4 octobre 2023

Tour de France 2023, Tadej Pogačar : « Aujourd’hui Vingaard était plus fort, mais je me sens bien et c’est le plus important »

2 min read

La grande déception de la cinquième étape de Tour de France 2023 c’est sans aucun doute Tadej Pogacar. Le capitaine de Équipe des Emirats Arabes Unis, vainqueur des éditions 2020 et 2021, n’a pas vécu l’une des plus belles journées aujourd’hui sur le Col de Marie Blanque puis vers Laruns. L’attaque de son rival Jonas Vingaard (Jumbo-Visma) s’est fait sentir dans les jambes du Slovène, qui n’a pu que céder. Après avoir passé le GPM, le Slovène s’est retrouvé seul, puis a été rejoint par Sepp Kuss, qui est évidemment resté dans le sillage, et d’autres cadors qui ont essayé tant bien que mal d’apporter leur contribution, mais eux aussi étaient épuisés, tout comme les anciens fugitifs qui a repris. Il a fait ce qu’il a pu, mais le Danois accusait 1’04 » de retard sur la ligne d’arrivée.

« Après la course, je me sentais plutôt bien, mais juste après J’étais triste parce que j’ai entendu dire que ma copine Urska s’était écrasée au Giro Donne et qu’il a peut-être une commotion cérébrale. commentaires après l’arrivée – C’est une triste nouvelle, bien plus triste que de perdre 50 secondes ou une minute face à Jonas. Nous vivons au jour le jour. C’est la première étape de montagne et la situation a beaucoup changé pour mon équipe. Maintenant, nous devons rattraper le temps perdu et, bien sûr, continuer à nous battre. »

Difficile pour lui de bien comprendre ce qui s’est passé aujourd’hui : « Je ne sais pas si l’attaque de Jonas a été une surprise. Il a remarqué que j’étais à ma limite lors des deux derniers kilomètres de l’ascension de Marie Blanque, après l’accélération de la Jumbo-Visma. Il est passé à l’attaque et je n’ai pas pu le suivre, pourquoi aujourd’hui c’était plus fort. Je ne pouvais pas faire grand-chose. J’espère avoir de meilleures jambes demain. Je me sens bien, c’est le plus important“.

Lire Aussi  Tour de Suisse, a annoncé un accord avec Flanders Classics "pour unir leurs forces dans les discussions sur l'avenir du cyclisme"