Soudal-QuickStep, Julian Alaphilippe sur Milan-Sanremo : « C’est une course que je n’aime pas, pendant six heures on ne pense qu’au Poggio ».

Julian Alaphilippe révèle qu’il n’aime pas particulièrement les Milan-Sanremo. Course un peu particulière par rapport aux autres classiques du Monumento en raison de sa longueur et des caractéristiques de son tracé, la Classicissima est souvent à la fois aimée et détestée par les fans, les coureurs et les initiés, entre ceux qui réclament son remodelage et ceux qui voudraient la garder telle quelle. Capable de remporter la course en 2019, mais aussi de monter sur le podium en 2020 (2e) et 2017 (3e), la transalpine de l’année 2017 est la plus belle de sa catégorie. Soudal-QuickStep fait partie, comme son collègue Mads Pedersen, des athlètes qui semblent ne pas trop apprécier le parcours de la course, qui présente presque toujours un tracé plutôt plat et régulier jusqu’aux derniers kilomètres.

« C’est une course que je n’aime pas – a admis l’ancien champion du monde lors d’une conférence de presse avant le Tour Down Under – C’est l’une de mes plus belles victoires, j’étais tellement heureux de la gagner. C’est un monument, une course spéciale de 300 kilomètres, l’échappée commence très tôt et après, pendant six heures, vous n’avez qu’à penser au Poggio. Je ne dis pas que c’est ennuyeux, mais j’apprécie davantage la course lorsqu’il se passe quelque chose« .

Lire Aussi  Le cyclisme à la télévision et en streaming : les temps forts de la semaine (1 - 7 avril)

Chantal Martin