Soudal-QuickStep, Luke Lamperti sur les traces de Peter Sagan tandis que Patrick Lefevere rappelle Tom Boonen et Johan Museeuw

Tout est prêt pour la première saison parmi les grands de l’Europe. Luke Lamperti. Le puissant sprinteur américain disputera sa première saison en WorldTour avec le maillot de l’équipe de France. Soudal-QuickStep et tentera immédiatement de se montrer, non seulement pour jouer dans les sprints du peloton, mais aussi pour se développer en tant que coureur de Classiques. La classe 2002 a impressionné dans les catégories de jeunes et après son arrivée à la cour de Patrick Lefevere de la formation continentale britannique Trinity Racing espère devenir un coureur de premier plan et se battre avec les meilleurs cyclistes du monde sur différents circuits. Cette année, il aura également l’occasion d’apprendre beaucoup de l’un des meilleurs sprinters du circuit, Tim Merlierqui sera son coéquipier.

Tout le monde croit en son potentiel, à commencer par le numéro un belge, qui à Cyclingnews a parlé avec enthousiasme de son nouveau coureur :  »…Attention à l’Américain. Il est rapide et fort. Si ma mémoire est bonne, Tom Boonen a commencé comme sprinter et a terminé sa carrière comme coureur de classiques. Johan Museeuw était un sprinteur chez Lotto et est devenu un coureur de classiques dans mon équipe. Je pense que Luke peut faire la même chose ».

En ce qui concerne la saison à venir, l’Américain ne pense pas  » avoir la puissance brute des grands sprinters  » et donc  » les classiques pourraient être ce qui me convient le mieux à l’avenir « , et il est clair qu’au cours de sa première année dans la division supérieure,  » nous en saurons plus « . Si la saison néo-professionnelle est consacrée à l’apprentissage, depuis quelques années, nous sommes à plein régime, et le jeune et talentueux Américain ne cache pas ses ambitions : « Je pense qu’en tant que coureur, on se met toujours un peu de pression, on veut toujours donner le meilleur de soi-même, mais aussi de l’équipe. J’aimerais vraiment faire quelque chose cette année. Lorsque vous prenez un bon départ, vous gagnez toujours beaucoup de confiance. Si je pouvais prendre un bon départ et faire de bonnes courses, cela aiderait beaucoup.

Lire Aussi  Tour des Alpes-Maritimes 2024 : Benoît Cosnefroy plébiscité - Le Français remporte l'étape et la course, Vincenzo Albanese troisième du jour et deuxième au classement général

Depuis qu’il est enfant, il aborde le monde du cyclisme en regardant les exploits de Peter Sagan et il est maintenant prêt à imiter ce qu’a fait le Slovaque, qu’il ne rencontrera pas dans le peloton puisqu’il prend sa retraite cet hiver : « Quand j’ai commencé à m’intéresser au cyclisme, Sagan était l’homme de référence et je l’ai vu passer devant chez moi. Cela a fait de moi un de ses fans. J’aimais sa façon de courir et tout ce qu’il faisait dans le cyclisme et dans le sport. J’ai toujours voulu courir avec lui, mais je le connaissais un peu.

Avec le triple champion du monde, l’Américain partage une passion pour les courses dans le Nord, qu’il apprécie depuis qu’il est junior : « Courir en Belgique a toujours été ma chose préférée, donc j’aime les classiques. En tant que junior, j’ai réalisé que je voulais courir en Europe et j’ai senti que j’y avais ma place. Maintenant, j’ai la chance de le prouver et de voir si j’ai vraiment ma place ici. Les gars de l’équipe et le personnel adorent courir en Flandre. En faisant ces courses, j’espère que je les aimerai aussi.

Comparé à beaucoup de ses pairs très talentueux, lui, qui a eu 21 ans le 31 décembre, a décidé d’attendre avant de devenir professionnel, courant pendant trois ans parmi les moins de 23 ans : « C’est un peu plus que beaucoup de gars, mais je pense que trois ans était la bonne chose à faire pour moi. Cela m’a donné beaucoup plus d’options et m’a permis de choisir un peu plus pour mon avenir tout en gardant cette capacité à gagner. Le fait d’avoir la confiance de passer professionnel et de réussir me donne l’impression que je peux maintenant obtenir un diplôme au lieu d’avoir l’impression d’avoir un travail en suspens dans la catégorie des moins de 23 ans. Il s’agit maintenant de tout mettre en place et d’apprendre le plus rapidement possible.

Lire Aussi  VIDEO. Dernier kilomètre de l'étape 3 du Tour de la Provence 2024

Après le premier stage d’entraînement avec l’équipe à Calpe, en Espagne, la saison approche et il est temps de commencer à courir :  » Beaucoup de grands sprinters sont partis, mais l’équipe croit toujours aux classiques et à la culture du sprint. Venir ici était mon choix. Vous avez vu combien de gars sont entrés dans l’équipe et sont devenus des sprinters et de grands coureurs de classiques. Je pense que l’ADN ne change jamais, même s’ils ont aussi beaucoup de bons coureurs au classement général. Je leur fais vraiment confiance pour m’aider à progresser.

Chantal Martin