Réaction de l’arbitre et réponse d’Ali Koç par Dursun Özbek

En ce qui concerne les projets en cours, Özbek a déclaré : « Les projets que nous avons créés avec mes amis depuis que nous sommes entrés en fonction se poursuivent. Nous aurons de bonnes nouvelles très bientôt. Je voudrais surtout souligner, contrairement à ce qui a été dit ces derniers jours, que le Galatasaray Sports Club ne doit pas un centime à qui que ce soit, ni dans les branches amateurs, ni dans les équipes professionnelles. Comme je viens de le dire, ils essaient d’influencer Galatasaray comme s’il y avait un chaos avec les études de perception. Si j’ai un devoir en tant que président de Galatasaray, mon devoir est de résoudre ce problème. Là où nous sommes, personne ne peut honorer Galatasaray et parler de ces choses. Les élections auront lieu en mai 2024. Notre objectif est de remporter le championnat en mai 2024. Notre objectif est de terminer les projets. Nous devons sortir de l’accord sur l’union bancaire. La course à la présidence, comment être élu, c’est l’affaire de l’assemblée générale. Ainsi, la tâche de la direction est de se concentrer sur les projets et de faire ce que nous avons promis à l’assemblée générale en mai 2024. »

« NOUS SERONS À NOUVEAU CHAMPIONS »

Dursun Özbek a déclaré qu’il atteindrait le championnat à la fin de la saison en Super League et a ajouté : « L’année dernière, nous sommes devenus champions dans des conditions plus difficiles. Nous ferons de même avec nos fans, nos managers et nos footballeurs. Nous serons champions en nous serrant les coudes. Le fait que nous soyons ensemble et que nous nous serrions les coudes sera le plus important sur le chemin du championnat. Chaque jour, ils essaient de nous arracher un morceau. Ce n’est rien d’autre qu’une tentative de nous monter les uns contre les autres. Galatasaray a toujours réussi sur le champ de bataille. Nous résisterons à cette perception et à ces efforts pour nous affaiblir et nous serons à nouveau champions.

En ce qui concerne les projets, Özbek a également déclaré : « Nous tenons toutes les promesses que nous avons faites lors de l’assemblée générale. Nous commencerons la livraison de notre projet Mecidiyeköy en novembre. Nous déménagerons notre campus de Florya à Kemerburgaz dès que possible. Nous avons l’intention d’apporter cette installation à nos footballeurs dans un court laps de temps. Personne ne doit s’inquiéter. Notre travail sur Florya se poursuit. Nous partagerons les bonnes nouvelles avec vous dès que possible. Ceux qui essaient d’user Galatasaray, ceux qui essaient de nuire à Galatasaray dans la course au championnat seront déçus en mai. Ce dont nous avons besoin, c’est de protéger le climat d’amour qui règne à Galatasaray ».

Lire Aussi  Annonce de la nouvelle adresse d'Anderson Talisca

« GALATASARAY MONTRERA AUSSI SA POSITION »

Concernant la réunion qui se tiendra à l’Union des Clubs, Dursun Özbek a déclaré : « Cela fait environ 6 mois que la fédération a été élue. Nous adressons nos avertissements à la fédération actuelle. Il y a une réunion de l’Union des clubs. Il se peut que cette question soit l’un des points à l’ordre du jour de cette réunion. La fédération n’est pas seulement celle de Galatasaray. Il y a un large spectre. À l’issue de cette réunion, Galatasaray affichera également sa position ».

« LE LIEU DE JEU EST DU RESSORT DE LA FÉDÉRATION »

En ce qui concerne la Super Coupe, Dursun Özbek a déclaré : « Nous voulions un arbitre local pour le match en Arabie Saoudite, car si la Super Coupe doit être jouée avec un arbitre étranger, ce n’est pas pour un seul match. C’est une décision radicale. La performance qu’il montrera lors d’un match ne peut pas être une performance qui s’étendra sur un marathon de 38-39 matches de championnat. Nous n’avons pas demandé de changement, mais nous pensons que notre réaction était la bonne. L’idée de jouer la Super Coupe en Arabie Saoudite remonte à août 2023. Le club sportif de Galatasaray a écrit à la fédération le 17 novembre 2023 pour indiquer que la coupe devait être jouée en Turquie. Nous avons transmis cette information à M. Büyükeşi et à son équipe. Nous avons dû nous conformer à la décision prise. Les événements et les développements qui ont eu lieu ont abouti à l’annulation du match. Les développements qui ont eu lieu par la suite sont des événements que ni nous ni Ali Koç n’aurions voulu. Le lieu du match est du ressort de la fédération. Le calendrier est très serré. Il y a un décalage d’une semaine pendant la période électorale. Je pense qu’il serait préférable de le placer à cet endroit.

