Les Grenadiers d’Ineos, Geraint Thomas, parlent de la nouvelle génération : « Il y a moins de respect mutuel, les jeunes sont sans pitié ».

Geraint Thomas s’intéresse à l’évolution des relations entre les coureurs du peloton au fil des ans. Après avoir passé 18 saisons dans le peloton, le coureur de la Ineos Grenadiers a noté que le cyclisme a beaucoup changé au fil des ans, avec tant de jeunes qui entrent dans le cyclisme professionnel en remportant déjà de grands succès et qui n’ont pas beaucoup de respect pour les coureurs plus âgés. Après avoir remporté le Tour de France en 2018 et terminé deuxième lors de la dernière édition du Giro d’Italia, il cherche toujours à se battre avec les jeunes espoirs dans ces dernières années de sa carrière en allant chercher de nouveaux succès.

« C’est complètement différent », a commencé la promotion 86 au Podcast. Just Ride – Maintenant, c’est un peu comme une course entre les juniors et les moins de 23 ans. Il y a moins de respect mutuel. Chacun va où il veut, s’entre-déchire, alors qu’avant on se battait pour sa position, mais c’était un peu plus pacifique, maintenant c’est juste de la folie (…) Ce respect et cette hiérarchie dans le groupe, d’une certaine manière c’était une bonne chose, mais maintenant chacun pense pour soi, ils sont sans pitié. À ce moment-là, il faut être comme eux ».

La Grenadine réfléchit à l’intensité des courses et à la rareté des relations qui se créent dans le peloton entre les coureurs : « Avant, c’était plus calme, mais aujourd’hui… ». on se lance à fond pratiquement dès le kilomètre zérodu début à la fin. C’est quatre ou cinq heures de concentration. Avant, on pouvait discuter avec ses amis ou faire autre chose, mais maintenant on est à fond pendant quatre ou cinq heures, et la discussion est reportée. C’est comme ça maintenant ».

Lire Aussi  Tour du Pays Basque 2024, Remco Evenepoel passe près du podium malgré une chute : "C'est une erreur de ma part. Mais Roglic a été très fort"

Welsh estime que « surtout depuis Covid », ce processus s’est « accéléré ». Concrètement, il pense « que l’ensemble du groupe est tout simplement plus professionnelContrairement à ce qui se passait auparavant, lorsque « seuls les 40 ou 50 meilleurs coureurs » avaient tout planifié, programmé et étudié, 300 coureurs s’entraînent correctement, mangent correctement et s’entraînent en altitude. Aujourd’hui, 300 coureurs s’entraînent correctement, mangent bien et s’entraînent en altitude », ajoute-t-il, « l’équipe entière prend soin de tous ses coureurs plutôt que des trois ou quatre meilleurs, ce qui donne plus de profondeur ».

Revenant sur son expérience dans le peloton, il accepte ces changements parce que « le sport est en constante évolution » et que c’est « une bonne chose ». Par conséquent, « en tant que gars plus expérimenté, vous devez simplement vous adapter » parce que « […]le sport est en constante évolution ».si j’étais coincé à penser « c’est ce que je faisais il y a 10 ans », je ne serais pas capable d’être compétitif ».« . C’est en acceptant cette nouvelle réalité et en s’adaptant que le Gallois peut encore monter sur le podium d’un Grand Tour face à des coureurs nettement plus jeunes que lui.

Chantal Martin