F1, Ferrari présente la nouvelle SF-23. Leclerc :  » L’objectif est de gagner le championnat du monde « 

Après avoir montré des photos de la nouvelle voiture rouge, la voiture a été conduite sur la piste par Charles Leclerc, qui a gagné le tirage au sort avec Sainz.

Forza Ferrari toujours ! C’est par ce salut que Benedetto Vigna a conclu son discours aux sponsors et aux invités, quelques minutes seulement après le premier allumage du moteur de la monoplace qui a inauguré la saison sportive à Maranello. La SF-23 a fait ses débuts dans ses tout premiers mètres, d’abord avec Leclerc, puis – après une longue attente pour régler le siège et les pédales – avec Sainz : deux tours et trois tours chacun. Très peu, parce que chaque minute compte et qu’il ne faut pas perdre un temps précieux pour le « shakedown » des films officiels et, surtout, pour la prochaine session à Bahreïn, où les progrès de l’hiver devront être vérifiés à égalité avec les rivaux.

Un fort optimisme
Le jour de ceux qui entreront dans l’histoire, l’optimisme ne manquait pas, sur un ton semblable à celui auquel Steve Jobs nous avait habitués : « Ce sera une monoplace qui sera sans précédent en termes de vitesse. Seulement, il ne s’agit pas d’un téléphone portable, mais d’un autre type d’objet de désir. C’est la voiture de course la plus prestigieuse du monde et les projecteurs du monde entier ne manquent pas, car Ferrari est Ferrari et, comme chacun sait, cela fait de nombreuses années que Raikkonen n’a pas remporté le championnat du monde.

L’esprit était également garanti par une journée ensoleillée parfaite, initialement fraîche mais pas trop, devant un public international composé de parties prenantes, de médias et, surtout, de très nombreux fans. Une tribune sur la piste de Fiorano remplie de 500 personnes vêtues de maillots d’équipe : employés, membres de la famille et étudiants invités. Et puis pas mal de fans, ceux avec un grand T, prêts à suivre l’équipe dans le monde entier.

Ce n’est pas une coïncidence si un événement important a été organisé de nouveau à Maranello – après des années d’arrêt à cause de Covid et de la  » mode  » précédente des inaugurations seulement en streaming – avec une journée combinée de présentation et de démonstration (c’est le nom pour respecter le quota d’essais disponible pour chaque équipe) : seulement quelques tours, mais le schéma est presque celui des vieux jours. Moins de cylindres, moins de bruit, moins de public, mais beaucoup de participation et d’émotion : même les camions de la route voisine ont salué ceux qui étaient sur la piste avec leurs klaxons.

Les locaux d’un point de vue technique et « superstitieux » étaient également excellents. Tout d’abord, la voiture était authentique, sans retard ni excuses : personne ne s’en est approché de trop près, précisément pour éviter de révéler des détails et des nouveautés aux concurrents. Et il a été choisi précisément le jour de la Saint-Valentin, pour souligner encore plus, si possible, l’âme, l’affection et la culture rouge qui règnent dans l’équipe la plus connue et la plus aimée de la Formule 1.

Lire Aussi  Le GP de France nécessite un "investissement important" pour revenir au calendrier de F1, souligne Domenicali

D’ailleurs, l’amour inconditionnel a été démontré par toutes les personnes présentes, à commencer par l’accent mis par Leclerc sur l’Italie : après avoir rendu hommage au Sanremo, il le rend aujourd’hui à une autre icône nationale, expliquant qu’il s’est  » préparé physiquement pendant l’hiver dans les Dolomites « . Alors que du côté de l’équipe, apparemment sereine et soudée, c’est le moment de démontrer sa capacité à retrouver le chemin de la victoire. Ce ne sera pas facile car, comme l’a expliqué le nouveau directeur d’équipe Frédéric Vasseur, le règlement ne laisse certainement pas trop de place à l’interprétation.

