Omloop Het Nieuwsblad 2024, Arnaud De Lie : « J’étais le plus fort, mais Visma nous a trompés. Ils ont joué au poker et ont gagné »

Arnaud De Lie sort renforcé de l’Omloop Het Nieuwsblad 2024. Prêt à répondre à toutes les actions, le leader de Lotto Dtsny a couru l’esprit ouvert face à Visma | Lease in Bike et malgré un classement final pas tout à fait à la hauteur de sa performance, il rentre chez lui la tête haute et avec une grande conviction en ses moyens. Jamais auparavant le jeune coureur wallon n’avait montré qu’il pouvait être avec les meilleurs dans les classiques de printemps, et aujourd’hui il l’a été, à tel point qu’il a même eu l’impression d’être le plus fort à certains moments.

« J’aime quand la course explose tôt », a-t-il commenté à nos micros après la ligne d’arrivée, « Dès Oudenaarde, la course a commencé à s’animer et c’est quelque chose que j’aime vraiment. Malheureusement, il n’a pas plu, mais j’aime ces conditions. Après Grammont, tout le monde était à fond et la fatigue a pris le dessus. Malheureusement, c’est toujours compliqué de courir contre Visma qui a autant de cartes que je peux en compter avec mes deux mains.

Enfermé dans l’étau de la formation hollandaise, il a pourtant fait une course ouverte et ne s’est pas caché, courant parallèlement à Wout Van Aert tout au long de la journée. « Peut-être que si nous avions été tous les six au pied du mur, nous aurions pu jouer le jeu, mais Visma a joué au poker et a gagné. Ils sont très forts dans ce genre de stratégie. Parfois, il y a aussi de la chance dans les cartes, mais nous avons gagné en confiance aujourd’hui et c’est important pour les prochaines courses.

Lire Aussi  Clásica Jaén Paraíso Interior 2024, la liste de départ définitive

Des concepts dont il s’est fait l’écho et qu’il a relayés auprès de nos confrères de la RTBF : « Je me sentais vraiment bien. Ils étaient trois mais je pense qu’ils avaient peur de nous. Quand on a trois coureurs et qu’on sait qu’on peut gagner, on n’attaque pas, on tire. Finalement, c’est Tratnik qui a gagné, mais ils ont pris un risque. Honnêtement, je pense que le plus fort était Skujins et moi, mais quand vous affrontez trois coureurs de la même équipe, ce n’est pas facile. Nous ne sommes pas tous des Ian Stannard qui ont réussi il y a dix ans. Nous pensions tous que je n’allais pas bien, mais aujourd’hui j’ai montré que j’allais bien ».

Dans son analyse, il admet ensuite ce qui, avec le recul, était une erreur : « Nous avons été trop gentils, ajoute-t-il, nous avons collaboré lorsque Jasper De Buyst était là et que les groupes se sont formés. Mais ce n’était pas à nous de tirer, ils ont trois fois notre budget. C’est à eux de tirer. Maintenant, nous savons que la prochaine fois, nous jouerons aussi au poker ».

La déception d’avoir été surclassé tactiquement alors qu’il se sentait le plus fort physiquement a été très forte : « Wout Van Aert m’a demandé de tirer, mais il me fait rire. Je suis avec trois Visma et si je tire, je me fais avoir. Mais à la fin, on s’est quand même fait avoir. Il faut savoir jouer le jeu, mais je me suis rendu compte que dans les trente derniers kilomètres, j’étais le plus fort, ce qui est rassurant ».

Lire Aussi  Strade Bianche Donne 2023, 6 équipes italiennes parmi les 24 équipes au départ

Chantal Martin