Volta a Catalunya 2024, Axel Laurance voit le verre à moitié plein : « J’ai fait de mon mieux, mais c’était dur… ».

Après avoir décroché une belle place dans les cinq premiers lors de la première étape de la Volta a Catalunya 2024 il y a Axel Laurance. Le jeune Français d’Alpecin-Deceuninck a tenté de suivre le sprint d’un phénomène comme Tadej Pogacar (UAE-Emirates), puis deuxième à l’arrivée derrière le vainqueur Nick Schultz (Israël-Premier Tech), mais sans y parvenir. La cinquième place à l’arrivée à Sant Feliu de Guíxols est néanmoins un bon résultat pour le talentueux jeune homme de 2001, qui a déjà trouvé la victoire dans la première étape de l’Etoile de Bessèges cette saison.

Au micro après l’étape, Laurance résume son parcours : « J’ai terminé cinquième. L’arrivée a été assez pénible. J’étais entre la 15ème et la 20ème place au dernier kilomètre et j’ai vu Schultz partir de loin dans le virage. A ce moment-là, il n’y avait pas beaucoup d’hommes qui pouvaient tirer, donc on s’est un peu regardé. Je me suis mis dans la roue de Pogacar. Nous étions à pleine vitesse et il a décollé à 300 mètres de l’arrivée. C’était un effort violent, j’ai essayé de faire de mon mieux, mais c’était difficile…. »

Le jeune Français, ainsi que la cinquantaine de coureurs qui formaient le groupe de tête à l’arrivée, ont réussi à résister au rythme élevé des Émirats arabes unis dans une étape aussi vallonnée. « Les Émirats arabes unis ont tiré toute la journée dans la montée – Tout le monde disait qu’ils allaient nous tuer comme ça… Mais je me sentais bien, je me suis ensuite repositionné dans la descente et cela m’a permis d’être en bonne position pour l’arrivée », a conclu Laurance, que l’on reverra certainement à l’avant du peloton dans les prochaines étapes.

Lire Aussi  Giro d'Italia 2023, Mark Cavendish : "Même si nous n'avons pas de train, je sais que j'ai la confiance de mon équipe, je veux essayer de gagner"

Chantal Martin