Setmana Ciclista 2024, Elisa Balsamo termine avec deux victoires : « Pour être la première course de ma saison, la condition est certainement bonne ».

Elisa Balsamo a inauguré sa compétition 2024 en remportant deux étapes de la Coupe du monde de football. Semaine de la bicyclette 2024. La Piémontaise de 25 ans s’est imposée deux fois sur les quatre où la course espagnole s’est décidée au sprint, faisant preuve d’une nette supériorité sur les autres concurrents, notamment lors de la dernière étape, qui s’est déroulée le dimanche 18 février, où elle a failli se détacher de ses concurrents dans les derniers mètres du sprint. Pour l’arc-en-ciel de Louvain 2021, titulaire de l’autorisation d’exercer l’activité de Lidl-TrekIl s’agit des succès numéro 23 et 24 de sa carrière.

« Comme lors de la première étape, créer les conditions d’une arrivée au sprint a demandé beaucoup d’efforts », a déclaré Balsamo, « ma première pensée va donc à mes coéquipiers, qui ont rendu tout cela possible. Je savais qu’après la performance convaincante de l’étape d’ouverture, j’aurais tous les regards braqués sur moi et cela a clairement conduit au fait que je n’avais pas d’équipes alliées dans la course ».

Balsamo : « Les autres équipes ont fait une course acharnée, surtout dans la dernière montée. Il y a eu beaucoup d’attaques, mais une fois de plus nous avons montré que nous sommes une grande équipe. Nous nous sommes bien défendus, compte tenu de la sélection que Visma|Lease a Bike a essayé de faire. Je ne me suis pas échappé, j’ai été bien aidé par mes coéquipiers et ensuite, j’ai fait une belle course. Ilaria Sanguineti a géré le final comme elle sait le faire, en me plaçant au bon endroit au bon moment.« .

Lire Aussi  Coupe du monde Rwanda 2025, ASO et Golazo en soutien au comité d'organisation

Le Piémontais ajoute : « La fatigue de l’avant-dernière étape s’est fait sentir, même pour un phénomène comme celui de l’équipe de France. Marianne Vos (neuvième sur la ligne d’arrivée – éd.). Je suis content, les conditions sont vraiment bonnes pour la première course de la saison. Ensuite, quand je vois mes coéquipiers travailler si dur, j’ai toujours la pression positive de vouloir récompenser leurs efforts. Vraiment, il n’y a rien de plus agréable que de finaliser le travail de l’équipe.

Chantal Martin