João Almeida, membre de l’UAE Team Emirates, place la barre très haut pour 2024 : « Au Tour, je ferai mon travail et je jouerai mon rôle, un podium serait extraordinaire ».

De grandes ambitions pour 2024 João Almeida. Le coureur de la UAE Team Emirates se prépare à une saison pleine de courses au cours desquelles il ne cherchera pas seulement à faire bonne figure, mais il est également prêt à se mettre à la disposition de l’équipe de l’UAE Team Emirates. Tadej Pogacar en vue de la prochaine Tour de France. Au cours de l’année qui vient de s’achever, la classe 1998 a réalisé une excellente saison, composée presque exclusivement de courses par étapes, terminant deuxième du Tirreno-Adriatico, troisième de la Volta a Catalunya, et trouvant également son premier podium en GT en montant sur la plus basse marche du podium du dernier Giro d’Italia, à 1’15 » du vainqueur Primoz Roglic.

Le Portugais participera pour la première fois à la Grande Boucle cette année, formant ainsi le poker d’as de l’équipe émiratie qui tentera de remporter son troisième triomphe avec le coureur slovène, qui sera également accompagné de Adam Yates e Juan Ayusosans oublier Pavel Sivakov. Le plus difficile sera de gérer des hommes qui pourraient tous être capitaines individuellement : « Je pense que tant que nous sommes tous sur la même longueur d’onde, cela peut très bien fonctionner », souligne le jeune homme de 25 ans à GCN – Mais si l’un d’entre eux n’est pas sur la même fréquence que les autres, nous pourrions avoir un problème. C’est aux directeurs de gérer cela, je ferai mon travail et ma part, mais je ne peux contrôler que ce que je fais, pas ce que font les autres ».

Almeida fera donc ses débuts dans le GT transalpin, qu’il explique avoir ignoré les années précédentes par sa propre décision, car il « voulait déjà le faire cette année, mais j’ai pris le Covid en 2022 quand je visais le podium (au Giro, ndlr) et je n’ai pas pu l’obtenir cette année-là ». Ayant l’intention de participer au GT français « après avoir fait un podium en GT » cette année, il est maintenant temps pour Almeida « de tourner la page et de viser autre chose ».

Lire Aussi  Le directeur sportif de Jumbo-Visma, Merijn Zeeman, révèle: "En 2020, pendant le verrouillage, nous avons dû travailler dur pour faire fonctionner l'équipe"

Sur le papier, il pense donc pouvoir viser un résultat similaire à la Grande Boucle, même si l’objectif principal de UAE Team Emirates est évidemment la réussite : « Je veux donner le meilleur de moi-même dans chaque course à laquelle je participe », ajoute-t-il, « Bien sûr, cela dépend aussi de mes coéquipiers, s’ils sont meilleurs que moi, j’essaye de les aider. Je veux être en forme au Tour, mais avec Tadej et les autres, nous verrons comment les choses se passent, c’est un plaisir pour moi de les aider et de faire tout ce qui est en mon pouvoir ».

L’approche du grand objectif lui fera cependant vivre une première partie de saison très intense avec Volta ao Algarve, Paris-Nice, Volta a Catalunya, Amstel Gold Race, Flèche wallonne e Liège – Bastogne – Liègetandis qu’avant la Grande Boucle se déroulera la Tour de Suisse. « Je vais faire beaucoup de courses », admet-il, « mais je préfère en faire beaucoup pour voir comment je suis, parce que je suis le genre de coureur qui est différent en course. À l’entraînement, je ne suis pas aussi performant qu’en course. Pendant les courses, j’atteins un autre niveau.

Célèbre pour son style de course progressif, parfois même commenté avec ironie, en particulier sur les médias sociaux, le coureur lusitanien a remporté sa première victoire dans un Grand Tour l’année dernière, en triomphant lors de la 16e étape de la Pink Race, trouvant pour la première fois un espace pour attaquer : « C’est l’une des courses où j’ai attaqué, il n’y en a pas beaucoup, mais en général c’est ma façon de courir », souligne-t-il. « Si je ne suis pas détaché, je pense que c’est un bon signe, cela signifie que je suis à l’aise avec le rythme. Je me considère comme fort mentalement et je pense que c’est l’une de mes armes.« .

Lire Aussi  Les 10 paris de 2024, 9-10 : Mark Cavendish et Luca Vergallito

Coureur ambitieux, capable d’élever la barre chaque année en conquérant de nouveaux objectifs, il espère continuer à progresser cette année, tant en termes de performances que de résultats, en commençant peut-être par une victoire d’étape au Tour, ce qui « serait un rêve devenu réalité », tout en « […].une place sur le podium serait stupéfiante« . Au lieu de cela, le grand objectif de sa carrière est de gagner « n’importe quelle GT », un objectif qui lui donnerait le sentiment d’être arrivé, accompli : « Quoi qu’il arrive ensuite… je ne prendrais pas ma retraite parce que je dois continuer à travailler, mais je serais juste super satisfait », ajoute-t-il.

Parmi les grands objectifs à atteindre entre-temps, il y a le succès dans les courses d’une semaine : « J’aimerais gagner plus de courses d’une semaine.Je crois que je n’en ai gagné que deux, mais j’aimerais gagner une Tirreno-Adriatico, une Paris-Nice, une Catalunya, l’une des meilleures courses d’une semaine… J’aimerais me le prouver(…) J’en veux toujours plus, c’est cette fièvre de la compétition qui m’a toujours animé.« .

Chantal Martin