Soudal-QuickStep, Gianni Moscon sur la période Astana : « Après les blessures, j’ai dû reprendre les grandes courses, je n’ai pas eu le temps de récupérer complètement ».

Gianni Moscon est prêt à commencer sa nouvelle aventure avec la Soudal-QuickStep. Après deux saisons compliquées avec laAstana QazaqstanLe coureur du Trentin a rejoint la formation belge cet hiver, où il espère jouer un rôle important dans les classiques du nord, ainsi que soutenir Remco Evenepoel dans le prochain Tour de France. Avant d’entamer ce nouveau chapitre de sa carrière, le coureur de 29 ans a essayé d’analyser ce qui n’a pas fonctionné au cours des deux années passées au sein de l’équipe kazakhe, où il n’a jamais réussi à approcher les résultats des saisons précédentes, principalement en raison de divers problèmes physiques.

« J’ai contracté une infection à coronavirus avant ma première course avec Astana – les mots de Moscon, rapportés par Sporza – Lors de ma deuxième saison, je me suis cassé la clavicule au Tour Down Under. Peu après avoir repris l’entraînement, j’ai dû recommencer à participer aux grandes courses. Je n’ai pas eu le temps de me rétablir complètement et de revenir à mon niveau d’entraînement.« .

Bien que les médecins de l’équipe aient insisté pour qu’il ne participe pas à la course, la classe 1994 était toujours présente au départ des courses : « Je ne veux pas rejeter la faute sur l’équipe maintenant. Peut-être qu’Astana n’avait pas assez de coureurs pour couvrir l’ensemble du calendrier. Mais si j’étais le directeur de l’équipe, je n’utiliserais pas de coureurs pour combler des places dans les courses les plus importantes, où l’on attend des résultats ».. J’économiserais un peu le coureur et je l’enverrais d’abord dans des courses plus petites, où il peut gagner. Si vous regardez mon calendrier des deux dernières années, vous verrez que je n’ai participé qu’à de grandes courses. Avec pour conséquence de nombreux abandons« .

Lire Aussi  Campionati Italiani 2023, le parcours de la course en ligne et du contre-la-montre (Altimétries et Plans)

Avec le chapitre Astana derrière lui, il ouvre maintenant le chapitre avec le Wolfpack, où l’homme du Trentin cherchera à bien faire dans les classiques : « Est-ce que je vise moi-même une victoire ? Si j’ai les jambes, pourquoi pas« , poursuit Moscon, qui espère ensuite être sélectionné pour le Tour après le printemps : « Je serai très heureux si je peux soutenir Remco. C’est un coureur fantastique qui peut faire un très bon classement au Tour. Les étapes sont un objectif réaliste. Dans le passé, j’ai souvent fait partie de l’équipe gagnante du Tour. Avec toute mon expérience, je peux aider Remco dans ses ambitions« .

Chantal Martin