1 octobre 2023

Pourquoi les joueuses de Wolfsburg ont perdu contre Barcelone

5 min read

Sls ne savaient même pas où regarder dans leur tristesse d’avoir raté le coup. Partout sur la pelouse et dans les gradins, les joueurs et les supporters vêtus de bleu et de rouge savouraient leur triomphe en chantant et en sautant. Et ne cessaient plus de chanter et de sauter. Les joueuses de Wolfsburg se sont alors mises en route, pataugeant dans les confettis sur la pelouse jusqu’au virage de leurs propres supporters.

On aurait dit une polonaise de personnes en quête de réconfort, alors qu’elles tombaient l’une après l’autre dans les bras de leurs familles et amis qui les attendaient derrière la bande. Ce n’était pas le couronnement européen d’une saison de Wolfsburg qui, au niveau national, avait vu la victoire de la coupe d’Allemagne et la deuxième place en Bundesliga. « Quand on est si près du but et qu’on laisse échapper le match, cela fait tout simplement brutalement mal », a déclaré Alexandra Popp.

Un défi permanent

En s’inclinant 3-2 contre le FC Barcelone, la joueuse de 32 ans venait de perdre la cinquième des sept finales de Ligue des champions de sa grande carrière. Aucune d’entre elles ne s’est déroulée dans un cadre aussi vaste et plein d’ambiance que celle de samedi à Eindhoven. Ce qui a permis de documenter les progrès sportifs et commerciaux du football féminin. Mais ce n’était pas le sujet de Popp après un match de grande qualité, parfois haletant, qui a diverti le public pendant 97 minutes. Mais la vérité, c’est que c’est le FC Barcelone qui a contribué à la qualité et à la rapidité du jeu.

Lire Aussi  Le milieu des supporters est en ébullition

« En fait, nous les avions », a dit la capitaine Popp. Oui et non. Oui, parce que les joueuses de Wolfsburg sont effectivement arrivées à la mi-temps avec une avance de 2:0, ce qui, face à la supériorité ludique des Catalanes, a eu l’effet d’un coup de froid efficace à la manière de la Basse-Saxe. Non, parce que le football offensif fougueux et excitant du FCB a sollicité presque en permanence les Allemandes et les a bien souvent stressées. Les favorites sont les gagnantes méritées de cette finale, qui a tiré son caractère dramatique de l’avance de 2 à 0 des « Louves », tombée littéralement d’un ciel hollandais serein.

Ewa Pajor, rapide et déterminée, a marqué le 1:0 (6e minute), Popp, puissante et forte de la tête, a marqué le deuxième but (37e) – et pourtant, les chants des supporters de Wolfsburg (« Ici règne le VfL ») ne pouvaient être qu’ironiques. Pendant presque toute la durée du match, on a eu l’impression d’assister à un duel entre la joie de jouer et le travail acharné. Un duel entre une armada espagnole en formation d’attaque et une équipe allemande en position de défense. Le fait que le FC Barcelone – trois participations à la finale de la Ligue des champions, deux victoires au cours des trois dernières années – présente probablement la meilleure équipe féminine du monde est devenu évident après le coup de sifflet de la reprise.

« Un coup de baguette magique et le score était de 2 à 2 », a déclaré l’entraîneur du VfL Tommy Stroot, quelque peu désemparé par la manière dont son équipe a pu se faire arracher son avantage en moins de deux minutes. Patri Guijarro (48e et 50e) a frappé les joueuses de Wolfsburg au cœur. « Nous avons été extrêmement dépassées », a déclaré Popp. Lorsque Fridolina Rolfö a profité d’une confusion générale dans la défense du VfL pour marquer le troisième but, les espoirs étaient minces (70e).

Lire Aussi  Manchester City affronte l'Inter Milan en finale de la Ligue des champions

Dernier hourra de Wolfsburg

D’autant plus que les remplacements ont clairement montré quelles options les deux entraîneurs avaient ou pensaient avoir. Giraldez, l’entraîneur du FCB, pouvait faire sortir du banc une fantastique force offensive comme la Brésilienne Geyse et faire entrer une joueuse deux fois championne du monde, Putellas, juste avant la fin, quasiment pour la remise de la coupe. Stroot, en revanche, alors qu’il fallait encore marquer, a fait entrer deux forces défensives, Hegering et la convalescente Lattwein, et en attaque, Bremer, dont le départ à la fin de la saison était déjà prévu depuis des semaines.

En revanche, les joueuses de l’équipe nationale allemande Jule Brand et Tabea Waßmuth sont restées complètement sur le banc. Au vu de la performance et de l’effectif (avec trois anciennes joueuses de Wolfsburg) du FC Barcelone et de tous les grands clubs européens qui investissent de plus en plus dans leurs équipes féminines, ce pourrait être à terme le dernier hourra de Wolfsburg sur la grande scène finale. Le VfL y a joué pour la dernière fois à un rythme soutenu (2016, 2018, 2020, 2023). « En principe, atteindre la finale est déjà une grande chose », a déclaré l’entraîneur Stroot.

Au final, les joueuses de Wolfsburg, emmenées par Alexandra Popp, devront passer à côté de la coupe.


Les joueuses de Wolfsburg, emmenées par Alexandra Popp, devront finalement passer à côté de la coupe.
:


Image : AP

« Cela ne sera pas plus facile à l’avenir, quand on sait ce qui se passe au niveau international et que les moyens financiers jouent un grand rôle. Nous savons évaluer cela. Mais nous sommes proches de ces équipes ». La question est de savoir si, avec le développement international dynamique dans le haut niveau – le Barca n’a pas du tout joué un rôle lors de la dernière victoire de Wolfsburg en Coupe d’Europe en 2014 -, il suffira de « nous maintenir à ce niveau de manière stable », comme l’a dit Stroot, 34 ans.

Comme le veut la tradition, Wolfsburg termine tôt la planification de son effectif. Pour le nouveau tour, cinq joueurs (en perspective) ont été engagés jusqu’à présent, qui ne feront certainement pas encore la différence lors du prochain tour de la Ligue des champions. En contrepartie, aucun des joueurs nationaux confirmés ne devrait quitter le club. Et même au niveau national, la menace du FC Bayern, qui a attiré l’attention durant la semaine avec les engagements de l’ancienne joueuse de Wolfsburg Pernille Harder et de Magdalena Eriksson (toutes deux de Chelsea), continue de peser. « Nous », disait encore Stroot, « restons sur notre lancée ».