Déclaration de la TFF sur l’arbitre Baran Eraslan

1) Baran Eraslan, l’arbitre de ligne en charge du match Ümraniyespor – Bodrum FK joué aujourd’hui dans le cadre de la 21e semaine de la Ligue 21, a annoncé hier qu’il quittait l’arbitrage par le biais d’une déclaration sur son compte de médias sociaux. La Fédération turque de football a également fait une déclaration à ce sujet aujourd’hui.

Dans la déclaration publiée sur le site Internet de la TFF, il est indiqué que les déclarations faites par Baran Eraslan sur les médias sociaux et la façon dont il a quitté l’arbitrage ne reflètent pas les informations correctes, et il est précisé ce qui suit :

« Lors du match Ümraniyespor-Bodrumspor de la 21e semaine de la 1ère ligue Trendyol, l’intéressé a été désigné comme arbitre assistant dans le cadre des affectations effectuées par affectation numérique et cette situation lui a été notifiée le 1er février 2024, mais l’arbitre assistant susmentionné a déclaré qu’il ne pouvait pas se rendre au match en raison d’un problème de santé (blessure) le 2 février 2024 et a soumis son rapport. Compte tenu de cette excuse et de ce document, son affectation a été annulée et un autre arbitre assistant a été affecté par le biais du système d’affectation numérique. Aujourd’hui, sa pétition déclarant qu’il a cessé d’arbitrer a été reçue. Une enquête disciplinaire a été ouverte à l’encontre de la personne concernée concernant ses publications sur les médias sociaux.

📉 CLASSEMENT TRENDYOL 1ÈRE LIGUE

BARAN ERASLAN : « JE VOUDRAIS AUSSI REMERCIER MES AÎNÉS QUI NE CONNAISSENT PAS LE DROIT ET LA LOI ET MANQUENT DE JUSTICE »

Entre-temps, la déclaration faite par Baran Eraslan sur son compte de médias sociaux hier est la suivante :

Lire Aussi  Kerem Sen : Modric est mon modèle

« J’ai mis fin à ma vie d’arbitre, qui a commencé en 2000, à partir d’aujourd’hui. Je voudrais remercier tous mes professeurs, amis et collègues, en particulier ma famille, qui a de grands droits sur moi. Je voudrais également remercier mes aînés qui manquent de justice, qui ne connaissent pas le droit et la loi. »

Christine Aubert