Strade Bianche 2024, Matej Mohoric : « Pogacar a prouvé une fois de plus qu’il est le numéro un ».

Matej Mohoric est satisfait de sa cinquième place au Strade Bianche 2024. Le Slovène de Bahreïn – victorieux n’a pas pu suivre son compatriote Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) qui est parti pour un triomphe en solitaire en attaquant à 80 kilomètres de l’arrivée, mais qui a su ne pas abandonner jusqu’à la fin, obtenant ainsi un prestigieux Top 5 dans une course qui ne lui correspondait pas, confirmant le cran et l’éclectisme qui l’amènent à obtenir des résultats dans des courses elles aussi très différentes.

Au lendemain de la course, le vainqueur de Milano-Sanremo 2022 a reconnu la supériorité de Pogacar à nos micros, tout en soulignant comment le manque de coopération entre les poursuivants avait conditionné le déroulement de la course : « Il était plus fort que tout le monde. Quand il est parti seul, il n’y a pas eu de coopération dans le petit groupe de derrière, dans lequel se trouvaient également deux ou trois de ses coéquipiers. Il a montré une fois de plus pourquoi il est le numéro un du cyclisme depuis longtemps.

Mohoric aime la poussière des Strade Bianche, mais il a tenu à souligner les différences entre les chemins de terre des Crete Senesi et les parcours des courses sur gravier dont il est le champion du monde en titre. Les courses sur gravier sont beaucoup plus techniques et il y a des parties sur des sentiers à voie unique, donc elles ressemblent plus à des courses de VTT qu’à des courses sur route », a-t-il expliqué, « mais cette course me tient à cœur, je l’ai appréciée, même si aujourd’hui elle a été très dure jusqu’au bout, j’espérais vraiment un départ plus facile ».

Lire Aussi  Tour de France 2024, 22 équipes officielles au départ : pas de surprise parmi les 4 WildCards, évidemment pas d'Italiens au départ

Le Slovène de 29 ans a ensuite résumé la dernière partie de la course au cours de laquelle il a tenté d’attaquer ses rivaux dans les derniers kilomètres avant l’arrivée sur la Piazza del Campo, après avoir pris l’avantage avec un autre peloton dans les dernières étapes de la course : « J’ai fait de mon mieux, le podium était à ma portée. Dans le groupe des poursuivants, nous étions tous plus ou moins au même niveau et il était très difficile de faire la différence, donc la cinquième place n’est pas un mauvais résultat.

Chantal Martin