Présentation de l’équipe 2024 : UAE Team Emirates

En 2023, l UAE Team Emirates était la meilleure équipe du monde, du moins selon le classement saisonnier de l’UCI. Le « trophée » est d’ailleurs arrivé sans remporter un seul des trois Grands Tours du calendrier : la formation Emirates a toutefois ramené deux Monument Classics, trois places sur le podium final des grandes courses par étapes et une très longue série de succès, sur tous les types de terrains et dans tous les types de courses. La star absolue Tadej Pogačar a beaucoup fait à cet égard, mais pratiquement tous les membres de l’équipe ont pu s’illustrer dans les occasions qui se présentaient. Il s’agit maintenant de réitérer, voire de faire mieux, car l’un des grands objectifs de la saison est de renouer avec la victoire (au moins) sur un Grand Tour.

Les hommes les plus attendus

Le plus attendu ne peut être que Tadej Pogačar. Le Slovène arrive après une série de saisons où il a fait des merveilles sur tous les terrains, mais il a aussi dû encaisser deux deuxièmes places consécutives sur le Tour de France, battu à chaque fois par Jonas Vingegaard. En cette année 2024, le coureur et l’équipe ont opté pour un programme remanié, incluant le Giro d’Italia : l’idée est donc de rester compétitif au printemps et de se mettre en quête d’un succès, celui de la Corsa Rosa, qui ne manquerait pas d’étoffer un palmarès déjà bien garni. Au programme également, les Jeux Olympiques de Paris et surtout les Championnats du Monde de Zurich. Bref, un plat très riche pour un coureur dont l’appétit de compétition ne se dément pas.

Deuxième saison dans l’équipe pour Adam Yates, qui a sans doute réalisé la meilleure année de sa carrière en 2023, en étant constant et régulier tout au long du calendrier et en terminant sur le podium du Tour de France. Sa saison devrait suivre celle qu’il vient de vivre, avec l’opportunité de viser un classement à la Vuelta a España, dans un contexte d’équipe qui est cependant décidément complexe, en raison des différents coureurs qui pourraient avoir le même objectif. L’un d’entre eux est le Portugais João Almeida, qui a le Tour et la Vuelta à son programme et qui a déjà fait savoir qu’il voulait poursuivre ses ambitions et qu’il n’était pas très disposé, du moins au début, à se sacrifier pour ses coéquipiers, notamment parce qu’il vient lui-même de monter sur le podium pour la première fois de sa carrière à bord d’une GT.

Pour la mission Tour, qui pèse lourd dans les stratégies de début de saison, un autre grand nom de la course par étapes a également été désigné, Juan Ayusoqui sort d’une saison caractérisée d’abord par un problème physique lancinant et ensuite par un bon crescendo de performances, culminant avec la quatrième place dans la Vuelta, derrière le trio local Jumbo-Visma. L’Espagnol n’a que 21 ans, mais il a déjà une expérience concrète et fructueuse derrière lui et il pourra représenter une arme de grand poids, aussi bien en ce qui concerne la Maglia Gialla que, globalement, dans la lutte pour se confirmer au sommet du classement mondial par équipes.

Si ces quatre-là seront les meilleures cartes de l’équipe, derrière eux il y a des noms de valeur absolue qui, en plus d’apporter une contribution importante à la cause des capitaines, auront certainement l’occasion de jouer leurs cartes sur le devant de la scène. Des hommes comme Marc Hirschi, Rafal Majka, Brandon McNulty, Pavel Sivakov, Marc Soler e Jay Vine seraient en fait des capitaines dans la plupart des équipes de première division, et il faut leur donner l’espace nécessaire pour s’exprimer afin qu’ils deviennent des leaders à part entière au moment clé. Parmi eux, le Suisse est celui qui pourrait avoir le plus d’espace puisqu’il sera l’une des références de l’équipe dans la plupart des classiques wallons au cours de la saison, même si évidemment, même là, il devra parfois reculer dans les hiérarchies, surtout si le phénomène slovène est là. Le Polonais, l’un des fidèles de Pogacar, est désormais habitué au rôle de comprimario, tout comme Soler, qui a toutefois su se frayer un chemin en entrant dans une nouvelle dimension qu’il voudra confirmer cette année, mais il sera intéressant de voir comment les trois autres trouveront leur équilibre en 2024.

