Paris-Nice 2024, Remco Evenepoel : « Ce n’est pas encore fini, mais je pense que Matthew Jorgenson est le favori pour la victoire ».

Remco Evenepoel se bat toujours pour gagner le Paris-Nice 2024. Le Belge entamera la dernière étape, celle avec départ et arrivée à Nice, à la quatrième place du classement général, à 36″ du leader. Brandon McNulty (UAE Team Emirates). La situation est encore très embrouillée et de nombreux rebondissements sont à prévoir sur un parcours pour le moins compliqué et vraisemblablement rendu encore plus difficile par les conditions météorologiques attendues. Le coureur de Soudal-QuickStep devra faire la différence dans un contexte qui semblait équilibré, même lors de l’étape de samedi, remportée par Aleksandr Vlasov (Bora-hansgrohe).

« J’ai fait un mouvement à 4-5 kilomètres de l’arrivée – les mots d’Evenepoel en référence à la septième étape – Quelques coureurs ont réagi, puis Vlasov a essayé et ils l’ont laissé partir. J’ai réessayé à -2 et à partir de là, j’ai mis les gaz jusqu’à l’arrivée, où j’ai également réussi à grappiller quelques secondes de bonification. C’était une bonne journée, il reste encore une étape et la course est loin d’être terminée.

Evenepoel ajoute : « Il était logique que Vlasov ait du chemin à faire, car il était assez loin au classement ». Het Nieuwsblad – C’est sûr que j’aurais préféré gagner l’étape, mais j’ai montré que j’étais bien. La montée n’était pas assez difficile pour que je puisse m’échapper de coureurs tels que Matteo Jorgenson e Primož Roglič, vous rouliez à 35-40 kilomètres à l’heure et dans le sillage de la voiture, tout allait bien ».

Lire Aussi  VIDEO. Dernier kilomètre de l'étape 1 Volta ao Algarve 2024

A propos de ses rivaux, Evenepoel est clair : « Il ne sera pas facile de battre Jorgenson (qui est deuxième au classement, 4″ derrière McNulty) lors de la dernière étape. A mon avis, il est le favori pour la victoire finale. Il n’a pas montré de faiblesses jusqu’à présent et il ne sera pas facile de le laisser derrière, d’autant plus si les autres restent dans la roue.

Chantal Martin