Movistar, « rien à craindre » pour Nairo Quintana après un Tour de Colombie décevant

La performance de Nairobi n’a pas été très enthousiasmante. Nairo Quintana à Tour Colombia 2024. Après avoir repris la compétition cet hiver, faute d’avoir pu trouver un contrat pour une année complète en raison de sa réaction positive au Tramadol lors du Tour de France 2022, le coureur du Movistar n’a pas commencé sa saison de la meilleure des manières, restant à l’écart des meilleurs dans sa course nationale. Cette année, le Colombien espère être à nouveau compétitif et jouer le succès dans les courtes courses par étapes, puis essayer de s’occuper du classement général à la Giro d’Italia et le Vuelta a España. La classe 90 a commencé la saison dans sa course nationale, mais a été arrêté par une légère grippe qui a affecté ses performances. Il va maintenant retourner en Europe pour le O Gran Camiño où il espère retrouver sa meilleure condition.

« Il a eu la grippe, c’est ce qui s’est passé, rien de plus », a souligné le directeur sportif. Pablo Lastras a déclaré à CyclingNews à Sopó avant la dernière étape de dimanche : « Il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Il s’est senti un peu bloqué pour atteindre sa pleine forme, mais ce n’est pas alarmant, il n’y a pas de quoi s’inquiéter ».

Le directeur sportif de l’équipe espagnole rappelle que « le plan initial était que Nairo prenne le départ de la Volta Valenciana » car « cette course a été confirmée tardivement et nous avons rapidement changé son calendrier ». Un choix presque inévitable, car sa présence était presque indispensable : « Nous devions l’avoir ici, pour Nairo lui-même, pour le pays, pour la marque, pour la fédération. Il est une sorte d’ambassadeur du pays. Il devait et voulait donc être là ».

Lire Aussi  Tour de Suisse 2023, Gino Mäder ressuscité après la chute en descente : le Suisse est hospitalisé

Pour un coureur victorieux comme le vainqueur du Giro 2014 et de la Vuelta 2016, il n’est jamais facile d’accepter des performances en demi-teinte, mais il « se met beaucoup de pression en venant courir ici ». Cependant, selon le directeur espagnol, « les grands champions doivent se mettre la pression » et « ils doivent savoir la gérer et Nairo sait le faire, parce que c’est un vainqueur ».

Enfin, l’ancien entraîneur du coureur de 34 ans s’est également exprimé, Luis Fernando Saldarriaga qui attend avec impatience les courses à venir : « Il est clair qu’une année sans course lui a coûté beaucoup, car le cyclisme est fait de changements de rythme. Il doit se réhabituer à ces changements de rythme, et cela prendra du temps ».

Chantal Martin