Lire Aussi  Giro d'Italia 2023, Patrick Lefevere sur Remco Evenepoel : "Il souffre beaucoup, il faut juste espérer que les dégâts ne s'aggravent pas"

L’Américain a sans doute déjà montré qu’il n’était pas le GT que l’on pouvait attendre, mais un attaquant prolifique qui peut aussi avoir son mot à dire dans les classiques, le Franco-Russe, lui, vient de son expérience avec les Ineos Grenadiers où il s’est souvent retrouvé enfermé et espère qu’ici, malgré sa richesse sans doute désormais plus grande, il pourra être entraîné vers les sommets prometteurs, se proposant avant tout comme un acolyte valable, tandis que l’Australien n’a pas encore franchi le pas de la qualité avec sa nouvelle équipe. Excellent grimpeur, il a jusqu’à présent manqué de continuité pour pouvoir aspirer à un rôle plus élevé, qu’il pourrait en tout cas essayer de conquérir avec des résultats cette année, dans ce qui pourrait être son dernier appel.

Un destin de travailleurs avant tout, aussi pour des hommes comme Sjoerd Bax, Mikkel Bjerg, Alessandro Covi e Felix Grossschartnerqui, cependant, l’équipe est prête à donner des jours de congé lorsqu’ils démontrent, comme ils l’ont amplement fait dans le passé, qu’ils ont la jambe droite pour réaliser un coup d’éclat. Dans les hiérarchies internes, ils sont encore plus en retrait, ce qui implique de commencer à travailler plus loin et de dépenser de l’énergie avant les autres, mais l’équipe a montré qu’elle savait les valoriser en leur donnant leurs chances. Un discours qui s’applique aussi aux Diego UlissiLe vétéran de cette équipe, dans laquelle il a toujours joué un rôle et qui, à 35 ans, le voit maintenant comme l’un des plus âgés (dépassé seulement de quelques mois par Vegard Stake Laengen). Le double vainqueur de l’arc-en-ciel junior au fil des ans a cependant toujours trouvé sa place pour connaître quelques jours de gloire et tentera certainement de poursuivre sa série de victoires qui, depuis 2010, lui permet de remporter au moins un succès par an.

Parmi ceux qui auront certainement aussi du travail à faire pour les grands, mais qui pourront avoir des espaces personnels compte tenu de leurs propres caractéristiques se distinguent Nils Polittqui est arrivé pour escorter l’équipe vers les plaines dans les GT mais aussi pour se racheter dans le Nord, et Tim Wellensqui disposeront de plus d’espace que par le passé et qui se concentreront davantage sur les classiques flamandes, en particulier les pavés. Cela vaut également pour les sprinters Alvaro Hodeg et surtout, Juan Sebastian Molanoqui a montré une croissance remarquable en 2023, en termes de continuité et d’efficacité. Trouver de la place dans une équipe qui sera évidemment de plus en plus concentrée sur l’objectif du classement n’est pas facile, mais le calendrier est ample et quelques jours, même dans les GT (où trouver une place ne sera cependant pas facile), seront certainement là pour eux.

Les jeunes promesses

Les premiers jours de course l’ont déjà propulsé sous les feux de la rampe : il faudra se méfier des Isaac del Toroqui a fait ses débuts chez les néo-professionnels après avoir remporté la plus importante course de jeunes, le Tour de l’Avenir, et choisi de rejoindre directement la meilleure équipe du monde, du moins si l’on en croit les chiffres. Le Mexicain a fait ses débuts parmi les grands en remportant une étape et en terminant sur le podium du Tour Down Under 2024 et ne semble pas avoir besoin d’une période d’adaptation particulière. La classe est là, il faudra voir comment elle sera gérée au cours de l’année, et ensuite penser à plus long terme.

Lire Aussi  UAE Tour 2024, le parcours (Altimétrie et Planimétrie)

La classe est également présente dans les jambes de Jan Christenqui avait rejoint la formation émiratie au milieu de la saison dernière et qui va vivre sa première année complète en tant que professionnel. Taillé pour les courses d’un jour et les petites étapes, le Suisse devra trouver son rythme et son espace, mais sa présence dans l’équipe, avec un contrat jusqu’en 2028, est sans aucun doute une belle garantie pour l’avenir. Autre jeune talent, le Portugais Antonio Morgadoqui agrandit la colonie lusitanienne en rose et qui promet d’être un coureur de grande qualité, surtout pour les courses d’un jour et les contre-la-montre.

