Canyon-SRAM Racing, Shari Bossuyt suspendue pour deux ans : « Je ne ferai pas appel, mais la commission a reconnu la contamination ».

Shari Bossuyt a été suspendue pour deux ans après avoir été contrôlée positive à une substance interdite par l’AMA, le métabolite du létrozole. La cycliste de 22 ans, championne du monde il y a deux ans dans la course américaine avec Lotte Kopeckyavait été contrôlée positive lors d’un test de dopage en mars, après avoir remporté la troisième étape du Tour de Normandie. Comme la coureuse de cyclocross Toon Aertsqui a été contrôlée positive à la même substance le 19 janvier 2022, a également reçu une disqualification de deux ans. L’athlète polyvalente, qui se préparait à une saison importante, avec bien sûr les Jeux comme moment clé potentiel, a annoncé la nouvelle via ses médias sociaux.

La Belge, qui s’est toujours déclarée innocente, a affirmé à plusieurs reprises qu’elle n’avait jamais utilisé de létrozole, du moins pas volontairement. Je n’avais jamais entendu parler de ce produit. Tout indique une contamination, pensez à la viande ou au lait », avait-elle expliqué en juin, lors de l’annonce de cette positivité. Une position qu’il maintient toujours, mais qu’il n’est pas en mesure de prouver de manière documentaire et factuelle, comme l’exigeraient les instances internationales.

Le 4 décembre, j’ai reçu le verdict de l’AFLD (Agence française de lutte contre le dopage) avec une proposition de suspension », explique-t-il maintenant, « comme prévu, ils ont proposé une suspension de deux ans. Ils confirment et reconnaissent le fait que la contamination n’était pas intentionnelle, mais nous ne pouvons pas, comme dans le cas de Toon Aerts, prouver exactement la source de la contamination, de sorte que le contexte juridique ne permet pas une réduction supplémentaire de la peine ».

Lire Aussi  Tour de France 2023, Alpecin l'équipe la plus primée à ce jour devant Jumbo et UAE

Pour l’Agence antidopage, il n’y a donc pas de conditions pour une réduction de peine et la Flamande, dépitée par la situation, ne semble même pas avoir l’intention d’essayer : « Toute cette affaire est extrêmement frustrante ! Pas d’humanité, pas de nuance, pas de concertation. Qu’on m’explique comment un athlète peut prouver une contamination par l’alimentation. Après avoir reconstitué pièce après pièce, nous savons presque avec certitude d’où cela vient, mais nous ne pouvons malheureusement pas le prouver. Pour cela, nous avons besoin de rapports officiels qui ne peuvent être établis que par des organismes officiels ou par des laboratoires ou des universités.

Bossuyt avait les Jeux olympiques de Paris en ligne de mire, mais malheureusement, ses rêves d’or ont été brisés car elle ne pouvait pas attendre le moment de cette recherche, ni se permettre l’effort financier pour une telle étude. Par conséquent, malgré l’aveu partiel de la commission, qui n’a pas exclu une contamination alimentaire et n’a que partiellement rejeté l’absence de bénéfice de la substance pour le corps féminin, la disqualification de deux ans est désormais une réalité avec laquelle la jeune femme de 23 ans devra compter.

Chantal Martin