Paris-Nice 2024, Matthew Jorgenson satisfait de son attaque : « Je vais essayer de gagner la course ».

C’est Matteo Jorgenson qui est à l’origine de l’attaque qui a finalement décidé de la sixième étape du Tour de France. Paris-Nice 2024 a été Matthew Jorgenson. L’Américain a pris l’avantage à l’issue de la dernière ascension avec une belle progression et, bien qu’il ait franchi la ligne d’arrivée à La Colle-sur-Loup en étant battu par les deux seuls coureurs capables de revenir dans sa roue – Mattias Skjelmose (Lidl-Trek) et Brandon McNulty (UAE Team Emirates) – il a tout de même réussi à distancer de près d’une minute de dangereux rivaux tels que Remco Evenepoel (Soudal-QuickStep) et Primoz Roglic (Bora-hasgrohe). La classe 1999 s’est hissée à la deuxième place du classement général, à seulement 23 secondes de son ami et rival McNulty. S’adressant à nos micros après l’étape, le leader des Visma | Louer un vélo confie qu’il fera tout pour tenter de remporter cette édition de la Course au Soleil.

Félicitations pour votre brillante action. C’était une étape très difficile et très rythmée, parle-nous du moment où tu as décidé d’attaquer.
« J’avais le sentiment que ce serait une journée pour les hommes du classement général. Je pensais qu’il commencerait à pleuvoir un peu plus tôt, mais le temps s’est maintenu. C’était une journée difficile, l’échappée a mis beaucoup de temps à se détacher, une lutte de deux heures avant de réussir à s’échapper. Ensuite, tout le monde a voulu garder le contrôle et l’étape est devenue encore plus difficile. Le positionnement était crucial pour la montée finale et j’ai attendu le bon moment pour partir. Je savais que Remco et Primoz allaient essayer dans la partie la plus raide, donc je cherchais un moment d’hésitation à la fin de la montée et j’ai heureusement réussi à le trouver.

Lire Aussi  Il y a un an... UAE Team Emirates, Michael Vink sur le cyclisme virtuel : "Vous ne pouvez pas tricher sur les chiffres de puissance, je pense que c'est la meilleure façon pour les équipes d'aller chercher des talents".

Avez-vous été surpris de ne pas voir Evenepoel et Roglic rejoindre le groupe de tête ?
« Oui, un peu oui. Mais j’ai été plus surpris d’avoir réussi à creuser un écart aussi important. Je m’attendais à gagner quelque chose, mais être capable d’atteindre une minute était assez surprenant.

Est-ce qu’ils sont trop tactiques ou est-ce que c’est vous qui êtes vraiment en forme ?
« Je ne sais pas, c’est une bonne question. J’ai certainement eu une bonne jambe, mais ceux qui sont derrière sont toujours des coureurs importants.

A la fin de cette étape, pensez-vous pouvoir gagner Paris-Nice ?
« Pour être honnête, oui, je pense que c’est possible. Je vais certainement essayer. Brandon est un ami très cher, mais bien sûr, je ne me ménagerai pas. »

Qu’attendez-vous des prévisions météorologiques de ce week-end ? Il semble qu’il y aura beaucoup de pluie demain, est-ce que ce sont des conditions météorologiques que vous aimez ?
« Oui, je les aime bien. D’habitude, j’y vais très fort quand il pleut et qu’il fait froid. Cela ne veut pas dire que j’aime ça, mais l’espoir est que j’ai encore une bonne jambe ».

Chantal Martin