Analyse du parcours du Tour du Pays Basque 2024 : un contre-la-montre et des étapes haletantes pour une course toujours spectaculaire

La semaine entre du 1er au 6 avril sera marquée par la Tour du Pays Basque 2024. « Itzulia » est la quatrième course par étapes d’une semaine au niveau WorldTour et représente un rendez-vous important dans la saison, dans une période de transition entre les premières Classiques du Nord et la partie centrale du calendrier international. Le parcours fera appel, comme de tradition, aux grimpeurs et aux coureurs les plus explosifs en particulier, en proposant un contre-la-montre individuel et cinq étapes très exigeantes en termes d’altitude. Une condition physique irréprochable sera nécessaire pour pouvoir absorber toutes les difficultés attendues et obtenir de bons résultats, tant sur la journée qu’au classement général.

Parcours du Tour du Pays Basque 2024

Un contre-la-montre individuel revient au programme de la course et les organisateurs le placent le jour de l’ouverture. La première étape sera un contre-la-montre individuel dont le départ et l’arrivée auront lieu à Irunville qui marque la frontière avec la France. L’étape, d’une longueur de 10 kilomètres, comprendra l’ascension de Olaberriaqui mesure 1,7 kilomètre avec une pente moyenne de 5,2 %. Elle monte également dans les tout derniers mètres, puisque la banderole d’arrivée sera placée au bout de 200 mètres qui montent à 10 %.

Avec la première étape en ligne de mire, ils s’élanceront de Irunmais presque immédiatement, vous quitterez le Pays basque et l’Espagne pour entrer en France et parcourir les 160 kilomètres qui vous séparent de la ville d’Irun. Kanbo (c’est-à-dire Cambo-les-Bains). Bien qu’il n’y ait qu’un seul GPM, celui de Saint-Ignace (2,6 km à 5,9%), situé à moins de vingt kilomètres du départ, le parcours de cette journée sera plutôt nerveux et plein de montées et de descentes courtes qui resteront certainement dans les jambes des coureurs, qui franchiront également la ligne d’arrivée pour la première fois après 50 kilomètres et auront ainsi l’occasion d’étudier la ligne d’arrivée en légère montée en vue d’un probable sprint, même si le peloton n’est pas au complet.

Nerveuse aussi la troisième étape, la plus longue de cette édition, avec ses 190,9 kilomètres de Ezpeleta ad Altsasu. Cependant, bien que le départ soit immédiatement en montée avec le GPM de Otsondo (8,2 km à 5,7 %), la journée ne s’annonce pas encore comme une bataille entre les grands. Le triptyque exigeant de Usategieta Gaina (11,2 km à 3,2 %), Uitzi (4,7 km à 6,9 %) et Zuarrarraete (6,8km à 3,6%) est en fait loin de l’arrivée, et il y a encore deux GPM à suivre, mais pas vraiment difficiles, ni trop proches l’un de l’autre ou de la ligne d’arrivée. Le mur de Olaberria (1,6 km à 7,5 %) se trouve en fait à plus de 40 km, tandis que la montée de Lizarrusti (6,4 km à 4,7%) ne semble pas assez difficile pour faire une différence substantielle, étant donné qu’il reste encore vingt kilomètres avant l’arrivée. Il pourrait y avoir de l’action et une échappée pourrait tenir le coup, mais il faudra peut-être attendre encore un peu pour voir les grands en action (mais on ne sait jamais de nos jours). Un sprint assez serré n’est pas à exclure.

Lire Aussi  Milan-Turin 2024, Polti-Kometa mise sur Giovanni Lonardi

Plus courte et plus intense s’annonce la quatrième étape, dont les ascensions sont proches les unes des autres et aussi de l’arrivée, à dix kilomètres seulement de la dernière montée, avec des pentes raides. Si le départ de Etxarri Aranatz sera plutôt simple, tout comme les 115 premiers kilomètres où la longue plaine ne sera interrompue que par le GPM de Opakua (7,1 kilomètres à 5,8 %) et la montée suivante d’Azazeta, il n’y aura plus de terrain plat dans les 40 derniers kilomètres de la course. Le mur de Olaeta (1,9 km à 9 %) ouvre une séquence difficile qui, après une descente abrupte, se poursuit par l’ascension de Untzilla (2.3km à 8.5%), suivi d’un plongeon menant à un court falsopiano jusqu’au pied du Leintz Gatzaga (3km à 8,7%), où l’on peut s’attendre à voir les hommes du classement tenter quelque chose car l’arrivée sera ensuite très rapide entre une descente et un court falsopiano jusqu’à l’arrivée de Legutio.

