapide. Pogacar était très fort sur le Poggio, mais à la fin, il était difficile de creuser l’écart parce que nous avons été très forts toute la journée. Le Milano-Sanremo est comme ça. On ne sait jamais qui va gagner avant les 100 derniers mètres. C’est l’une des rares courses au monde où l’on ne sait pas comment elle va se terminer. Le Sanremo est une course très, très ouverte. Il faut avoir beaucoup d’expérience pour bien la lire. Notre équipe était jeune en termes d’expérience, mais je suis vraiment fier de mes coéquipiers.

Lire Aussi  VIDEO. Dernier kilomètre de l'étape 2 Etoile de Bessèges 2024

Un résultat de bon augure donc pour la campagne nordique, de plus en plus imminente, qui constitue le premier objectif majeur de sa saison : « Pour les prochaines semaines, je suis très confiant. J’ai montré à tout le monde ce dont je suis capable. Il y a quelques jours, j’ai gagné le Milan-Turin. Aujourd’hui, je me suis classé parmi les dix premiers, alors j’espère que j’aurai encore quelques bonnes semaines dans les classiques belges et le reste de l’année.

Chantal Martin