#SpazioTalk, Giovanni Aleotti : « L’arrivée de Roglic est une opportunité pour tout le monde. Je suis confiant »

Giovanni Aleotti se prépare pour sa quatrième saison en tant que professionnel. La promotion 99 a terminé son premier camp d’entraînement avec le Bora-Hansgrohe et, après quelques jours de repos, s’apprête à débuter la saison. 2023 n’a pas été une année faste pour lui, entre les chutes, les blessures et le Covid qui l’a contraint à se retirer de la compétition. Giro d’Italia. Mais cette année, la préparation s’est déroulée sans encombre et le natif de Mirandola peut prétendre à montrer toutes ses qualités. La rédaction de SportJuniors l’a interviewé en exclusivité. L’audio de l’entretien peut être écouté dans l’épisode de SpazioTalk.

Vous entamez votre quatrième saison avec Bora-Hansgrohe, l’équipe qui vous a lancé.
Oui, je pense qu’il est juste d’assurer la continuité avec eux, compte tenu également de la discontinuité de la saison dernière et des problèmes que j’ai eus jusqu’au Giro d’Italia. Je suis persuadé que je peux faire une bonne saison.

La saison 2023 a évidemment été conditionnée par les problèmes de santé que vous avez rencontrés : la chute à Oman, la Covid au Giro d’Italia et d’autres encore. Vous avez dit à d’autres occasions que 2023 était « inclassable » à cause de tous les problèmes que vous avez eus. Vous sentez-vous en meilleure forme que l’année dernière ?
Oui, je n’ai jamais été en condition pour être vraiment performant en 2023, donc il y a beaucoup de désir de rédemption de ma part maintenant. L’année dernière est derrière moi, je ne veux plus y penser. Jusqu’à présent, la préparation s’est bien déroulée, j’ai passé un bon hiver. Je suis confiant pour bien commencer la saison, il sera important de ne pas avoir de contretemps.

Lire Aussi  UCI, le changement climatique entraîne des modifications du protocole météorologique

Savez-vous déjà à peu près quel sera votre calendrier ?
Je commencerai par le Challenge Mallorca et la Volta a la Comunitat Valenciana, puis un stage en altitude. Normalement, je devrais faire Strade, Tirreno et Sanremo, puis un nouveau stage en altitude et les classiques ardennaises, qui sont des courses que j’aime beaucoup. Ensuite, je suis sur la longue liste pour le Giro d’Italia. Il peut encore y avoir des changements dans la course. Il sera important de prendre un bon départ, d’être régulier et de ne pas avoir d’accrocs.

L’arrivée de Roglic chez Bora-Hansgrohe a été l’une des transactions les plus discutées de la dernière session du marché du cycle. Qu’est-ce que cela change pour vous et pour Bora d’avoir un coureur dans l’équipe qui vise ouvertement à gagner le Tour de France ?
Je vois cela comme une opportunité pour tout le monde. A 24 ans, j’ai beaucoup à apprendre d’un coureur de son calibre. Et puis je pense que c’est un stimulus pour tout le monde, pour élever la barre. Son objectif est aussi celui de toute l’équipe, donc je pense que c’est une grande stimulation pour tout le monde. Je pense que cela ne peut qu’être bénéfique à tous les niveaux, de l’entraînement à la motivation des individus.

Avez-vous déjà eu l’occasion de lui parler ?
Oui, il est très professionnel. Nous avons beaucoup à apprendre de Roglic. Nous avons tous un peu vu à quel point il est fort, nous allons essayer de prendre tous les détails de lui pour nous améliorer.

Lire Aussi  Giro d'Italia 2023, Intermarché-Circus-Wanty en chasse aux étapes : "Au départ, on n'a pas d'ambitions pour le classement"

Vous avez déjà gagné plusieurs fois dans votre carrière au Sibiu Cycling Tour, et cette année vous allez courir beaucoup plus en Italie. D’un point de vue personnel, quel objectif vous fixez-vous pour 2024 ?
Tout d’abord, être à nouveau à un bon niveau, trouver la continuité. La Valenciana sera déjà une course difficile et arriver à un bon niveau à Strade Bianche, Tirreno et Sanremo me donne de bons objectifs. A Tirreno, l’équipe aura des objectifs de classement, mais là et à Tirreno, il devrait y avoir de la place pour moi, si je me sens bien.

Chantal Martin