Milan-Turin 2024, Marc Hirschi : « Félicitations à Bettiol, il a été impressionnant. Nous étions bien derrière »

Marc Hirschi n’a pas remporté la victoire lors du Milan-Turin 2024. Parmi les grands favoris du jour, le leader de l’UAE Team Emirates a dû se contenter de la troisième place à l’arrivée à Salassa, où Alberto Bettiol (EF Education – EasyPost) s’est illustré par une splendide action solitaire qui lui a permis de distancer trois hommes de l’équipe Emirates, le coureur suisse terminant au milieu de ses coéquipiers Jan Christen et Diego Ulissi. C’est donc une moquerie pour l’équipe qui a pris les choses en main dans les phases chaudes de la course, choisissant toutefois de se rattraper dans le final une fois l’Italien parti.

Avant l’avant-dernière montée, j’ai eu du sang qui sortait du nez, mais on allait à fond et je n’ai pas eu le temps de m’en occuper », a-t-il d’abord expliqué lorsque nous lui avons demandé comment il allait après l’avoir vu arriver ensanglanté : « Avec l’effort, le sang est sorti encore plus, mais rien de grave (…) Je me sentais bien, mais malheureusement la selle a lâché de quelques centimètres juste avant 30 à l’arrivée et on n’a pas eu le temps de changer de vélo, donc ce n’était pas le mieux. J’étais bien, nous savions que Bettiol est très fort quand il démarre… »

L’erreur, cependant, est peut-être survenue après le sprint du Toscan de 30 ans, lorsque l’équipe Emirates a décidé de laisser les rênes de la poursuite à d’autres, sans collaborer : « Derrière, il y avait Bora, alors il valait mieux rester dans sa roue parce qu’il serait parti pour vous rattraper si vous étiez parti seul. Malheureusement, ils n’ont pas pu combler l’écart et c’est tout. C’était une bonne journée pour nous, avec une deuxième, une troisième et une quatrième place, mais ce n’est pas ce que nous étions venus chercher ».

Lire Aussi  E3 Saxo Classic 2024, Wout Van Aert blessé et déçu : "Journée malchanceuse, Mathieu m'a fait mal avec ses attaques".

Les compliments étaient pourtant inévitables pour le vainqueur du jour, qui a su résister au rythme des poursuivants après le splendide sprint en montée : « Quand on voit que Bora était si fort, avec cinq hommes, je pense que Bettiol était vraiment fort. C’est impressionnant qu’il ait pu s’accrocher parce qu’ils allaient très vite et que nous sommes passés très près, mais sans nous rapprocher. Il méritait donc de gagner ».

Après cette course où il a pu tirer son épingle du jeu, le Suisse de 1998 se prépare maintenant à se mettre à nouveau au service de Tadej Pogacar lors du Milano – Sanremo, pour lequel UAE Team Emirates a fait une sélection de choix pour tenter d’escorter son homme le plus représentatif vers un succès si durement acquis ces dernières années : « Samedi à Sanremo, tout se jouera avec Tadej. Il est en grande forme et il a été proche plusieurs fois, nous allons essayer de gagner le Sanremo avec lui ».

Chantal Martin