Giro d’Italia 2023, six forfaits pour cause de covid jusqu’à présent mais la situation pourrait empirer

C’était le scénario le plus redouté au Tour d’Italie 2023 et malheureusement ça se réalise. De retour en force dans le groupe dans les derniers jours d’avril, le covid a d’abord coupé certains coureurs de la participation, Giulio Ciccone surtout, mais c’est désormais surtout lors de la Corsa Rosa qu’il continue de se faire sentir de manière très importante. tant et si bien (malheureusement il faut le dire) qu’à ce jour, six pilotes ont quitté le premier GT de la saison suite à un contrôle positif. Parmi ceux-ci, évidemment, le coup le plus dur, qui aura des répercussions sur toute la Corsa Rosa, au niveau tactique, sportif et médiatique, est sans aucun doute celui de Remco Evenepoelfrais de la deuxième victoire en un peu plus d’une semaine et la Maglia Rosa à nouveau.

L’annonce est tombée hier soir, précédée de moins d’une heure par celle du retrait de Rigobert Uran, qui à son tour avait montré un coup de pédale moins qu’excellent ces derniers jours. Des faiblesses et un épuisement des deux qui se sont malheureusement révélés être la faute d’un virus pour lequel il n’y a plus l’obligation de se contrôler, ni l’obligation de quitter la course, comme l’UCI l’avait déjà précisé ces derniers mois. Cependant, les équipes confirment une approche prudente, choisissant de préserver la santé de leur coureur, ainsi que de l’ensemble du groupe, en évitant de nouvelles infections.

Aux deux excellentes retraites d’hier, il faut ajouter celle de Philippe Ganna (Ineos Grenadiers), dont l’équipe avait annoncé samedi la positivité avant d’entamer la neuvième étape. La veille, c’était plutôt le tour, coup sur coup, d’un Jean Aleotti (Bora-hansgrohe) e Nicolas Conci (Alpecin – Deceuninck), alors que le tout premier cas lors de ce Giro était celui de Clément Russoest arrivé jeudi 11 mai, au moment de courir la sixième étape.

Lire Aussi  Giro Donne 2023, Annemiek van Vleuten remet immédiatement les pendules à l'heure : étape et maillot rose pour le championnat du monde – Quatrième place Elisa Longo Borghini

Sans règles de distanciation, ni d’utilisation de dispositifs de protection (ni pour les coureurs, le staff, les initiés, ni le public qui entre en contact avec les coureurs, sans oublier le personnel hôtelier par exemple) la crainte est que d’ici deux semaines la situation peut malheureusement s’aggraver. Notamment, compte tenu de la tendance de la semaine qui vient de s’achever, les prochains jours seront cruciaux pour comprendre la tendance d’une courbe qui semble malheureusement lancée…

Chantal Martin