Tirreno-Adriatico 2024, Isaac Del Toro, 20 ans, continue d’impressionner mais vole bas : « Je veux juste aider et apprendre ».

Isaac Del Toro également exposée dans la sixième étape de la Tirreno – Adriatic 2024. Après le formidable travail de l’étape d’hier pour le Capt. Juan AyusoLe jeune Mexicain a encore surpris tout le monde aujourd’hui avec une sensationnelle quatrième place dans la difficile montée du Monte Petrano. Dans l’étape remportée haut la main par Jonas Vingegaard (Visma | Lease a Bike), le talent de l’équipe UAE Team Emirates a terminé à seulement 10 secondes de deux coureurs forts qui, comme lui, se battent pour le podium final, son coéquipier Ayuso et l’Australien Jai Hindley (Bora-hansgrohe). A la veille de la dernière étape, Del Toro est également quatrième au classement général, à 28 secondes de Hindley. Nous nous sommes entretenus avec lui à la fin de l’étape pour en savoir plus sur ce talent cristallin et en pleine ascension.

Tout le monde dit que tu es un coureur promis à un grand avenir, mais tu montres déjà de grandes choses dans le présent, jour après jour.
« La vérité est que je ne sais rien de l’avenir pour l’instant, je veux juste aider et apprendre. Aujourd’hui, le rythme était trop élevé et je n’ai pas pu sprinter pour Ayuso, mais je suis heureux d’avoir fait la course et d’avoir pu donner tout ce que j’avais, et cela me rend heureux quel que soit le résultat. Je le suis encore plus maintenant parce que je vois que je peux en profiter, mais aussi être là avec les meilleurs, et c’est génial. Il faut donc prendre les choses étape par étape et en profiter.

Lire Aussi  Il y a un an… Tour de France 2022, Eddy Merckx « reproche » à Tadej Pogačar : « Il ne s'est pas bien préparé »

Vous n’êtes dans le WorldTour que depuis peu de temps et vous avez déjà fait preuve d’une grande expérience.
« En fait, à chaque fois, c’est de plus en plus chaotique, parfois je préfère me ménager au début des ascensions, mais c’est toujours très compliqué. De plus, je suis jeune et je ne veux pas faire d’erreur de trajectoire ou autre, et je veux en faire le moins possible. J’ai toujours aimé faire les choses tranquillement et essayer de tout voir à la troisième personne ».

Quel est l’objectif personnel qui vous rendrait heureux à la fin de cette première saison chez les pros ?
« Je l’ai déjà atteint » (sourires, ndlr)

Chantal Martin