Ce n’est pas un néo-professionnel, mais Igor Arrieta vient d’avoir 21 ans et représente une véritable promesse, car à haut niveau il n’a pas encore exprimé tout le potentiel qui lui est reconnu par les initiés. Quelques entraîneurs de sa nouvelle équipe ont parlé de lui en termes élogieux, et les attentes sont inévitablement devenues importantes, surtout en ce qui concerne les performances en montée.

Promotion 2000, l’ancien champion du monde des moins de 23 ans Filippo Baroncini arrive à la formation Emirates comme un coureur qui doit encore faire le saut qualitatif. Si beaucoup de ses contemporains ont déjà explosé, ses premières années en tant que professionnel ne lui ont pas souri, à cause de blessures et de problèmes physiques qui ne l’ont pas limité, même dans les hiérarchies internes de son ancienne équipe. Là aussi, il y a peut-être peu de place, mais l’équipe Emirates sait tirer le meilleur parti de ceux qui ont des jambes et les coureurs de son profil dans l’équipe ne sont pas nombreux, il pourrait donc en tirer une grande satisfaction et retrouver le niveau auquel il aspire.

Un an de moins, c’est Finn Fisher-Black, de retour d’une année 2023 de croissance qui l’a vu remporter ses premiers succès et participer à son premier GT, frôlant lui aussi la victoire. Bon grimpeur, également adepte du contre-la-montre, il ne lui sera pas facile de se faire une place dans un département beaucoup plus dense, mais il a les qualités pour tenter d’émerger, pas forcément uniquement en soutien des capitaines, peut-être même avec quelques raids à lui, en poursuivant cette bonne série de classements mise en évidence l’an dernier, même à des niveaux importants.

Organic UAE Team Emirates 2024

ALMEIDA Joao 05.08.1998
ARRIETA Igor 08.12.2002 ESP
AYUSO Juan 16.09.2002
BARONCINI Philip 26.08.2000 ITA
BAX Sjoerd 06.01.1996
BJERG Mikkel 03.11.1998
COVI Alessandro 28.09.1998
FISHER-Finn noir 21.12.2001
GROßSCHARTNER Felix 23.12.1993
HIRSCHI Marc 24.08.1998
HODEG Alvaro 16.09.1996
LAENGEN Vegard Stake 07.02.1989
MAJKA Rafal 12.09.1989
MCNULTY Brandon 02.04.1998
MOLANO Juan Sebastian 04.11.1994
NOVAK Domen 12.07.1995
OLIVEIRA Ivo 05.09.1996
OLIVEIRA Rui 05.09.1996
POGAČAR Tadej 21.09.1998
POLITT Nils 06.03.1994 GER
SIVAKOV Pavel 11.07.1997 FRA
SOLER Marc 22.11.1993
ULISSI Diego 15.07.1989
VINE Jay 16.11.1995
VINK Michael 22.11.1991
WELLENS Tim 10.05.1991
YATES Adam 07.08.1992
CHRISTEN Jan 26.06.2004 SUI
DEL TORO Isaac 27.11.2003 MEX
MORGADO Antonio 28.01.2004 POR
Directeur général FERNANDEZ Jose Antonio 22.12.1970
Directeur sportif FERNANDEZ Jose Antonio 22.12.1970
Directeur sportif adjoint BALDATO Fabio 13.06.1968
Directeur sportif adjoint GIL MARTINEZ Aurelio Tomas 23.05.1977
Directeur sportif adjoint GUIDI Fabrizio 13.04.1972
Directeur sportif adjoint HAUPTMAN Andrej 05.05.1975
Directeur sportif adjoint MARCATO Marco 11.02.1984
Directeur sportif adjoint MARZANO Marco 10.06.1980
Directeur sportif adjoint MORI Manuele 09.08.1980
Directeur sportif adjoint PEDRAZZINI Simone 02.05.1967
Directeur sportif adjoint SAN EMETERIO GARCIA Roberto 10.09.1982
Directeur sportif adjoint TEIXEIRA RODRIGUEZ Jose 06.07.1957
Directeur sportif adjoint PROCHE Bruno 07.09.1985

ITA

Chantal Martin