Strade Bianche 2024, Maxim Van Gils : « Aujourd’hui, je me suis senti bien sur les routes de gravier et j’ai eu une bonne jambe ».

Maxim Van Gils monte sur un beau podium au Strade Bianche 2024. Le jeune homme de 24 ans, originaire de Lotto Dstny a été l’un des plus actifs et des plus énergiques sur les routes de gravier de la classique toscane, et a peut-être été le seul à essayer de tenir la roue du Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) lorsqu’il a décidé d’attaquer à 80 km de l’arrivée. Interviewé après la course, le jeune Belge a déclaré à nos micros qu’il était satisfait du déroulement de la course et de sa forme actuelle avant les prochaines courses d’un jour de cette saison, au cours desquelles on s’attend à le voir à nouveau se battre dans des classiques de plus en plus prestigieuses.

Quels sont vos sentiments après cette troisième place aux Strade Bianche ?
« De très bonnes sensations. J’ai bien progressé cet hiver et ma condition est vraiment bonne. C’est donc une bonne chose de pouvoir faire ce que j’ai fait.

N’était-il pas possible de suivre Tadej lorsqu’il a attaqué ?
« Je pensais qu’il allait attaquer plus tard, donc au moment où il est parti, j’étais un peu trop loin. Quand on voit comment il a creusé l’écart sur le groupe, on comprend qu’il a vraiment volé aujourd’hui.

Vous aussi, vous avez volé, peut-être à un autre niveau, mais vous avez quand même essayé de faire la même chose : attaquer en solo !
« Quand il a décollé, j’ai essayé de réduire l’écart parce que je pensais que si je pouvais le rattraper, je pourrais rester dans sa roue et, même s’il est à un autre niveau, cela pourrait être mieux pour moi aussi. Mais il était trop loin et j’ai dû revenir dans le petit groupe derrière et la course est devenue très tactique, mais heureusement Lennert (Van Eetvelt) était là et a pu contrer beaucoup d’attaques de ses rivaux.

Lire Aussi  João Almeida, membre de l'UAE Team Emirates, place la barre très haut pour 2024 : "Au Tour, je ferai mon travail et je jouerai mon rôle, un podium serait extraordinaire".

Qu’avez-vous pensé lorsque vous avez vu Skujins arriver ? Avez-vous eu peur de tout perdre ?
« Non, au contraire, j’étais content parce que ça faisait déjà 20 km que je tirais tout seul, ça devenait dur et le groupe était derrière d’environ une minute. J’ai donc pensé que si nous travaillions ensemble, nous pourrions atteindre la ligne d’arrivée ».

Ce résultat confirme que vous êtes un coureur explosif, mais que vous pouvez aussi être fort sur les sections de gravier.
« Je me sentais très bien sur le gravier aujourd’hui et j’avais également une bonne jambe. Les montées ici étaient assez courtes, cinq minutes maximum, et c’est une distance qui me convient bien.

Allez-vous vous concentrer davantage sur les courses d’un jour ou les courses par étapes ? Nous avons vu qu’il est possible de faire les deux.
« Je me concentre principalement sur les courses d’un jour comme Strade Bianche et Milano-Sanremo, mais Liège est aussi l’une de mes préférées.

Chantal Martin