Milan-Sanremo 2024, Pogacar et les EAU vont-ils déjà se déplacer sur la Cipressa ? « Pourquoi pas ? Le secret est de le faire en moins de neuf minutes, il ne doit pas rester plus de 20 coureurs ».

Joxean Matxin étudier comment apporter Tadej Pogacar pour remporter le Milan-Sanremo 2024. Après son incroyable attaque de 81 kilomètres à la Strade Bianche, le Slovène est certainement l’un des principaux favoris du premier Monumento de la saison, mais, comme l’a montré l’édition de l’année dernière, il ne sera peut-être pas facile pour lui de se détacher de tout le monde (en particulier du tenant du titre, le champion du monde en titre). Mathieu Van Der Poel) également dans la Classicissima et, en particulier, sur le site de la Poggiooù des tentatives décisives ont souvent été faites ces dernières années. D’où laUAE Team Emirates pourrait durcir la course dès Cipressa pour essayer de faire une grande sélection, mettre des efforts dans les jambes des adversaires et peut-être lancer Pogacar lui-même déjà au sommet de la montée, un point à partir duquel une attaque victorieuse a échoué depuis 1996.

C’est le manager de la formation émiratie qui n’exclut pas ce scénario : « …Pourquoi pas ? Pour moi, le secret, c’est de faire le Cyprès en moins de neuf minutes ». – a déclaré Matxin à GCN – Il y a deux ans, Davide Formolo avait franchi l’ascension en 9’30 » et il ne restait que 27 coureurs dans le groupe de tête. L’année dernière, en 9’50 », il restait près de 70 coureurs. Cette année, il est possible de passer sous les neuf minutes. A mon avis, il n’y a pas plus de 20 coureurs qui peuvent y arriver. C’est très compliqué et il reste 22 kilomètres jusqu’au sommet de l’ascension, mais rester en tête à partir de là dépend non seulement de Tadej mais aussi de ses rivaux. A fond dans la Cipressa, à fond dans le Poggio, la course devient très dure.. Mais le but est de gagner Milan-San Remo. Tadej est un super coureur et nous avons des plans pour de nombreuses situations.

Lire Aussi  Cyclisme à la télé et en streaming : les moments de la semaine (17 – 23 juillet)

Quoi qu’il en soit, Matxin voit un grand favori pour la victoire :  ».A mon avis, le favori pour Milano-Sanremo est Mathieu Van Der Poel.. Il est le numéro un et le dernier vainqueur de cette course. Tadej, lui, est en très bonne forme. Il était en très bonne condition lors de la Strade Bianche, mais cette course ne se joue pas toujours sur la forme. Ces dernières années, la course s’est réduite à un finish explosif de cinq minutes. Il s’agit d’avoir une bonne position avec de bonnes jambes et il y a beaucoup de points importants dans la course où vous n’avez pas le droit à l’erreur.« .

« Si vous n’avez pas une bonne position sur la Cipressa ou le Poggio, vous finissez par gaspiller beaucoup d’énergie », a poursuivi le manager espagnol. A mon avis, c’est la course la plus compliquée et la plus tactique de l’année.. Dans les autres Monumento, tout est une question de puissance, Milano-Sanremo est plus une question de situation de course. Il y a quelques années, un virage de Matej Mohorič avait suffi à décider de la course. Après 280 kilomètres, cette course se décide dans les petits moments« .

Chantal Martin