Déclarant qu’il trouvait correctes les décisions prises par la Fédération turque de football concernant la limite des étrangers et la Coupe de Turquie, Özbek a déclaré : « La Fédération a pris des décisions importantes concernant la Coupe de Turquie et la limite des étrangers. Je soutiens la limite des étrangers en termes de mise en œuvre, en termes de présence sur le terrain. Le format de la Coupe de Turquie est également approprié. Il apportera plus d’enthousiasme. Leo Dubois est actuellement un joueur de Başakşehir. Nous discutons entre nous et avec les dirigeants de Başakşehir. Il n’y a pas de décision claire. »

Répondant à la question sur Icardi, Özbek a déclaré : « Ils ont cassé le pied d’Icardi lors du match contre Beşiktaş, l’arbitre n’a pas pu le voir. Ils ont essayé de l’aveugler lors du match contre Fenerbahçe, l’arbitre n’a pas pu le voir non plus. »

Lire Aussi  UEFA Europa Conference League | Bodo Glimt vs Besiktas quand, à quelle heure, sur quelle chaîne (11 premiers possibles)

« QUE PERSONNE NE METTE NOTRE PATIENCE À L’ÉPREUVE »

Dursun Özbek a également déclaré : « Nous sommes dans une compétition sportive, une course. Nous ne sommes pas dans une querelle mutuelle. Personne ne doit mettre notre patience à l’épreuve. Nous avons fait des commentaires sur les erreurs commises. Il ne s’agit pas de transformer le football en un environnement de combat, un duel de mots. Certains veulent mettre notre patience à l’épreuve. À cet égard, personne ne doit mettre notre patience à l’épreuve.

Le président adjoint de Galatasaray Sportif AŞ, Erden Timur, a déclaré qu’ils seront champions et a déclaré : « C’est comme un crime de parler ou de ne pas parler. J’ai parlé trois fois au nom de notre club au sujet des arbitres. Il y a deux mois, je suis allé sur l’écran et j’ai dit ce qui devait être fait. Après cela, on a essayé de créer une perception, où est où. Il n’y a pas de ressentiment. J’ai également pris la parole à trois reprises l’année dernière. Nous resterons unis. Nous ferons de notre mieux sous la direction de notre président. Si nous devons communiquer davantage, nous le ferons. Nous avons deux devoirs. Défendre les droits de Galatasaray. Il y a des gens de 15-16 ans. Nous ne devons pas les induire en erreur. Le seul but ici est de résoudre ce problème ensemble. Il est très facile de critiquer. Notre seul objectif pour le mois de mai est de devenir champion.

« UN JOUEUR QU’IL NE FAUT PAS RISQUER

Au sujet de Sacha Boey, Erden Timur a déclaré : « Sacha Boey souffre d’une douleur au genou. Il y a un entraînement aujourd’hui et l’équipe est en congé demain. C’est un joueur qu’il ne faut pas risquer. La vente n’existe pas. Il y a des manipulations au moindre écart. Il faut dire « il n’y a pas d’offre ». Il est parfois nécessaire de laisser certaines choses dans la période de transfert, cela a aussi ses avantages.

Répondant à la question concernant Mauro Icardi, Erden Timur a déclaré : « Cette question devrait être clarifiée en ce qui concerne Icardi. Le reposer était à l’ordre du jour. Quand il n’est pas reposé pendant un certain temps, cela continue toujours. Il a dû s’entraîner avec une aiguille. S’il devait s’entraîner, il resterait ici. Mais il ne devrait pas s’entraîner pendant un certain temps. Un traitement par cellules souches est appliqué à son pied. Il est allé là-bas pour que sa femme soit avec lui. Il n’y a rien de mal à ce que les entraîneurs soient avec les joueurs qui font certains sacrifices de temps en temps et dans des situations délicates. Mais la question a été soulevée d’une manière différente ».

Christine Aubert