Le scénario de la cinquième étape est similaire, avec un départ très facile avec 80 kilomètres de terrain plat et de descente après la première étape. Vitoria-Gasteiz. A ce moment-là, vous serez sur la route sinueuse Urkiola (5,5 km à 9,4 %), qui donnera une première impulsion au peloton. Après une longue descente en deux étapes, un peu plus de vingt kilomètres de terrain plat mèneront à la montée de Muniketagaina (3,5 km à 7,3 %), suivie d’une nouvelle montée qui anticipe la descente en piqué vers la ligne d’arrivée de Amorebieta-Etxanooù les coureurs passeront une première fois après 149,1 kilomètres, avant de retrouver les deux dernières aspérités pour un circuit final qui s’annonce disputé.

Lire Aussi  Jerseys 2024, le nouveau tricolore de Simone Velasco

Encore plus courte et plus explosive sera la dernière étape, une répétition de l’étape de l’année dernière. Le peloton s’attaquera donc à nouveau aux 137,8 kilomètres avec un départ et une arrivée à Eibar. Une journée qui comprend pas moins de sept GPM, en commençant par Elkorrieta (2,6 km à 6,7 %), après seulement 13,5 kilomètres, d’où vous grimperez immédiatement vers la vallée de l’Elkoreta. Azurki, une ascension de 5100 mètres à 7,4% qui se terminera après 25 kilomètres de course. Elle est suivie d’une descente rapide qui mène au pied de l’ascension de Gorla (9,6 km à 5,7 %). Du sommet, il y a une descente très raide, suivie d’une courte vallée qui conduit le groupe vers l’auberge de jeunesse. Krabelin (5 km à 9,6 %), dont le sommet se trouve exactement à mi-parcours. L’itinéraire se poursuivra à un rythme rapide, car après la descente, il montera à nouveau, en direction de Trabakua (3,3 km à 7,1%), qui s’ouvre sur un tronçon de contre-pente qui peut réserver des surprises, avant une autre montée vertigineuse, à Izua (4,1 km à 9,2 %), l’avant-dernière ascension de la journée. La dernière difficulté, qui débutera dès la fin de la descente, verra le peloton grimper en direction de Urkaregi (5 km à 4,8 %), dernier effort d’une journée décidément éprouvante. Le sommet sera à 12,5 kilomètres de l’arrivée, qui interviendra après une descente périlleuse et un dernier kilomètre mouvementé.

Étapes Tour du Pays Basque 2024

Étape 1 (01/04) : Irun – Irun (10 km – contre-la-montre individuel)
Étape 2 (02/04) : Irun – Kanbo (160 km)
Étape 3 (03/04) : Ezpeleta – Altsasu (190,9 km)
Étape 4 (04/04) : Etxarri Aranatz – Legutio (159 km)
Étape 5 (05/04) : Vitoria-Gasteiz – Amorebieta-Etxano (175,9 km)
Étape 6 (06/04) : Eibar – Eibar (137,8 km) Eibar – Eibar (137,8 km)

Altimetries et Planimetries Tour du Pays Basque 2024

Étape 1 (01/04) : Irun – Irun (10 km – contre-la-montre individuel)

Étape 2 (02/04) : Irun – Kanbo (160 km)

Étape 3 (03/04) : Ezpeleta – Altsasu (190,9 km)

Étape 4 (04/04) : Etxarri Aranatz – Legutio (159 km)

Étape 5 (05/04) : Vitoria-Gasteiz – Amorebieta-Etxano (175,9 km)

Étape 6 (06/04) : Eibar – Eibar (137,8 km) Eibar – Eibar (137,8 km)

Chantal Martin