Alpecin-Deceuninck, retour malchanceux de Mathieu Van Der Poel : « Dommage, je m’amusais ». Maintenant la Belgique et le Tour dans le viseur

Pas le retour qu’il espérait Mathieu van der Poel au Dwars door het Hageland 2023. Le chef de Alpecin–Deceuninck il a tenté de se mettre en valeur en ouvrant la danse à 75 kilomètres de l’arrivée, puis en restant facilement dans le peloton des meilleurs dans une finale exigeante qu’il espérait faire sienne. Malheureusement une crevaison à vingt kilomètres de l’arrivée a déclenché une spirale de pépins qui l’a vu changer trois motos et perdre trop de temps pour pouvoir espérer reprendre le dessus sur la course qui entre-temps évidemment était en pleine bataille pour la victoire, puis conquis par Rasmus Tiller (Uno-X Pro Cycling)

« J’ai pris une roue arrière du vélo neutre, mais elle ne semblait pas bien glisser et le pneu était trop dur pour les chemins de terre – a-t-il déclaré à Het Laatste Nieuws après la ligne d’arrivée – Ensuite, j’ai encore changé de vélo, mais quand j’ai mis l’ordinateur dessus est tombé et à ce moment-là j’ai encore changé de vélo ». Une situation très rare pour lui, comme le raconte le directeur sportif Christophe Roodhooft: « Il a utilisé tous les vélos que nous avions avec nous. C’est un cas exceptionnel pour lui, car il ne change presque jamais de vélo. Rétrospectivement, le dernier changement de vélo était de trop ».

Malgré la défaite, l’équipe belge tente tout de même de voir le côté positif de ce qu’il s’est passé, l’équipe faisant preuve d’une solidité à toute épreuve autour de son capitaine, qui, bien que n’étant pas au mieux de sa forme et issu d’une longue absence, s’est tout de suite montré compétitif : « C’était aussi difficile de courir contre ces adversaires, car nous devions porter le poids de la course. Surtout quand on vient d’arriver d’une retraite en haute altitude et qu’on n’est pas encore à 100%, ce n’est pas facile. C’était une bonne journée en soi. »

Lire Aussi  Il y a un an...UAE Tour 2023, Elisa Longo Borghini : "C'est la façon dont vous avez toujours rêvé de gagner, avec un partenaire".

Cependant, ce n’était pas la course la plus importante de cette période. « Ce qui vient ensuite est le plus important – souligne le phénomène néerlandais. Je me sentais plutôt bien malgré la chaleur et le fait que c’était ma première course depuis un moment. » Je peux dire que j’ai bien travaillé. C’est dommage que vous fassiez tous ces efforts pour arriver à la fin du jeu et que vous n’ayez pas de chance, mais cela fait partie du jeu. C’est dommage, car je m’amusais. »

La prochaine manche avant le Tour de France, avec les Championnats Nationaux entre les deux, sera le Tour de Belgique, dont il ne cache pas un objectif important : « Si je suis bon, je devrais pouvoir disputer le général classification. Une victoire serait bien, mais pas fondamentale. Après tout, le grand objectif est le Tour de France. L’année dernière ce n’était pas moi, tout le monde l’a vu. Maintenant, je me sens très bien et j’ai fait une bonne préparation. J’ai hâte qu’il arrive. »

Chantal Martin