Soudal-QuickStep, Julian Alaphilippe explique son choix : « J’avais besoin de changement, je pensais au Giro depuis longtemps. Ce n’est pas une punition »

En 2024 Julian Alaphilippe dirigera le Giro d’Italia pour la première fois de sa carrière. Conformément à l’accord conclu avec le Soudal-QuickSteple champion transalpin ne participera donc pas à l’épreuve. Tour de Franceun choix que son directeur d’équipe Patrick Lefevere a expliqué qu’il ne souhaitait pas non plus voir le double champion du monde en soutien total de Remco Evenepoel. La Corsa Rosa pourrait donc être l’occasion de se mettre en valeur et de démontrer toutes ses qualités sur un parcours qui lui permettrait de passer souvent à l’attaque, en exploitant au mieux son caractère et en essayant d’obtenir des succès intermédiaires.

« Pas une non-sélection ou une punition – a expliqué le Français de 31 ans à L’Équipe après la décision de ne pas courir le Tour de France – Faire le Tour me trottait dans la tête depuis un moment. J’avais besoin d’un changementce qui explique aussi ma présence en Australie (le Français ouvrira sa saison au Tour Down Under la semaine prochaine, ndlr). Lorsque je lui en ai parlé, Patrick Lefevere m’a confirmé qu’il ne me voyait pas dans le rôle de coéquipier de Remco sur le Tour’.

Pour Remco Evenepoel Il n’y aurait évidemment eu aucun problème à avoir un coureur comme Alaphilippe à ses côtés, puisque les deux ont souvent couru ensemble, partageant les responsabilités et le poids de la course. L’homme de 92 ans se serait également mis à la disposition du phénomène belge : « Cela n’aurait pas été un problème pour moi d’accompagner Remco au Tour, comme je l’ai déjà fait à la Vuelta en 2022. Mais le Français reconnaît aussi qu’il aura « plus de liberté sur le Giro que sur le Tour » et que dans une saison « importante », puisqu’il est attendu en fin de saison, il a besoin de se montrer et d’avoir ses opportunités.

Lire Aussi  Giro d'Italia 2024, parcours modifié pour l'étape des graviers : parcours plus difficile, avec une montée supplémentaire à 5 kilomètres de l'arrivée

Chantal Martin