Soudal Quick-Step, Mikel Landa prêt pour le double rôle : « Je suis plus réaliste, pour moi c’est motivant de voir un coéquipier gagner grâce à moi ».

Mikel Landa est radieux à l’approche de sa première année au sein de l’Union européenne. Soudal Quick-Step. Le coureur basque est très ambitieux pour la saison à venir, au cours de laquelle il sera le lieutenant de l’équipe Quick-Step. Remco Evenepoel au Tour de France, un rôle qu’il a déjà su jouer très efficacement à l’époque de l’équipe Sky, même s’il jouira d’une certaine liberté, et sera le leader de l’équipe. Vuelta Españaoù il tentera de faire mieux que la cinquième place obtenue l’année dernière. A 34 ans, la nouvelle recrue de l’équipe belge débutera sa saison à la Volta ao Algarveet sa participation à la fois à la Volta ìa Catalunya qu’à Tour du Pays Basquele premier en tant qu’homme de référence, le second à nouveau aux côtés du talent flamand.

Lors de la présentation de l’équipe à Calpe, le grimpeur basque s’est confié et a confirmé ses objectifs pour 2024 : « Venir dans cette équipe m’a motivé et j’ai hâte de commencer dans quelques semaines. J’ai beaucoup d’expérience et j’espère la partager avec les plus jeunes. Je veux utiliser l’expérience que j’ai acquise dans les GT pour aider l’équipe et Remco, car je crois vraiment que je peux contribuer au succès ici. En même temps, je jouerai ma chance chaque fois que possible, et plus tard dans la saison, j’espère faire un bon résultat au championnat du monde. Vuelta a España« .

L’ancien vainqueur de Bahreïn avait reçu des offres d’autres équipes, mais aucune ne lui plaisait autant que celle de Patrick Lefeverequi l’a fortement stimulé dans son besoin de changement. « C’est une équipe et une culture différentes de celles que j’ai connues jusqu’à présent dans le cyclisme », a-t-il poursuivi dans sa déclaration publiée par Cycle21 – Je suis particulièrement motivé, notamment parce que je vais courir avec un coureur comme Remco ». Son absence du Giro d’Italia, la course dans laquelle il a obtenu les résultats les plus importants de sa carrière, a été un sacrifice qu’il a dû faire pour pouvoir participer au Tour et soutenir son capitaine : « Cette année, nous ne l’avons pas envisagé. Nous devions aller au Tour avec Remco et si j’avais participé au Giro, cela aurait été difficile ».

Lire Aussi  Tirreno-Adriatico 2024, heure et ordre de départ du contre-la-montre

L’expérimenté grimpeur espagnol, qui a souvent montré qu’il pouvait avoir de grandes jambes, parfois même meilleures que celles de ses capitaines, est maintenant dans une autre phase de sa carrière et espère pouvoir aider son jeune et encore inexpérimenté compagnon dans les moments décisifs et plus compliqués, en s’appuyant sur l’expérience qu’il a acquise au cours de toutes ces années : « J’ai connu beaucoup de champions qui ont beaucoup gagné. J’espère pouvoir leur donner quelques conseils. Le plus important est de s’économiser les jours où l’on ne se sent pas bien et d’essayer peut-être les jours où l’on est au mieux de sa forme ». L’expérimenté basque ne voit aucun problème à combiner la tâche de domestique avec celle de leader : « Je l’ai fait toute ma vie, il faut être conscient de ses possibilités. C’est aussi agréable et gratifiant d’aider un coéquipier qui gagne grâce à vous. Il faut essayer de faire ce que l’on peut faire et, personnellement, cela me motive qu’un coéquipier gagne grâce à moi.

Enfin, l’ancien produit de l’Euskaltel-Euskadi, formation qu’il a relancée avec beaucoup de générosité, espère remporter une course deux ans et demi après son dernier succès à la Vuelta de Burgos : « J’espère que ce sera le plus tôt possible. En Catalogne, j’aurai déjà une chance, au Pays Basque, je serai avec Remco, mais j’aurai une motivation particulière ». La Vuelta España Il la courra en toute liberté, en tant que capitaine, même si, avec tous les grands champions qui seront au départ, il ne voit pas beaucoup de chances de triomphe : « Maintenant, je suis plus réaliste et je vise des objectifs plus réalisables, comme un podium ou une victoire d’étape.

Lire Aussi  Jan Ullrich parle des côtés sombres de sa vie dans les docu-séries The Hunted : "J'ai fait un usage excessif de cocaïne et bu du whisky jusqu'à ce que j'aie frôlé la mort"

Chantal Martin