Paris-Nice 2024, Matteo Jorgenson triomphant : « Je suis venu ici en pensant au podium, je ne m’attendais pas à gagner. Changer d’équipe, c’est la meilleure décision de ma carrière

C’est une Matthew Jorgenson visiblement détendu et rêveur qui s’est adressé à nos micros à la fin de la huitième étape de l’exposition. Paris-Nice 2024. Le vainqueur de la courte course à étapes française lors de la dernière étape a été le seul à pouvoir tenir la roue d’un Remco Evenepoel déchaîné. Le Belge de Soudal-QuickStep a ensuite remporté la victoire d’étape, laissant le maillot jaune sur les épaules de l’Américain de Soudal-QuickStep. Visma | Louer un vélo. Dans la longue interview qu’il nous a accordée après l’étape, le jeune grimpeur de 24 ans a tenu à retracer les étapes qui l’ont mené à la conquête de cette prestigieuse course par étapes courte.

Lors de la première étape, vous avez dit que vous ne pensiez pas au classement général. Que ressentez-vous à l’idée d’être le vainqueur de ce Paris-Nice, l’une des courses par étapes les plus historiques et les plus emblématiques ?
« C’est fou, vraiment fou. Comme vous l’avez dit, je ne suis pas venu ici avec l’espoir de gagner Paris-Nice, mais j’espérais monter sur le podium. Même Marc Reef, notre directeur sportif, m’a dit lors d’un appel téléphonique avant la course pour discuter de la tactique pour la semaine qu’il serait heureux avec un top 10. C’est ce que l’équipe attendait. J’ai répondu que le Top 10 n’était pas la raison pour laquelle je venais ici, ayant terminé huitième à deux reprises (en 2021 et 2023, ndlr) et que je voulais viser un meilleur résultat. Je lui ai dit que je pensais qu’un podium était possible. Lentement, au cours de la semaine, cet objectif est devenu de plus en plus réaliste, mais ce n’est qu’hier soir que j’ai commencé à me sentir plus nerveux à l’idée que je pouvais gagner la course.

L’année dernière, ici à Nice, vous étiez déjà à un très bon niveau. Que pensez-vous de vos progrès et de votre évolution en tant que coureur du classement général ?
« Cela signifie beaucoup de choses. Je ne suis pas là pour dire que je vais gagner un grand tour ou que je suis un grand coureur, mais cette semaine a été vraiment bonne. Paris-Nice est une course qui me convient très bien et je pense que je peux continuer à faire de bons résultats dans les courses d’une semaine. Je veux juste essayer de profiter de cette victoire.

Lire Aussi  X2O Trofee, Wout Van Aert : "Aujourd'hui, je n'ai même pas essayé de suivre Mathieu Van Der Poel".

Dans votre équipe, il y a une grande compétition pour être le leader dans une course par étapes. Comment vivez-vous cela ?
« C’est une chose positive. Je pense que je suis dans une équipe qui pousse ses coureurs à donner le meilleur d’eux-mêmes et si vous voulez avoir vos chances, vous devez faire des sacrifices, vous entraîner du mieux que vous pouvez et essayer d’être au meilleur niveau pour mériter ces chances. Je pense que je suis dans un environnement parfait.

L’attaque de Remco sur la Côte de Peille s’est-elle également avérée positive pour vous et votre classement général ?
« Suivre Remco lorsqu’il attaque n’est jamais très agréable, mais oui, je m’y attendais à 100%. Au début de la journée, je pensais qu’il partirait juste après l’arrivée en trombe, mais l’étape est devenue chaotique bien plus tôt et il l’a senti et a démarré au bon moment. Pedersen venait de finir de tirer et je m’y attendais à 100 %, j’étais dans la roue de Remco et j’attendais. Il a essayé trois fois et à la fin nous avons réussi à sortir Brandon (McNulty – ndlr). C’est ce que je voulais, et quand c’est arrivé, j’ai commencé à prendre le relais de Remco et je lui ai dit qu’il pouvait avoir l’étape s’il continuait à rouler avec moi. Heureusement, nous avons très bien travaillé ensemble, c’était un honneur d’être à l’avant avec un tel champion.

Vous vivez tout près de l’endroit où se sont déroulés les derniers kilomètres de cette étape, qu’est-ce qui vous a traversé l’esprit lorsque vous avez roulé sur ces routes pendant la course ?
« La descente de la Moyenne Corniche est la route que j’emprunte à la fin de chaque séance d’entraînement. C’était une sensation assez étrange parce que je la fais habituellement à la fin de l’entraînement et j’ai eu exactement la même sensation pendant la course. C’était un moment particulier, mais je me sentais vraiment à l’aise.

Lire Aussi  Bulletin de notes Gand-Wevelgem 2024 : Pedersen est parfait, VDP est pris au milieu - Milan et Trentin sont d'excellents protagonistes

Vous avez changé d’équipe cette année. En quoi ce changement vous a-t-il permis de faire un pas en avant ?
« Oui, j’ai fait un pas en avant. Je ne peux pas dire que c’est un grand pas, mais dans cette équipe, on s’occupe de chaque détail. Nous ne faisons rien différemment des autres équipes, mais nous faisons chaque chose au mieux de nos capacités. Ils ont une mentalité qui place la performance au centre de tous les aspects, la nutrition, les voyages, le management… Les managers veulent que vous soyez heureux, c’est un plaisir de faire partie d’une équipe comme celle-là. Je pense que c’est la meilleure décision de ma carrière, beaucoup de gens ont pensé que c’était une idée stupide pour moi d’aller dans une équipe où je dois rouler pour Jonas (Vingegaard) au Tour de France. Mais pour moi, c’est un honneur d’essayer de gagner le Tour avec Jonas, ce serait le point culminant de ma carrière. Ensuite, avoir la chance de gagner ce Paris-Nice est quelque chose de spécial, je suis très heureux.

Chantal Martin