Tour Down Under 2024, Isaac Del Toro toujours en tête du classement général : « Je suis un peu nerveux et je voulais me tester aujourd’hui ».

Isaac Del Toro reste à la tête de la Tour Down Under 2024. Après avoir remporté la deuxième étape avec l’arrivée à Lobethal avec une action de finisseur, le coureur de la UAE Team Emirates a pris la tête du classement de la course australienne et a entamé les deux étapes suivantes avec le maillot orange. Escorté par ses coéquipiers, le jeune homme de 20 ans a souvent été couvert par le ventre du peloton lors de l’étape d’aujourd’hui et a terminé confortablement à la 76ème place à l’arrivée à Port Elliot. Le jeune Mexicain a impressionné tout le monde au début de l’épreuve inaugurale du calendrier international et se dirige maintenant vers les deux étapes difficiles de la course, demain à Willunga Hill et dimanche à Mount Lofty, pour essayer de conserver le maillot jusqu’à la fin de sa première course professionnelle.

« C’est agréable de porter à nouveau le maillot orange », a déclaré le coureur de la classe 2003 lors de la remise des prix, après avoir endossé son troisième maillot de leader. Après s’être laissé aller dans les derniers kilomètres de l’étape, le jeune prodige mexicain explique qu’il ne s’agit ni d’une défaillance mécanique, ni d’un problème physique, mais d’un choix précis pour se tester : « Honnêtement, j’ai préféré me laisser glisser hors du peloton pour me tester avant l’étape de demain. en faisant un petit sprint.

Après quatre fractions qui, sur le papier, ont fait la part belle aux roues rapides, même si dans la deuxième il a réussi à s’imposer avec une belle empreinte de main, le coureur centraméricain sait que maintenant viennent les fractions décisives. Demain, c’est l’arrivée redoutable sur Willunga Hill, « une belle montée » qui sera abordée deux fois avec un circuit final où l’on commencera certainement à comprendre qui sont les prétendants au succès final. Pour l’instant, Del Toro ne donne pas de noms, conscient qu’il y en a beaucoup. Il est difficile pour l’instant d’imaginer une stratégie : « Nous verrons demain », conclut-il, tout en admettant qu’il « se sent un peu nerveux » à l’approche de ce premier grand défi.

Lire Aussi  Bahreïn victorieux, Milan Eržen : "Si nous comparons les budgets, nous sommes meilleurs que les autres".

Chantal Martin