#SpazioTalk, Francesco Frassi (DS Corratec) : ‘Nous sommes évidemment déçus de ne pas participer au Giro, mais nous allons essayer de faire de notre mieux pendant le reste de l’année pour prouver que nous avons mérité cette WildCard’

La semaine dernière, RCS a publié les WildCards pour le Tour d’Italie 2024et parmi les équipes qui n’ont pas reçu d’invitation se trouve certainement la Équipe corratec-Vini Fantini. Après avoir participé à la Corsa Rosa l’année dernière, en animant la course avec de nombreuses échappées de loin et en prenant également quelques places, la formation emmenée par Serge Parsani a été la seule Professionnelle italienne à rester en dehors du lot des coureurs invités, et ce malgré un CicloMercato qui a vu l’équipe se renforcer avec plusieurs coureurs du WorldTour. La rédaction de SportJuniors a parlé de cette exclusion et de ses conséquences avec Francesco Frassile directeur sportif de l’équipe, dans une interview exclusive que vous pouvez également écouter dans le dernier épisode de l’émission SpazioTalk.

Contrairement à 2023, Corratec n’a pas reçu d’invitation pour le Giro d’Italia. Comment expliquez-vous et comment comment commentez-vous cette décision ?
Il y a évidemment une certaine déception, car qui ne voudrait pas faire le Giro. Pour une équipe italienne comme la nôtre, dont la plupart des coureurs et du personnel sont italiens, ce serait déjà une satisfaction de le faire, donc il est normal qu’il y ait un peu de déception, nous sommes désolés de ne pas participer au Giro. Vous savez à quel point la Pink Race est belle, à quel point c’est agréable d’y être, alors nous sommes un peu désolés, c’est vrai. Malheureusement, c’était le choix de RCS et nous l’acceptons parce que nous ne pouvons pas faire autrement. RCS nous a donné d’autres WildCards, Milano-Sanremo, Tirreno-Adriatico, Strade Bianche, et nous essaierons de briller dans ces courses. De plus, nous avons un bon calendrier à faire tout au long de l’année et nous avons une très bonne équipe, donc nous allons vraiment essayer de faire de notre mieux pour prouver que nous méritons cette WildCard, à mon avis. Quoi qu’il en soit, sans nous apitoyer sur notre sort, allons de l’avant et concentrons-nous sur la réussite.

Comment la préparation, l’approche de cette saison, change-t-elle un peu mentalement, sans ce qui aurait été le grand objectif ?
En termes de calendrier, les choses changent évidemment, mais nous avions déjà planifié toute la saison dans l’hypothèse où il n’y aurait pas le Giro. Au cas où il n’y aurait pas de Giro, nous avions déjà un calendrier. Et si nous avions accepté l’invitation de toute façon, nous avions plus d’activité pendant le Giro et nous étions déjà équipés pour le faire. Cela ne change donc pas grand-chose pour nous au niveau de notre activité, car les coureurs ont un calendrier fixe. Ceux dont nous savions qu’ils allaient faire le Giro avaient une certaine approche du Giro. Maintenant, nous changeons un peu nos plans de préparation pour aller directement au début du mois de mai afin d’essayer de tirer le meilleur parti du groupe de coureurs. Dans l’autre cas, si nous avions fait le Giro, peut-être que le groupe du Giro se serait éloigné et aurait pris l’avantage en avril. Les courses sont déjà là, nous avons les invitations, aussi parce que pour les prendre, nous devons commencer en novembre, et nous avons déjà un calendrier établi. Ce que nous ne savions pas, c’est qu’il y avait Tirreno, Sanremo, Strade Bianche, alors maintenant nous sommes en train d’organiser les coureurs qui conviennent le mieux à ces courses pour qu’ils y fassent de bons résultats, mais ce sont des choses normales, qui ne perturbent pas notre travail.

