Paris-Nice 2024, Remco Evenepoel après la première étape : « Nous avons fait ce que nous voulions, mais quelqu’un a été encore plus intelligent que nous ».

Remco Evenepoel a été l’un des coureurs les plus actifs lors de la première étape de la Paris-Nice 2024. Le champion de Belgique a tenté d’accélérer le rythme à plusieurs reprises et a même réussi à gagner quatre secondes de bonification à l’arrivée en trombe à Montainville, faisant déjà un petit mais significatif pas en avant au classement général. Après l’étape, le jeune homme de 24 ans, originaire de Soudal-QuickStep s’est dit satisfait du déroulement de cette étape difficile qui ouvrait la Corsa del Sole.

« Nous avons fait ce que nous avions prévu de faire », a-t-il déclaré aux micros du journal belge Het Nieuwsblad – L’objectif était de prendre les secondes de bonification et nous y sommes parvenus. Il y avait cependant un gars qui était un peu plus malin (en référence à Matthew Jorgensonde Visma | Lease a Bike – ed.) et a pris six secondes. Le plan était de continuer après l’échappée, mais les autres étaient tous au service des sprinters à l’avant et ne voulaient pas faire partie de l’action.

Ce qui a également semblé étrange au Belge, c’est que Primož Roglič (Bora-hansgrohe), peut-être le plus proche rival d’Evenepoel pour la victoire finale, n’a pas participé au sprint pour les secondes de bonification. « D’habitude, il est collé à ma roue, mais pas cette fois. C’est pourquoi j’ai continué à tirer très fort ». Evenepoel a ensuite tenté d’attaquer dans la dernière petite côte, mais sans pouvoir faire une sélection trop importante.

Lire Aussi  Tour du Dauphiné 2023, Ben O'Connor : "J'ai fait de bons moments par le passé, mais c'est de loin celui où j'ai eu les meilleures sensations"

Le capitaine de Soudal-QuickStep, actuellement cinquième au classement général, était heureux d’avoir réussi à gagner quelque chose sur ses plus proches rivaux pour la victoire finale. « Ce ne sont que quelques secondes, mais c’est déjà ça. Et je n’ai même pas chuté. L’équipe est là et c’est bon pour le moral. C’était peut-être l’une des étapes les plus dangereuses de Paris-Nice en termes de rythme, et nous nous en sommes très bien sortis. »

Chantal Martin