Analyse du parcours de la Strade Bianche 2024 : encore plus de gravier et encore plus de kilomètres pour une course qui promet du spectacle

Un parcours encore plus difficile et plus spectaculaire pour la Strade Bianche 2024 Strade Bianche 2024. Après quelques éditions sans innovations majeures, les organisateurs de la course toscane ont opté cette année pour un nouveau look pour la « Classique du Nord » la plus méridionale d’Europe, qui sera courue à l’occasion de l’édition 2024 de la Strade Bianche. Samedi 2 mars. En réalité, les routes parcourues seront plus ou moins les mêmes que ces dernières années, mais dans le final, les coureurs seront confrontés à un circuit qui portera le total des kilomètres à 215 et les sections de gravier à 15 (contre 11 en 2023), pour un parcours qui promet d’être encore plus sélectif et qui, une fois de plus, récompensera les plus forts à l’arrivée sur la splendide Piazza del Campo de Sienne.

Parcours des Strade Bianche 2024

Sienne – Sienne (215 km)

Après le départ confirmé de Forteresse MédicéenneLe groupe affrontera les premiers kilomètres avec une légère ondulation de l’asphalte jusqu’au premier secteur, qui sera une longue ligne droite de 2,1 kilomètres avec une pente descendante constante jusqu’à l’arrivée. Vidritta. Il s’agit du tronçon le plus facile, juste pour commencer à s’habituer au terrain, qui commence déjà à être difficile à partir du deuxième secteur, situé un peu plus loin. Les 5,8 kilomètres de Bagnaia comportent une longue montée, avec des pentes à deux chiffres, ce qui en fait le moment idéal pour essayer de forcer une échappée, s’il devait y avoir une lutte pour créer l’action de la journée.

Les deux secteurs suivants pourraient également être utiles à cette fin, Radi e La Plainetous deux placés dans les cinquante premiers kilomètres d’une course qui, à ce moment-là, connaîtra également la montée de Montalcino, quatre kilomètres à 5% qui ne seront pas décisifs, mais qui compteront dans l’économie générale. Il ne faut donc pas attendre longtemps avant d’arriver à Torrenieri, et dans la foulée, séparés par un seul kilomètre d’asphalte, viendront les cinquièmes (11,9 km à 5 %) et les troisièmes (4,5 km à 5 %). Lucignano d’Asso) et le sixième (à 8 km de Pieve a Salti), à la fois ondulée et nerveuse.

Lire Aussi  GreenProject-BardianiCSF-Faizanè, pas que le Giro : les hommes des Alpes Isère et du Tour de Norvège

C’est là que la tension commence à monter en vue de deux moments très importants, deux secteurs cinq étoiles consécutifs et rapprochés qui se sont avérés décisifs par le passé, surtout le second. Après les 9,5 kilomètres de San Martino in GraniaAprès une succession de montées et de descentes menant à une remontée sur l’asphalte, le peloton devra aborder le huitième secteur, le plus difficile de la course, avec ses 11,5 kilomètres constamment vallonnés, mais surtout en montée, avec Monte Sante Marie qui présente des pentes très difficiles, tant en montée qu’en descente.

Nous retrouvons donc l’asphalte pour moins de vingt kilomètres, en tournant à Monteparte où un mur de terre de 600 mètres pourrait en surprendre plus d’un avant de retrouver l’asphalte à Vico d’Arbia pour entrer dans le circuit de trente kilomètres qui offre les quatre derniers secteurs, mais les deux premiers seront répétés avant de se diriger vers Sienne. Il commence par Colle Pinzuto, 2,4 kilomètres avec des pentes allant jusqu’à 15 %, qui est rapidement suivi par le sentier de l’Aventure de l’Aventure de l’Aventure de l’Aventure de l’Aventure. Le Tolfe, 1100 mètres avec une descente sèche suivie d’une montée raide (pente maximale de 18%). Après le premier passage, vous serez confronté à la première Strada del Castagno (12ème secteur, 1,3 km), qui sera suivie d’une route asphaltée exigeante jusqu’à San Giovanni a Cerreto, d’où nous prendrons le 13ème secteur de route en terre, qui revient après avoir été présent dans les premières éditions. Les 3,3 kilomètres de Montechiaro ne sont pas très difficiles et ramènent le groupe vers Vico d’Arbia.

Lire Aussi  RadioCorsa, avec Mauro Gianetti pour parler de Tadej Pogacar et avec Domenico Pozzovivo pour son retour dans le groupe

Ici, nous reprenons la route qui mène à Colline de Pinzuto (14°) e Le Tolfe (15ème), le dernier secteur arrivant à moins de 13 kilomètres de l’arrivée. Un final désormais emblématique, celui de Sienne, qui voit les coureurs arriver dans la ville sur de larges routes et de longues lignes droites sur un falsopiano qu’il faut gérer, mais le scénario change complètement à deux kilomètres de l’arrivée, avec l’entrée dans la via Esterna di Fontebranda, qui, avec ses pentes allant jusqu’à 9%, mène au dernier kilomètre.

Immédiatement après, après avoir passé la Porta di Fontebranda, la route goudronnée commence et les pentes augmentent encore, jusqu’à ce qu’elles atteignent leur maximum à environ 500 m de l’arrivée, en Via Santa Caterinaoù l’on rencontre des pointes à 16%. Encore deux cents mètres de souffrance et l’on tourne à droite, empruntant une descente et une paire de virages indispensables pour prendre de l’avance dans le dernier virage, qui fera soudain entrer les coureurs dans l’immensité de la vallée de l’Algarve. Piazza del Campooù la clameur du public attend le vainqueur.

Secteurs Strade Bianche 2024

# KM Secteur Longueur Difficulté
1. 14,0 Vidritta 2,1 km *
2. 21,3 Bagnaia 5,8 km ***
3. 33,4 Radi 4,4 km **
4. 44,1 La Plaine 6,4 km **
5. 76,8 Lucignano d’Asso 11.9 km ***
6. 89,7 Pieve a Salti 8 km ****
7. 112,7 San Martino in Grania 9,5 km *****
8. 131,0 Monte Sante Marie 11,5 km *****
9. 161,3 Monteaperti 0,6 km **
10. 165,7 Colline de Pinzuto 2.4 km ****
11. 171,9 Le Tolfe 1,1 km ****
12. 175,4 Chestnut Road 1,3 km ***
13. 189,2 Montechiaro 3,3 km **
14. 195,9 Colline de Pinzuto 2.4 km ****
15. 202,2 Le Tolfe 1,1 km ****
TOTAL 71,2 km

Altimétrie et planimétrie Strade Bianche 2024

Chantal Martin