La nouvelle monoplace
La SF-23 est donc essentiellement basée sur le design de 2022, qui avait pourtant permis à la SF-75 de remporter quatre victoires et 12 pole positions. Pas assez pour endiguer la marée des championnats constructeurs et pilotes de Red Bull, à tel point que Ferrari a dû remplacer Mattia Binotto en tant que directeur d’équipe et le Français s’est vu confier la tâche ardue de devoir capitaliser sur l’élan de l’équipe de ces dernières saisons. « Je suis vraiment convaincu que la Ferrari d’aujourd’hui a tout ce dont elle a besoin pour gagner sans avoir besoin de changements radicaux », a déclaré Vasseur lors de sa première présentation aux médias. « Au cours des dernières décennies, on a constaté que la roue tourne toujours, et pour moi, ce n’est qu’une question d’amélioration continue. »

Une roue qui, en 2022, n’avait pas du tout tourné en faveur des Rouges : après un bon départ, en effet, l’équipe de Binotto avait également été reprise par Mercedes et s’était retrouvée avec un adversaire supplémentaire avec lequel il fallait compter et contre lequel il fallait se défendre jusqu’à la fin : si insidieux dans la compétition pour les points qu’il a malheureusement aussi affecté négativement le championnat des constructeurs, qui, jusqu’à presque la fin, était encore à la portée de Ferrari.

Parmi les points les plus importants abordés par Vasseur, il y a le fait que, avec la nouvelle SF-23, Ferrari a donné la priorité à la fiabilité du moteur un peu plus qu’à l’aérodynamique, même si c’est un domaine qui a connu de nombreuses innovations.

À la recherche d’une plus grande régularité
Lors des derniers Grands Prix d’Azerbaïdjan et d’Espagne, Leclerc, en quête du titre, avait subi des pannes de moteur alors qu’il était en tête. L’équipe a dû réduire la puissance du moteur pendant la majeure partie de la saison afin d’endiguer les problèmes, avant de « libérer » plus de puissance lors de la finale de la saison à Abu Dhabi. Ferrari devra donc éviter de retomber dans les erreurs stratégiques, en essayant de mener une saison plus régulière. La saison 2023, en revanche, sera la plus longue de l’histoire, poursuit Vasseur, avec 23 courses confirmées. Je m’attacherai donc à m’améliorer dans tous les domaines de l’équipe et de la gestion. Mais sans oublier la durabilité.

Lire Aussi  Pourquoi Pérez est-il plus rapide cette année ? Marko dévoile qu'il "suit les réglages de Verstappen"

Interrogé plus précisément, M. Vasseur a confirmé que « si, par le passé, la Formule 1 a été la première compétition de haut niveau au monde à introduire le moteur hybride, tout le monde était trop timide pour en parler. Mais avec la nouvelle orientation prise il y a deux ans et les innovations qui nous attendent en 2025, c’est encore un grand défi, mais nous avons fait un grand pas en avant. Je pense que la chose la plus intéressante est le fait que tous les sponsors sont maintenant totalement alignés sur ce sujet, à tel point que ce matin nous avons eu les premières discussions à ce sujet et nous avons finalement remarqué comment leurs positions ont également changé. Nous n’hésitons plus à parler de durabilité et c’est une bonne preuve que si nous travaillons tous ensemble et prenons la bonne direction, ce sera un bon pas en avant.

Méthode, gestion, confiance, quelques-unes des valeurs à surveiller cette année. Mais si, selon Leclerc, il est encore trop tôt pour se prononcer tant que les premiers kilomètres n’ont pas été parcourus à Bahreïn, même les initiés n’ont pas pu déduire grand-chose sur les innovations car une certaine « distance de sécurité » a été maintenue, donc loin des yeux moins discrets de la concurrence. En effet, bien qu’elle soit la cinquième équipe à avoir dévoilé la voiture, elle n’est que la troisième à avoir montré des formes plus crédibles et définitives. Ce qui ressort le plus du SF-23 par rapport à son prédécesseur concerne tout d’abord les ventres plus hauts et évidés – pour plus de charge et une meilleure efficacité aérodynamique – ainsi que, un peu plus loin, une réduction du volume même à hauteur du cockpit. Plus évidente est la modification du nez, désormais plus court et n’atteignant que la verticale du premier rabat. Une astuce pour permettre au flux d’air d’avoir un impact positif sur la suspension avant. A propos : le train avant a été affecté par une révision importante de la barre d’accouplement de la direction, un élément très délicat qui se brise fréquemment dans les accidents de course, mais qui a maintenant reçu un nouveau design, capable de réduire sa résistance au mouvement.

Christine Aubert