Lire Aussi  EF Education-EasyPost prolonge l'accord avec Cannondale

Sans rien enlever, bien sûr, à votre liste de l’année dernière, l’impression est que vous vous êtes renforcé avec le marché du cycle précédent. N’y a-t-il pas aussi un certain regret d’avoir enlevé des coureurs qui se seraient probablement bien comportés dans une course comme le Giro ? Je pense en particulier à Bonifazio, Mareczko, Padun.
L’année dernière, nous avions une équipe plus petite, c’était la première année que nous faisions du professionnalisme, des gars qui venaient de Continental avec nous. Nous avions pris Valerio Conti comme un homme expérimenté qui pouvait obtenir des résultats, mais la chance n’a pas été de son côté. Cette année, nous avons donc renforcé l’équipe pour deux raisons : d’une part, pour obtenir le maximum de points UCI, car ils sont très importants pour le classement mondial par équipes, et d’autre part, pour avoir un droit supplémentaire de demander la WildCard, en ayant une équipe encore plus forte. Nous avons donc pris Mareczko, Padun, Bonifazio, Sbaragli, Stewart, qui n’est peut-être pas très connu mais qui est très fort, nous avons également pris Ponomar à la fin de la saison, et nous avons reconfirmé Valerio Conti, nous savions donc que nous avions une équipe prête à bien faire. C’est ce qui nous désole le plus, car avoir une équipe plus forte que l’année dernière et ne pas pouvoir participer au Giro est encore plus décevant. Outre la possibilité d’un résultat que nous aurions pu obtenir, il y a l’autre aspect de l’équipe, de la visibilité, des sponsors qu’un Giro d’Italia nous donne quand d’autres courses ne peuvent pas nous le donner, et cela devient donc aussi une question de retour d’image, de peut-être même d’augmentation des budgets futurs, parce qu’en faisant le Giro, vous vous faites connaître encore plus. Il y a donc diverses situations dont nous ne pourrons malheureusement pas profiter parce que nous n’avons pas obtenu la WildCard. Mais, comme je l’ai dit, il n’y a pas de polémique, RCS est une société qui décide des invitations, ils ont fait leur choix, ils l’auront évalué, et nous en prenons note et allons de l’avant. Les gars sont motivés pour bien faire, cette histoire de Giro ne les a pas perturbés mentalement, au contraire ils ont envie de se prouver encore plus.

Mais d’une certaine manière les équipes exclues, en plus de la vôtre je peux aussi penser à Q36.5, rouvre un peu le thème de la gestion de la participation aux grandes courses, car dans les années passées, et cela pourrait se reproduire cette année, certaines équipes WorldTour se sont présentées avec des formations qui laissaient clairement entendre que le Giro n’était pas l’objectif premier de leur saison. RCS est évidemment obligé de les avoir au départ, mais ne serait-il pas mieux, pour le cyclisme en général et pour les équipes professionnelles, de réfléchir à un autre système d’invitations aux grands tours ?
Oui, c’est vrai. Comme cela a toujours été le cas, étant affiliés en Italie, nous avons toujours eu un avantage (pour les invitations), les équipes italiennes ont toujours eu un petit avantage supplémentaire par rapport à une affiliation étrangère. En outre, le discours réglementaire du WorldTour oblige les équipes à participer à un Grand Tour et, en effet, certaines équipes le prennent un peu comme une solution de repli. La preuve en est que Lotto, qui est professionnelle mais qui a le droit de participer, a décidé de ne pas le faire, ce qui est peut-être un manque de respect de la part de certaines équipes pour une course comme le Giro. Mais vous savez que les grandes équipes ont pour objectif de faire encore mieux au Tour de France, alors parfois elles viennent à des courses comme le Giro d’Italia avec un effectif plus réduit et peut-être que pendant le Giro il y a d’autres courses qui rapportent beaucoup de points et donc elles envoient des coureurs à ces courses. C’est le règlement aujourd’hui, donc nous ne pouvons rien faire. Nous pouvons parler d’hypothèses, mais la situation est telle que RCS a fait ce choix et nous ne pouvons pas faire autrement. Je ne peux qu’être désolé parce que nous avions une bonne équipe, je pense la meilleure équipe italienne, au moins sur le papier, parce qu’ensuite le cyclisme doit être prouvé sur la route. Mais quand je commence à regarder les résultats de mes coureurs – Bonifazio, qui a gagné une étape à Paris-Nice et 23 courses chez les pros, trois podiums au Giro d’Italia, participant à un Sanremo à l’âge de 22 ans, un Sbaragli qui a gagné une étape à la Vuelta, Conti une étape à la Vuelta et le Maglia Rosa, Padun deux étapes au Dauphiné et ainsi de suite – on y réfléchit vraiment et on est encore plus désolé. Mais encore une fois, il n’y a rien à faire, nous ne pouvons que faire de notre mieux et essayer de passer une bonne année.

Lire Aussi  Tudor, le contrat du sprinter Arvid de Kleijn prolongé jusqu'en 2026

Ces derniers mois, le nom de Domenico Pozzovivo a été mentionné en relation avec votre équipe : cette non-invitation au Giro d’Italia change-t-elle quelque chose à vos yeux ? Ou bien voulez-vous nier qu’il y ait eu des discussions avec lui ?
Il y a eu des discussions, nous avons également été contactés ces derniers jours. Mais il a toujours exprimé le fait qu’il voulait faire le Giro d’Italia, donc n’ayant pas de certitude, nous n’avons pas abordé le sujet. Maintenant, nous ne faisons pas le Giro d’Italia, donc je ne sais pas s’il a d’autres négociations, peut-être même avec des équipes qui ont obtenu la WildCard, donc je ne sais pas ce qu’il va faire, s’il va continuer ou s’il va revoir ses plans et chercher une équipe qui ne fait pas le Giro. Nous avons eu des contacts jusqu’à il y a une semaine, mais jamais rien de raffiné de manière explicite pour aller jusqu’à une négociation finale.

Chantal Martin